Page images
PDF
EPUB

article exprés en faveur de ce medecin, qui seurement n'a point fait la façade du Louvre, ny l'Observatoire, ny l'Arc de Triomphe, comme on le prouvera dans peu demonstrativement, mais qui au fond estoit un homme de beaucoup de merite, grand physicien, et, ce que j'estime encore plus que tout cela, qui avoit l'honneur d'estre vostre ami. Je doute mesme, quelque mine que je fasse du contraire, qu'il m'arrive jamais de prendre de nouveau la plume pour escrire contre Monsieur Perrault l'academicien, puisque cela n'est plus necessaire. En effet, pour ce qui est de ses escrits contre les anciens, beaucoup de mes amis sont persuadez que je n'ay desja que trop employé de papier, dans mes Reflexions sur Longin, à refuter des ouvrages si pleins d'ignorance et si indignes d'estre refutez. Et, pour ce qui regarde ses critiques sur mes moeurs et sur mes ouvrages, le seul bruit, adjoustent-ils, qui a couru que vous aviez pris mon parti contre luy est suffisant pour me mettre à couvert de ses invectives. J'avouë qu'ils ont raison. La verité est pourtant que, pour rendre ma gloire complete, il faudroit que vostre lettre fust publiée. Que ne ferois-je point pour en obtenir de vous le consentement? Faut-il se desdire de tout ce que j'ay escrit contre Monsieur Perrault? Faut-il se mettre à genoux devant luy? faut-il lire tout Saint Paulin? Vous n'avez qu'à dire : rien ne me sera difficile.

Je suis avec beaucoup de respect, etc.

[graphic]

LETTRE A M. LE VERRIER

'ESTES-vous plus fasché, Monsieur, du peu de complaisance que j'eus hier pour vous? Non, sans doute, vous ne l'estes

plus, et je suis persuadé qu'à l'heure qu'il est vous goustez toutes mes raisons. Supposé pourtant que vostre colere dure encore, je m'offre d'aller aujourd’huy chez-vous à midi et demi vous prouver, le verre à la main, par plus d'un argument en forme, qu'un homme comme moy n'est point obligé de preferer son plaisir à sa santé, ny de demeurer à souper, mesme avec la meilleure compagnie du monde, quand il sent que cela le pourroit incommoder, et quand il a pour s'en excuser soixante et six raisons aussi bonnes et aussi valables que celles que la Vieillesse avec ses doigts pesants m'a jettées sur la teste. Et pour commencer ma preuve,

[graphic]

je vous diray ces vers d'Horace à Mecénas :

Quam mihi das ægro, dabis ægrotare timenti,
Mecenas, veniam.

En cas donc que vous vouliez que j'acheve ma demonstration, mandez-moy,

Si validus, si lætus eris, si denique posces.

Autrement ordonnez qu'on ne m'ouvre point chez vous. J'aime encore mieux n'y point entrer que d'y estre mal receu. Au reste, j'ay soigneusement releu vostre plainte contre les Tuileries, et j'y ay trouvé des vers si bien tournez que franchement, en les lisant, je n'ay peu me deffendre d'un moment de jalousie poëtique contre vous. De sorte qu'en la remaniant j'ay plustost songé à vous surpasser qu'à vous reformer. C'est cette jalousie qui m'a fait mettre la piece en l'estat où vous l'allez voir. Prenez la peine de la lire:

PLAINTE CONTRE LES TUILERIES

Agreables jardins où les Zephirs et Flore
Se trouvent tous les jours au lever de l'Aurore,
Lieux charmans qui pouvez, dans vos sombres reduits,
Des plus tristes amans adoucir les ennuis,

« PreviousContinue »