Page images
PDF
EPUB

ivernem

du Tage à la mer Caspienne. Jetez les yeux sur le nouveau Code dont la sagesse régit les Français. Voyez comme en développant la pensée des Législateurs qui n'étaient plus, il a fécondé la pensée des Législateurs qui devaient naître. Voyez tous ces nobles principes dont aucun n'est étranger à aucune forme de Gouvernement, proclamés dans l'Esprit des Lois, adoptés par l'Univers , et dont l'empire, consacré désormais, ne pourrait s'anéantir que par le retour de la barbarie, que ces principes eux-mêmes suffiraient pour prévenir ; et pénétrés alors d'une reconnaissance respectueuse , ne vous écrierezvous pas avec Voltaire : Le genre humain avait perdu ses titres; Montesquieu les rea trouva , et les lui rendit !

trouva

Si vous voulez apprécier Montesquieu comme Écrivain , songez que trois grandes compositions illustrèrent son génie , et que ce furent trois créations, trois chefs-d'oeuvres qui n'avaient entre eux d'autre point de ressemblance qu'une exécution supérieure. On l'accusa d'être obscur, parce que sa pensée. s'enfonce quelquefois si avant dans le sujet qu'elle y demeure cachée, mais seulement

pour les esprits qui n'ont pas la force de l'y suivre. Son style , nerveux et rapide, précipite les impressions ; il réveille, dans un seul trait, une succession d'idées ; ou dans une image vive et inattendue , il présente tout le résultat d'une méditation lente et pro. fonde. C'est ainsi que ce grand Homme sait donner à notre Langue ce qu'on lui disputait le plus, la précision qui s'allie à une profondeur vaste, la variété pittoresque et l'originalité des tours qui reproduisent le caractère et le mouvement des idées. En appliquant, le premier parmi nous, le grand Art d'écrire à la Politique et à la Législation, il nous enrichit à la fois d'un nouveau genre de compositions littéraires et d'un nouveau genre de style. Mais l'influence de l'Écrivain , sans être moins générale que celle du Publiciste, a été cependant et devait être moins sensible. La même force de génie qui lui soumit tant de disciples, lui rendait bien difficile de former d'heureux imitateurs.

Cet éloquent Génevois qui fit , à quarante ans, dans la république des Lettres une incursion soudaine et hostile, y trouva dès-lors établie l'autorité de Montesquieu ; mais il avait dans le caractère trop d'originalité, dans le talent, trop d'effervescence , pour n'être qu'un imitateur. Avec ce talent et ce caractère, il fallait que J.-J. Rousseau fût Chef d'école en philosophie aussi bien qu'en éloquence. Les connaissances humaines s'agrandissaient tous les jours; et tous les jours devenaient plus vives cette ardeur pour les Sciences, cette idolâtrie pour les Talens dont la France entière était le temple. Il vient jusque dans leur sanctuaire, plaider la cause de l'ignorance. La Philosophie, comme les Sciences, secouait le joug des Autorités ; elle n'admettait pour preuve que l'expérience, pour arbitre que la raison ; il cite la raison elle-même au tribunal de la conscience, et il lui donne pour juge le sentiment intérieur. .

Dans le premier de ses Discours, ouvrage faible de composition, imparfait même de style, mais où brillaient déjà par intervalles des éclairs de son talent, il ne fit que développer ces mêmes objections contre les Sciences qu'avait élevées à la fois et victorieusement réfutées l'Auteur des Lettres Persanes. Ce qui mérite plus d'attention, et n'a pas non plus été remarqué, Rousseau, dans toute sa

Philosophie, est parti du même principe que l'Auteur de l'Esprit des Lois, tous deux commençant par établir que la formation des Sociétés a placé les hommes dans un état de guerre. Mais Montesquieu conclut de ce principe la nécessité des lois , Rousseau, leur insuffisance. Il parut vouloir détruire ce que Montesquien voulait édifier. On le crut du moins, et l'on se trompa. Toutes ses théories philosophiques reposent sur cette opinion, qu'il est pour l'espèce humaine comme pour les individus, une époque de virilité dont elle ne peut s'écarter qu'en marchant à la décrépitude. Ce fut donc, sur ce principe, non pas à l'état d'enfance, c'est à-dire à la vie sauvage, mais à cette espèce de siècle viril, qu'il voulut ramener d'abord les hommes, et il écrivit sur l'éducation ; bientôt les Gouvernemens eux-mêmes , et il écrivit sur la nature et sur les fondemens du Pacte Social.

Ainsi, tandis que Montesquieu s'éclairant à chaque pas du flambeau de l'expérience, se dirige constamment vers la recherche des principes applicables à l'état actuel du genre humain, Rousseau paraît trop souvent s'éga- , rer à la poursuite des principes naturels qui,

même

même en les supposant dévoilés , seraient désormais parmi les hommes peu susceptibles sans doute d'une rigoureuse application. Mais dans cette poursuite même, s'il rencontre sur så route ces grandes vérités morales qui sont de tous les tems, et ne prescriront jamais, il les agite avec toute l'impétuosité de son ardent caractère , il les discute et les prouve avec toute la puissance de sa dialectique inexorable ; et il les insinue dans l'ame avec toute la persuasion de cette sensible éloquence qui prête à la raison sé. vère le charme séducteur de la passion.

[ocr errors]

Il yoit l'enthousiasme de la vertu , les sublimes illusions de l'honneur, et l'empire même des passions, c'est-à-dire le premier mobile, lorsqu'il est bien dirigé, de tout ce qui est grand et généreux, menacés d'une ruine prochaine par les progrès d'un froid égoïsme , d'une ayilissante corruption de moeurs. Son coup-d'oeil juste cette fois, et profondément philosophique, lui a fait juger qu'il est tems d'opposer aux dépravations de la débauche les erreurs même du sentiment : et la plus orageuse des passions s'exprime enfin dans notre prose avec cette flamine et

« PreviousContinue »