The New Chardenal: A Complete French Course

Front Cover
Allyn and Bacon, 1916 - French language - 381 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 260 - Une grenouille vit un bœuf Qui lui sembla de belle taille. Elle qui n'était pas grosse en tout comme un œuf, Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille Pour égaler l'animal en grosseur ; Disant : Regardez bien, ma sœur; Est-ce assez ? Dites-moi; n'y suis-je point encore ? - Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout ! -M'y voilà ? - Vous n'en approchez point.
Page 260 - Hé! Bonjour, Monsieur du Corbeau. Que vous êtes joli! Que vous me semblez beau! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.
Page 261 - C'est assez, dit le rustique ; Demain vous viendrez chez moi : Ce n'est pas que je me pique De tous vos festins de Roi ; Mais rien ne vient m'interrompre Je mange tout à loisir. Adieu donc ; fi du plaisir Que la crainte peut corrompre.
Page 261 - LE RAT DE VILLE ET LE RAT DES CHAMPS Autrefois le Rat de ville Invita le Rat des champs, D'une façon fort civile, A des reliefs d'Ortolans. Sur un Tapis de Turquie Le couvert se trouva mis.
Page 201 - Je ris, tu ris, il rit, nous rions, vous riez, ils rient. Je riais, tu riais, il riait, nous riions, vous riiez, ils riaient.
Page 201 - IArrt to read. lisant. lu. avoir lu. ayant lu. je lis, tu lis, il lit, nous lisons, vous lisez, ils lisent. je lisais, tu lisais, il lisait, nous lisions, vous lisiez, ils lisaient.
Page 262 - Allons, enfants de la patrie, Le jour de gloire est arrivé ; Contre nous de la tyrannie L'étendard sanglant est levé.
Page 258 - Comme on approchait de la ville et que la pluie tombait toujours, Joseph demanda à son compagnon dans quel quartier il logeait et où il voulait qu'on le descendît. — Monsieur, c'est trop de bonté, je craindrais d'abuser de votre complaisance. — Non, non, dit Joseph, votre rue? — Le sergent indiquant sa demeure, demanda à connaître celui dont il recevait tant d'honnêtetés. — A votre tour, dit Joseph, devinez.
Page 258 - Qu'avez-vous donc mangé de si bon? — Devinez. — Que sais-je, moi, une soupe à la bière ? — Ah ! bien oui, une soupe; mieux que ça.
Page 257 - Il en était encore éloigné, lorsqu'un , piéton, qui regagnait aussi la capitale, fait signe au conducteur d'arrêter, — ce que Joseph II. fait aussitôt. — "Monsieur," lui dit le militaire (car c'était un sergent), " y aurait-il de l'indiscrétion à vous demander une place à côté de vous 1 cela ne vous gênerait pas prodigieusement, puisque vous êtes seul dans votre calèche, et ménagerait mon uniforme que je mets aujourd'hui pour la première fois.

Bibliographic information