Page images
PDF
EPUB

i 28 9 1915

LE TARTUFFE,

COMÉDIE

EN CINQ ACTES ET EN VERS,

Représentée et défendue le 5 août 1667. Reprise à Paris, sur le

théâtre du Palais-Royal, le 5 février. 1669.

Voici une comédie dont on a fait beaucoup de bruit, qui a été long-temps persécutée ; et les gens qu'elle joue ont bien fait voir qu'ils étoient plus puissants en France que tous ceux que j'ai joués jusqu'ici. Les marquis , les précieuses , les cocus , et les médecins , ont souffert doucement qu'on les ait représentés; et ils ont fait semblant de se divertir , avec tout le monde, des peintures que l'on a faites d'eux. Mais les hypocrites n'ont point entendu raillerie ; ils se sont effarouchés d'abord, et ont trouvé étrange que j'eusse la hardiesse de jouer leurs grimaces, et de vouloir décrier un métier dont tant d'honnêtes gens se mêlent. C'est un crime qu'ils ne sauroient me pardonner ; et ils se sont tous armés contre ma comédie avec une fureur épouvantable. Ils n'ont eu garde de l'attaquer par le côté qui les a blessés, ils sont trop politiques pour cela , et savent trop bien vivre pour découvrir le fond de leur ame. Suivant leur louable coutume, ils ont couvert leurs intérêts de la cause de Dieu ; et le Tartuffe , dans leur bouche , est une pièce qui offense la piété. Elle est , d'un bout à l'autre, pleine d'abominations , et l'on n'y trouve rien qui ne mérite le feu : toutes les syllabes en sont impies ; les gestes même у

sont cri. minels ; et le moindre coup-d'ail, le moindre branlement de tête, le moindre pas à droite ou à gauche, y cachent des mystères qu'ils trouvent moyen d'expliquer à mon désavantage. J'ai eu beau la soumettre aux lumières de mes amis et à la censure de tout le monde : les corrections que j'ai pu faire; le jugement du roi et de la reine, qui l'ont vue; l'approbation des grands princes et de messieurs les ministres , qui l'ont honorée publiquement de leur présence ; le témoignage des gens de bien qui l'ont trouvée profitable ; tout cela n’a de rien servi ; ils n'en veulent point démordre; et tous les jours encore ils font crier en public de zélés indiscrets , qui me disent des injures pieusement, et me damnent

par

charité. Je me soucierois fort peu de tout ce qu'ils peuvent dire, n'étoit l'artifice qu'ils ont de me faire des ennemis que je respecte , et de jeter dans leur parti de véritables gens de bien, dont ils préviennent la bonne foi , et qui, par la chaleur qu'ils ont pour les intérêts du ciel, sont faciles à recevoir les impressions qu'on veut leur donner. Voilà ce qui m'oblige à me défendre. C'est aux vrais dévots que je veux partout me justifier sur la conduite de ma comédie ; et je les njure , de tout mon cæur de ne point condamner les choses avant que de

« PreviousContinue »