Les Annales du théâtre et de la musique

Front Cover
Edouard Noël, Edmond Stoullig
Librairie Paul Ollendorff, 1897 - Music
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page iii - Il n'ya point d'art si mécanique, ni de si vile condition, où les avantages ne soient plus sûrs, plus prompts, et plus solides. Le comédien couché dans son carrosse jette de la boue au visage de Corneille qui est à pied.
Page 308 - N'était le nez, ce serait réellement un joli garçon; ce nez malencontreux fut du reste pour Cyrano de Bergerac, une occasion de déployer sa valeur dans des duels qui se renouvelaient presque tous les jours. — Si quelqu'un avait le malheur de le regarder et montrait quelque étonnement de voir un nez pareil, vite il lui fallait aller sur le pré. — Et comme les duels de ce temps-là ne finissaient pas par des déjeuners et que Cyrano était un habile spadassin, on courait risque de...
Page 309 - Et comme les duels de ce temps-là ne finissaient pas par des déjeuners et que Cyrano était un habile spadassin, on courait risque de recevoir quelque bon coup d'épée au ventre et de remporter son pourpoint percé de plus de boutonnières qu'il n'en avait auparavant, ce qui fit qu'au bout de peu de temps tout le monde trouva la forme du nez de Cyrano excessivement convenable et que tout au plus quelque provincial non encore usagé s'avisait d'y trouver le mot à rire. Il n'est pas besoin d'ajouter...
Page 144 - ... quand l'heure viendra où le ministère des Beaux-Arts jugera possible de confier le second théâtre national à un homme sans faiblesse, inaccessible aux coteries comme aux compromis qui déshonorent et stérilisent l'art dramatique français, il trouvera...
Page 309 - ... tous les jours. - Si quelqu'un avait le malheur de le regarder et montrait quelque étonnement de voir un nez pareil, vite il lui fallait aller sur le pré. - Et comme les duels de ce temps-là ne finissaient pas par des déjeuners et que Cyrano était un habile spadassin, on courait risque de recevoir quelque bon coup d'épée au ventre et de remporter son pourpoint percé de plus de boutonnières qu'il n'en avait auparavant, ce qui fit qu'au bout de peu de temps tout le monde trouva la forme...
Page 144 - Beaux-Arts jugera possible de confier le second théâtre national à un homme sans faiblesse, inaccessible aux coteries comme aux compromis qui déshonorent et stérilisent l'art dramatique français, il trouvera alors en moi un travailleur prêt à réaliser enfin le programme qu'on ne m'a pas laissé le temps, non seulement de remplir, mais d'essayer.
Page 58 - Got, admirablement grimé, a fait, du personnage tout à fait épisodique de l'abbé, une silhouette animée et vivante, pleine de bêtise fine et de bonhomie cafarde, sans la moindre caricature.
Page vi - . • plaudi&emenU, et sale , une taille mal prise , un organe sourd , un tempérament faible, s'élance de l'atelier au théâtre; et, sans autre guide que le génie , sans autre secours que l'art , se montre le plus grand acteur, le plus beau , le plus imposant , le plus intéressant des hommes.
Page 125 - LE ROMAN D'UN JEUNE HOMME PAUVRE, comédie en cinq actes et sept tableaux. LA TENTATION, comédie en cinq actes et six tableaux. LE CHEVEU BLANC, comédie en un acte.
Page 91 - Moreau, qui s'y est fait applaudir. A cet air charmant succède- un chœur d'une simplicité et d'une expression si vraiment antiques, qu'on ne suppose pas que les Muses puissent chanter autrement : Viens dans ce séjour paisible. Après d'admirables récitatifs chantés par Orphée vient la scène et le duo entre Orphée et Eurydice, suivi de l'air si connu et si universellement admiré : J'ai perdu mon Eurydice, et le tout se termine par un charmant chœur tiré d'Écho et Narcisse : Le dieu de...

Bibliographic information