Petite histoire de la revue de fin d'année

Front Cover
Charpentier et Fasquelle, 1909 - Musical revues, comedies, etc - 345 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 122 - Les Français ont le droit de publier et de faire imprimer leurs opinions, en se conformant aux lois qui doivent réprimer les abus de cette liberté.
Page 300 - Il sourit d'un air sombre et tourna le dos. — Hé ! l'ami, dit Camors, le touchant du doigt, veux-tu gagner cinq louis maintenant? Donne-moi un soufflet; ça te fera plaisir et à moi aussi...
Page 232 - Un jour viendra où l'on montrera un canon dans les musées comme on y montre aujourd'hui un instrument de torture, en s'étonnant que cela ait pu être.
Page 72 - Oui, de tous ceux que je gouverne C'est l'uniforme, et l'on pourrait enfin Se croire dans une caserne, En entrant dans mon magasin. Mais ces fiers enfants de Bellone, Dont les moustaches vous font peur, Ont un comptoir pour champ d'honneur, Et pour arme une demi-aune.
Page 268 - Partout de l'air, partout du jour ! Un arrêté Fait du bois de Boulogne un square illimité, Pave ses carrefours, éclaire ses allées, Et, sous les oasis naguère encor troublées Par le cri du gendarme accouru contre un duel, Dispose le terrain d'un Longchamps éternel ! Ainsi, ne ferme plus les yeux, ô bon ancêtre ! Regarde seulement Paris de ta fenêtre, Et puis admire enfin ! car ayant travaillé Pour les desseins de Dieu, qui sur nous a veillé, Nous avons accepté comme la loi première...
Page 29 - ... tamplan, tambour battant. Vaillant et fier sans arrogance, Et respecter ses ennemis ; Brutal pour qui fait résistance, Honnête à ceux qui sont soumis ; Servir le Roi, servir les Dames, Voilà l'esprit du Régiment. Et rti, et r'ian, Nos grenadiers sont bonnes lames, Et vont toujours tambour battant. Viens vite prendre la cocarde ; Du régiment quand tu seras, Avec respect j!
Page 72 - J'ai vu le momentoùça allait compromettre... le vernis de ma voiture. LA FOLIE. Ah ! vous me rassurez, car entre militaires , cela pouvait avoir d'autres suites. HORTENSIA. Vous vous trompez, ma chère : monsieur n'est point militaire, et ne l'a jamais été. C'est monsieur Calicot.
Page 212 - Ils étaient deux, deux sur la même ligne ; L'un fut choisi par l'éclat de son nom, Et de ce nom il sut se montrer digne. Que devint l'autre après cet abandon? La France fut-elle ingrate?oh!
Page 72 - Anglais, au boulevart de Gand, à toutes les promenades. Il parle de musique à la Bourse , et de commerce à l'Opéra. C'est un de nos habitués. Du reste , ne manquant jamais une nouveauté : voilà pourquoi nous sommes venus vous voir.
Page 18 - D'un souper lui parlera. . . . " Viens, c'est à l'écart, Sur le Rempart. . . ." Sa Désobligeante Y conduit l'Infante, Là, parlant d'abord, Soupant après, On donne essor Aux malins traits : L'absent a tort, Et les bons mots Sont les plus sots propos. On parle Vers, Concerts, Bijoux, Ragoûts, Chevaux, Romans nouveaux, Pagodes, Modes ; On médit, On s'attendrit, On rit ; Grand bruit Au fruit : Ensuite, au Bal, on acheve la nuit, Le matin, mis comme un Valet, Pâle et défait, Monsieur, dans un...

Bibliographic information