Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

DESORD

PARIS,
LIBRAIRIE DE CHARLES GOSSELIN,

9, RUE SAINT-GERMAIN-DES-PRą

RTINET,

MDCCC XXXIX.

le

PRÉFACE.

Ce volume est la réimpression pure et simple de l'article Éclectisme qui a paru l'année dernière dans l'Encyclopédie Nouvelle. Seulement ici nous avons joint à cet écrit, en forme d'appendice, deux articles sur le même sujet publiés en 1853 dans la Revue Encyclopédique. Ces morceaux nous ont paru se compléter, et former, réunis, un examen critique très suffisant de ce que l'on a nommé l'éclectisme.

Peut-être même trouvera-t-on que cet examen est plus que suffisant, c'est-à-dire que nous avons attaché trop d'importance à l'éclectisme, et employé trop de temps à le réfuter. Un volume, dira-t-on, pour répondre à des erreurs ! Mais qu'on veuille bien considérer que ces erreurs sont toute la philosophie que l'on enseigne depuis quinze ans à nos enfants, et que non seulement nos enfants, mais le public lui-même, sont depuis quinze ans victimes de cette fausse philosophie. Si peu d'hommes ont le loisir ou prennent la peine d'examiner les problèmes philosophiques, qu'on s'en remet facilement sur ce sujet , le plus important néanmoins pour l'Etat et pour les particuliers, à ceux qui sont officiellement chargés de professer sur ces matières. Or si ces philosophes accrédités et investis d'une certaine autorité dans l'Etat n'ont pour toute philosophie, sous les grands mots dont ils s'abritent, qu’un déplorable pyrrhonisme, voyez quel dommage en résulte! Bacon disait du scepticisme: Le sceptique ôte à notre âme toutes ses forces, et le vrai philosophe lui en rend l'usage. Voilà le tort que, suivant nous, l'éclectisme fait à la France : il enchaine les esprits, il ôte à l'intelligence ses forces, comme dit Bacon; il en pêche tout sentiment religieux, social, patriotique, de germer et de croître; il jette dans la société et dans le gouvernement de la société non pas seulement de la léthargie et une lâche torpeur, mais le principe de la démoralisation et de la corruption. En sorte que nous dirions volontiers de l'éclectisme ce que Bacon disait encore du scepticisme : La patrie et l'humanité réclament contre cette philosophie oiseuse.

Au surplus nous nous sommes déjà expliqué sur les raisons qui nous ont fait entreprendre cette réfutation de l'éclectisme. Qu'on nous permette de répéter ici le préambule dont nous avions fait précéder l'article de l'Encyclopédie:

« ..... Du moment où nous abordions ce sujet, nous devions » nous expliquer franchement et complétement. Nous l'avons » fait, mais nous avons hésité long-temps. Il nous a fallu con» sidérer comme un devoir rigoureux l'obligation de combat» tre, aussi énergiquement qu'il était en nous, et l'éclectisme » et l'inventeur de l'éclectisme.

» Notre Encyrlopédie n'est pas , de sa nature, consacrée à » la polémique. Nous cherchons à établir plutôt qu'à renver» ser, persuadés qu'une vérité solidement établie suffit pour » faire crouler à la longue une multitude d'erreurs. A plus » forte raison évitons-nous en général la polémique contre les » hommes. Occupés de la recherche de la vérité, les questions » de personnes ne nous intéressent guère. Nous nous disions » donc: A quoi bon, dans un livre de la nature de celui-ci , » introduire une telle discussion, qui semblera à bien des gens » dirigée principalement contre un homme et contre l'opinion » d'un homme ? Mais nous nous sommes dit aussi: Il est trop » vrai que, par un certain concours de circonstances, l'ab» sence et la négation de toute philosophie a pris aujour» d'hui la place de la philosophie sous le nom d'éclectisme, » et que l'affaiblissement ou plutôt la destruction de toute » conviction sincère et généreuse est la suite de cette usur» pation. Et nous avons écrit,

» Comme ces plantes parasites qui ne jettent pas dans la » terre de racines, mais qui s'élèvent en grimpant après » l'arbre dont elles vivent, et en s'y cramponnant depuis le » tronc jusqu'aux derniers branchages, le sophisme que nous » combattons s'est cramponné à l'arbre entier de la philoso

phie depuis la base jusqu'au sommet. De là l'étendue obli» gée de notre réfutation.

» Après tout, nous croyons que cette polémique ne sera » pas sans fruit. Renverser l'erreur, c'est, jusqu'à un certain » point, établir la vérité. Car en vertu de quoi renverse-t-on » l'erreur, sinon en vertu d'une intuition plus ou moins claire » de la vérité? Nous n'aurons pas combattu l'éclectisme sans » poser en même temps plusieurs vérités utiles.

» Qu'on veuille bien considérer d'ailleurs que l'histoire » entière de la philosophie est pleine de polémiques. Il est » impossible de travailler à l'édification des doctrines que » l'on croit vraies sans sentir le besoin d'anéantir celles que » l'on croit fausses. Il y a des opinions qui ont accompli leur » Quvre, et avec lesquelles il est temps d'en finir. Les er» reurs gènent les vérités, et les empêchent de se rapprocher,

[ocr errors]
« PreviousContinue »