Oeuvres philosophiques

Front Cover
Charpentier, 1843 - 367 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 166 - C'est donc en lui d'une certaine manière qui m'est incompréhensible, c'est en lui dis-je, que je vois ces vérités éternelles; et les voir, c'est me tourner à celui qui est immuablement toute vérité et recevoir ses lumières.
Page 355 - Tout ce qui est au monde est concupiscence de la chair, ou concupiscence des yeux, ou orgueil de la vie : libido sentiendi, libido sciendi, libido dominandi...
Page 352 - Jésus lui répondit : Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas où reposer sa tête.
Page 165 - ... il les trouvera vérités; il ne les fera pas telles, car ce ne sont pas nos connaissances qui font leurs objets, elles les supposent. Ainsi ces vérités subsistent devant tous les siècles, et devant qu'il y ait eu un entendement humain : et quand tout ce qui se fait par les règles des proportions, c'est-à-dire tout ce que je vois dans la nature, serait détruit, excepté moi, ces règles se conserveraient dans ma pensée; et je verrais clairement qu'elles seraient...
Page 184 - ... petites niches : les grains d'une grenade ne sont pas ajustés moins proprement ; et toutefois on ne s'avise pas de dire que les grenades ont de la raison. Tout se fait, dit-on, à propos dans les animaux; mais tout se fait peut-être encore plus à propos dans les plantes.
Page 273 - ... et le vice, si ce n'est comme privation de la règle, de la droiture et de la vertu? Il ya donc primitivement une intelligence, une science certaine, une vérité, une fermeté, une inflexibilité dans le bien, une règle, un ordre, avant...
Page 219 - Les histoires anciennes et modernes font foi que cette idée de vie immortelle se trouve confusément dans toutes les nations qui ne sont pas tout à fait brutes ; mais ceux qui connaissent Dieu l'ont très-claire et très-distincte.
Page 61 - Vouloir est une action par laquelle nous poursuivons le bien et fuyons le mal ; et choisissons les moyens , pour parvenir à l'un et éviter l'autre. Par exemple , nous désirons la santé , et fuyons la maladie; et pour cela nous choisissons les remèdes propres , et nous nous faisons saigner, ou nous nous abstenons des choses nuisibles, quelque agréables qu'elles soient ; et ainsi du reste. Nous voulons être sages, et nous choisissons pour cela ou de lire , ou de converser, ou d'étudier, ou...
Page 165 - Si je cherche maintenant où , et en quel sujet elles subsistent éternelles et immuables , comme elles sont, je suis obligé d'avouer un être, où la vérité est éternellement subsistante , et où elle est toujours entendue; et cet être doit être la vérité même, et doit être toute vérité; et c'est de lui que la vérité dérive dans tout ce qui est, et ce qui s'entend hors de lui. C'est donc en lui d'une certaine manière qui m'est incompréhensible; c'est en lui, dis-je, que...
Page 272 - Dieu ! on se perd dans un si grand aveuglement . L'impie se perd dans le néant de Dieu qu'il veut préférer à l'être de Dieu : et lui-même cet impie ne songe pas à se demander à lui-même , pourquoi il est. Mon...

Bibliographic information