Page images
PDF
EPUB

presque tous les autres écrivains; &, quoique ses entitheses soient fréquentes, dans sés maximes, il est bien éloigné d'ennuyer ou de dégouter le lecteur. Il y a, il est vrai, dans fes ouvrages, des choses à rejetter ; &, les efforts qu'il fait pour transformer les vertus en vices, n'est ni à son honneur, ni à l'avantage de la nature humaine ; auffi nous avous exclu de ces extraits touce espece de pensée ou d'ex-'. pression qui répugne à la religion, à la vertu & aux mours. Ce qui doit rendre ces extraits recommandables eft, que l'ouvrage entier de cet auteur n'est du tout point propre à être mis entre les mains de ceux dont l'esprit n'est pas encore capable de distinguer le vrai du faux.

M. de St. Réal a principalement écrit fur l'histoire ; & les François en ont toujours fait grand cas. Il a cependant fait quelques traités sur la morale & sur la critique, d'où nous avons extrait les endroits les plus frappants.

M. de

M. de St. Evremond étoit un homme distingué & un savant : il est encore regardé comme 'un écrivain élégant; quoiqu'il ait maintenant beaucoup perdu de la célébrité. Il y a dans ses ouvrages des traits brillants, qui n'ont pas peu contribué à embélir & à grossir ces extraits.

M. Pascal a été, parmi les moralistes François, un des plus judicieux & des plus profonds. L'histoire ne nous offre rien de plus austere

que

le détail de la vie. On a joint ici quelques unes de ses pensée les plus judicieuses, sans fe mettre en peine de les lier ; & comme elles se trouvent dans son ouvrage.

Il seroit inutile de faire l'éloge des caracteres de La Bruyere ; leur mérite est assez connu. Quoique plusieurs de ses caracteres ne soient plus d'usage & que

d'autres n'aient jamais eu des originaux que dans la ville de Paris, son ouvrage, cependant, est excellent

dans

[ocr errors]

dans plusieurs endroits ; mais il ne méritepas d'être lu en entier par un Anglois du 18me. fiecle. Ce qui est également applicable à tous les siecles & à tous les pays, & qui continuera de l'être, tandis que les hommes feront les mêmes, se trouve inserré. dans ces ,' extraits.

Rapin & Boubours, sont placés parmi les plus habiles critiques que la France ait produit : ils ont ici la préférence à cause de leur maniere d'écrire. Le dernier est, ainsi que la Bruyere & la Rochefoucauld, fortement recommandé par Lord Chesterfield, dans les lettres qu'il écrivit à son fils. &c. &c. &c.

Ce n'est

pas

seulement à la jeunesse que ces extraits peuvent être utiles : les auteurs d'où on les à tirés font très volumineux, & bien des lecteurs seront bien aises de trouver ce qu'il y a de inieux, recuilli dans ce petit ouvrage ; mais ils ne voudroient pas se don

ber

ner la peine de feuilletter un grand nombre de volumes, pour cueiller ces fleurs parmi un désert couvert de bruyeres. En un mot l'éditeur a tâché de rendre cette collection précieuse & intéressante. Il y auroit de l’ininodestie pour lui, d'en dire d'avantage ; mais il espere que le lecteur judicieux ajou. tera que ses efforts n'ont

pas

été vains.

TABLE.

« PreviousContinue »