Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small]

OEUVRES

COMPLÈTES

DE VAUVENARGUES.

NOTICE

SUR LA VIE ET LES ÉCRITS

DE VAUVENARGUES.

Il est dans la nature des choses qu'une époque de goût succède à une époque de génie, et malheureusement cela n'arrive pas toujours. Ce qui est plus rare encore, c'est que le même âge réunisse au perfectionnement du goût les créations du génie. Cette réunion caractérisera le mérite du dix-huitième Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, issu siècle aux yeux de la postérité, lorsqu'un misérable d'une noble et ancienne famille de Provence, na-esprit de parti, né de circonstances extraordinaires, quit à Aix le 6 août 1745, époque de la mort de Louis XIV.

Le beau siècle qui venoit de finir avoit produit, dans presque tous les genres de littérature, des modèles qui n'ont point été égalés; mais il avoit répandu en même temps, dans les esprits, des germes de goût et d'émulation qui n'ont pas été stériles.

La destinée des hommes de génie qui ouvrent une carrière, est d'y entrer sans guide et de laisser loin derrière eux ceux qui tentent de suivre leurs traces : et telle fut la gloire de Corneille, de Molière, de Racine, de La Fontaine, de Bossuet, de La Bruyère; mais le siècle qui a produit Fontenelle, Voltaire, Montesquieu, Buffon, Rousseau, le siècle qui a perfectionné et assuré la marche de la langue françoise, qui a répandu la lumière sur tous les objets des connoissances humaines, n'a rien à envier aux plus belles époques de la littérature; ce siècle même seroit digne de s'associer à la célébrité de celui qui l'a précédé, par le seul avantage d'avoir su mieux sentir et mieux apprécier toute la supériorité des grands écrivains auxquels il n'a pu donner de rivaux. Racine, Molière, La Fontaine, souvent méconnus par leurs contemporains, ont trouvé dans la génération suivante des appréciateurs plus sensibles et plus justes; et c'est dans l'admiration réfléchie des hommes

éclairés du dix-huitième siècle que le dix-septième a reçu le complément de sa gloire.

et soutenu par les plus vils motifs, aura cessé de répandre des nuages sur une vérité incontestable pour tous les bons esprits.

Quelques écrivains restreignent beaucoup trop le sens du mot génie, quoiqu'ils n'y aient aucune prétention, ou plutôt parcequ'ils n'y ont aucun droit. Pour moi, je pense que toute production de l'esprit qui offre des idées nouvelles sous une forme intéressante; tout ce qui porte, dans la pensée comme dans l'expression, un caractère de force et d'originalité, est l'œuvre du génie; et, sous ce rapport, je ne crains pas de regarder Vauvenargues comme un homme de génie, quoiqu'il ne puisse pas être mis au premier rang des génies créateurs et des talents originaux.

Il est bien certain qu'il ne dut qu'à la nature le talent qu'il a montré dans ses ouvrages. L'emploi qu'il fit de ses premières années sembloit plus propre à l'éloigner des études littéraires qu'à y préparer son esprit et son goût. Une constitution foible et une santé souvent altérée nuisirent au succès des premières instructions qu'il reçut. Elevé dans un collége, il y montra peu d'ardeur pour l'étude, et n'en remporta qu'une connoissance très superficielle de la langue latine. Appelé de bonne heure au service par sa naissance et le vœu de ses parents, les goûts

de la jeunesse et les dissipations de l'état militaire Jui firent bientôt oublier le peu qu'il avoit appris au collége, et il est mort sans être en état de lire Horace et Tacite dans leur langue.

L'espace dans lequel se renferme la vie tout entière de Vauvenargues composeroit à peine la jeunesse d'un homme ordinaire. Il mourut à trentedeux ans; et, dans une vie si courte, très peu d'années semblent avoir été employées à le conduire au genre de célébrité auquel il devoit parvenir.

Il entra au service en 1754; il avoit dix-huit ans, et cette même année il fit la campagne d'Italie, sous-lieutenant au régiment du Roi, infanterie.

Ce n'étoit pas là une école où il pût préparer les matériaux de l'Introduction à la connoissance de l'esprit humain; ce n'étoit pas dans un camp, au milieu des occupations actives de la guerre, qu'un jeune officier de dix-huit ans paroissoit devoir trouver des moyens de former son cœur et son esprit au goût de la méditation et de l'étude; mais la nature, en douant Vauvenargues d'un esprit actif, lui avoit donné en même temps la droiture d'ame qui en dirige les mouvements, et le sérieux qui accompagne l'habitude de la réflexion.

Il joignoit à une ame élevée et sensible le sentiment de la gloire et le besoin de s'en rendre digne : ce sont là les traits qui caractérisent essentiellement ses écrits. Il apportoit au service les qualités qui composent le mérite d'un homme d'honneur, plutôt que celles qui servent à le faire remarquer. Sa figure, quoiqu'elle eût de la douceur et ne manquât pas de noblesse, n'avoit rien qui le distinguât avantageusement parmi ses camarades. La foiblesse de son tempérament ne lui avoit pas permis d'acquérir, dans les exercices du corps, cette supériorité d'adresse et de force qui donne à la jeunesse tant de grâce et d'éclat. Enfin une excessive timidité, tourment ordinaire d'une ame jeune, avide d'estime, et que blesse l'apparence seule d'un reproche, voiloit trop souvent les lumières de son esprit, pour ne laisser apercevoir que l'intéressante et douce simplicité de son caractère. C'est près de lui qu'on eût pu concevoir cette pensée qu'il a exprimée depuis avec tant de charme : Les premiers jours du printemps ont moins de grâce que la vertu naissante d'un jeune homme. Douce, tempérée, sensible, semblable en tout aux premiers jours du printemps, sa vertu devoit se faire aimer d'abord; mais le temps et les occasions pouvoient seuls en développer les heureux fruits.

sant des productions de leur esprit et des fruits de leurs talents; mais l'écrivain moraliste n'est pas de ce nombre. Il ne suffit pas au précepteur de morale de faire usage de sa raison et de ses lumières, il faut que nous croyions que sa conscience a approuvé les règles qu'il dicte à la nôtre; il faut que le sentiment qu'il veut faire passer dans notre ame paroisse découler de la sienne; et avant d'accorder à ses maximes l'empire qu'elles veulent exercer sur notre conduite, nous aimons à être persuadés que celui qui les enseigne s'est soumis lui-même à ce qu'elles peuvent avoir de rigoureux.

Ce n'est pas seulement une morale pure, un esprit droit, une raison forte et éclairée, qui ont dicté les écrits de Vauvenargues. Le caractère particulier d'élévation qui les distingue ne peut appartenir qu'à une ame d'un ordre supérieur; et la douce indulgence qui s'y mêle aux plus nobles mouvements, ne peut être le simple produit de la réflexion et le résultat des combinaisons de l'esprit ; ce doit être encore l'épanchement du plus beau naturel, que la raison a pu perfectionner, mais qu'elle n'auroit pu suppléer.

Vauvenargues, en s'élevant de bonne heure, plutôt par la supériorité de son ame que par la gravité de ses pensées, au-dessus des frivoles occupations de son âge, n'avoit point contracté, dans l'habitude des idées sérieuses, cette austérité qui accompagne d'ordinaire les vertus de la jeunesse : car les vertus de la jeunesse sont plus communément le fruit de l'éducation que de l'expérience; et l'éducation apprend bien aux jeunes gens combien la vertu est nécessaire, mais l'expérience seule peut leur apprendre combien elle est difficile.

Vauvenargues, jeté dans le monde dès les premières années qui suivent l'enfance, apprit à le connoître avant de penser à le juger; il vit les foiblesses des hommes avant d'avoir réfléchi sur leurs devoirs; et la vertu, en entrant dans son cœur, y trouva toutes les dispositions à l'indulgence.

La douceur et la sûreté de son commerce lui avoient concilié l'estime et l'affection de ses camarades, pour la plupart, sans doute, moins sages et moins sérieux que lui; mais, dit Marmontel, qui en avoit connu plusieurs, « Ceux qui étoient capables << d'apprécier un si rare mérite, avoient conçu pour « lui une si tendre vénération, que je lui ai en<< tendu donner par quelques-uns le nom respec<< table de père. » Ce nom respectable n'étoit peutêtre pas donné bien sérieusement par de jeunes Il est des écrivains dont on peut aisément con- militaires à un camarade de leur âge; mais le ton sentir à ignorer la vie et le caractère, tout en jouis-même du badinage, en se mêlant à la justice qu'ils

Max. 410.

se plaisoient à lui rendre, prouveroit encore à quel point Vauvenargues avoit su se faire pardonner cette

supériorité de raison qu'il ne pouvoit dissimuler, mais lontiers des partis 'extrêmes dans les affaires embarque sa modeste douceur ne permettoit aux autres ni rassantes; privés des ressources habituelles que donne de craindre ni d'envier.

l'assurance, ils cherchent à y suppléer par l'élan La guerre d'Italie n'avoit pas été longue; mais momentané du courage; ils aiment mieux risquer la paix qui la suivit ne fut pas non plus de longue une fois une démarche hasardée, que d'avoir tous durée. Une nouvelle guerre' vint troubler la France | les jours quelque chose à oser. en 1741. Le régiment du Roi fit partie de l'armée Vauvenargues, étranger à la cour, inconnu du qu'on envoya en Allemagne, et qui pénétra jusqu'en ministre dont il auroit pu solliciter la faveur, privé Bohème. On se rappelle tout ce que les troupes du secours du chef qui auroit pu appuyer sa defrançoises eurent à souffrir dans cette honorable et mande, prit le parti de s'adresser directement au pénible campagne, et surtout dans la fameuse re- roi, pour lui témoigner le desir de le servir dans les traite de Prague', qui s'exécula au mois de dé- négociations. Dans sa lettre, il rappeloit à sa majesté cembre 1742. Le froid fut excessif. Vauvenargues, que les hommes qui avoient eu le plus de succès naturellement foible, en souffrit plus que les autres. dans cette carrière étoient ceux-même que la forIl rentra en France au commencement de 1743, avec une en avoit le plus éloignés. Qui doit en effet, une santé détruite; sa fortune, peu considérable, ajoutoit-il, servir votre majesté avec plus de zèle avoit été épuisée par les dépenses de la guerre. Neuf qu'un gentilhomme qui , n'étant pas né à la cour, années de service ne lui avoient procuré que le grade n'a rien à espérer que de son maitre et de ses serde capitaine, et ne lui donnoient aucun espoir d'a- vices ? vancement.

Vauvenargues avoit écrit en même temps à M. AmeIl se détermina à quitter un état, honorable sans lot, ministre des affaires étrangères. Ses deux lettres, doute pour tous ceux qui s'y livrent , mais où il est comme on le conçoit aisément, restèrent sans rédifficile de se faire honorer plus que des milliers ponse. Louis XV n'étoit pas dans l'usage d'accorder d'autres, lorsque la faveur ou les circonstances ne des places sans la médiation de son ministre , et le font pas sortir un militaire de la foule pour l'élever ministre connoissoit trop bien les droits de sa place à quelque commandement.

pour favoriser une démarche où l'on croyoit pouvoir Vauvenargues avoit étudié l'histoire et le droit se passer de son autorité. public; l'habitude et le goût du travail, et aussi ce Vauvenargues , ayant donné, en 1744, la démissentiment de ses forces que la modestie la plus vraie sion de son emploi dans le régiment du Roi , écrivit n'éteint pas dans un esprit supérieur, lui firent à M. Amelot une leltre que nous croyons devoir croire qu'il pourroit se distinguer dans la carrière transcrire ici. des négociations. Il desira d'y entrer, et fit part de son desir à M. de Biron, son colonel, qui, loin de « MONSEIGNEUR, lui promettre son appui, ne lui laissa entrevoir que la difficulté de réussir dans un tel projet. Tout ce « Je suis sensiblement touché que la lettre que qui sort de la route ordinaire des usages effraie ou « j'ai eu l'honneur de vous écrire, et celle que j'ai choque ceux qui, favorisés par ces usages mêmes, « pris la liberté de vous adresser pour le roi, n'aient n'ont jamais eu besoin de les braver; et voilà pour- « pu attirer votre attention. Il n'est pas surprenant, quoi les gens de la cour observent d'ordinaire, à l'é- « peut-être, qu’un ministre si occupé ne trouve pas gard des gens en place, une beaucoup plus grande « le temps d'examiner de pareilles lettres; mais , circonspection que ceux qui, placés dans les rangs a monseigneur, me permettrez-vous de vous dire inférieurs, ont beaucoup moins à perdre, et par cela « que c'est cette impossibilité morale où se trouve même peuvent risquer davantage.

« un gentilhomme qui n'a que du zèle de parvenir Vauvenargues, malheureux par sa santé, par sa « jusqu'à son maître , qui fait le découragement que fortune, et surtout par son inaction, sentoit qu'il ne « l'on remarque dans la noblesse des provinces, et pouvoit sortir de cette situation pénible que par une « qui éteint toute émulation. J'ai passé , monseirésolution extraordinaire. Les caractères timides en « gneur, toute ma jeunesse loin des distractions du société sont souvent ceux qui prennent le plus vo- « monde, pour tâcher de me rendre capable des

« emplois où j'ai cru que mon caractère m'appeloit; · La guerre dite de la Succession, après la mort de l'empe- « et j'osois penser qu'une volonté si laborieuse me reur Charles VI, arrivée le 20 octobre 1740. B.

« mettroit du moins au niveau de ceux qui atten2 Cette célèbre retraite s'exécuta sous la conduite du maré

« dent toute leur fortune de leurs intrigues et de chai de Belle-Ile, qui sortit de Prague dans la nuit du 16 au 17 décembre 1742, et se rendit à Egra le 26. Le maréchal dc Saxe

« leurs plaisirs. Je suis pénétré, monseigneur, qu'une ayoit tenu la même conduite l'année précédente. B.

« confiance que j'avois principalement fondée sur

[ocr errors]

« l'amour de mon devoir, se trouve entièrement | ractère d'originalité et de vérité qui les distingue.
« déçue. Ma santé ne me permettant plus de conti-
<< nuer mes services à la guerre, je viens d'écrire à
<< M. le duc de Biron pour le prier de nommer à
<< mon emploi. Je n'ai pu, dans une situation si
<«< malheureuse, me refuser à vous faire connoître
« mon désespoir. Pardonnez-moi, monseigneur, s'il
<< me dicte quelque expression qui ne soit pas assez
« mesurée.

« Je suis, etc.

Cette lettre, que personne peut-être n'eût voulu se charger de présenter au ministre, valut à Vauvenargues une réponse favorable, avec la promesse d'être employé lorsque l'occasion s'en présenteroit. Mais un triste incident vint tromper ses espérances. Il étoit retourné au sein de sa famille pour se livrer en paix aux études qu'exigeoit la carrière où il se croyoit près d'entrer, lorsqu'il fut atteint d'une petite vérole de l'espèce la plus maligne, qui défigura ses traits et le laissa dans un état d'infirmité continuelle et sans remède. Ainsi ce jeune homme, plein d'énergie dans le caractère, d'activité dans l'esprit, de générosité dans les sentiments, se vit condamné à perdre dans l'obscurité tant de dons précieux, en attendant qu'une mort douloureuse vînt terminer, à la fleur de son âge, une vie où n'avoit jamais brillé un instant de bonheur.

Ce fut alors que, conservant pour toute ressource cette même philosophie qui l'avoit dirigé toute sa vie dans la pratique des vertus, il ne trouva de consolation que dans l'étude et l'amour des lettres, qui, dans tous les temps, l'avoient soutenu contre toutes les contrariétés qu'il avoit éprouvées. Il s'occupa à revoir et à mettre en ordre les réflexions et les petits écrits qu'il avoit jetés sur le papier dans les loisirs d'une vie si agitée; il publia, en 1746, son Introduction à la connoissance de l'esprit humain; ouvrage qui étonna ceux qui étoient en état de l'apprécier, et qui doit faire regretter ce qu'on auroit pu attendre de l'auteur, si une mort prématurée ne l'avoit pas enlevé à la gloire que son génie sembloit lui promettre.

J'ai dit que Vauvenargues avoit eu une éducation fort négligée. Privé des secours qu'il auroit pu trouver dans l'étude des grands écrivains de l'antiquité, toute sa littérature se bornoit à la connoissance des bons auteurs françois. Mais la nature lui avoit donné un esprit pénétrant, un sens droit, une ame élevée et sensible. Ces qualités sont bien supérieures aux connoissances pour former le goût; et peut-être inême le défaut d'instruction, en laissant à son excellent esprit plus de liberté dans ses développements, a-t-il contribué à donner à ses écrits ce ca

L'étude des grands modèles de l'antiquité est d'une ressource infinie pour les hommes qui cultivent la littérature: elle sert à étendre l'esprit, à diriger le goût, à féconder le talent; mais elle n'est pas aussi nécessaire à celui qui se livre à l'étude de la morale et de la philosophie; il a plus besoin d'étudier le monde que les livres, et de chercher la vérité dans ses propres observations que dans celles des autres.

Un esprit droit et vigoureux, réduit à ses seules forces, est obligé de se rendre raison de tout à lui"même, parcequ'on ne lui a rendu raison de rien; il trouve en lui ce qu'il n'auroit point trouvé au dehors, et va plus loin qu'on ne l'auroit conduit. S'il se soustrait par ignorance aux autorités qui auroient pu éclairer son jugement, il échappe également aux autorités usurpées qui auroient pu l'égarer. Rien ne le gêne dans la route de la vérité; et s'il arrive jusqu'à elle, c'est par des sentiers qu'il s'est tracés luimême : il n'a marché sur les pas de personne.

Ces réflexions pourroient s'appuyer de beaucoup d'exemples. Aristote et Platon n'avoient pas eu plus de modèle qu'Homère. Virgile auroit été peut-être plus grand poète s'il n'avoit pas eu sans cesse Homère devant les yeux; car il n'est véritablement grand que par le charme du style, où il ne ressemble point à Homère.

Corneille créa la tragédie françoise avant d'avoir cherché dans Aristote les règles de l'art dramatique. Pascal avoit peu lu, ainsi que Mallebranche; tous les deux méprisoient l'érudition. Buffon, occupé de ses plaisirs jusqu'à l'âge de trente-cinq ans, trouva dans la force naturelle de son esprit le secret de ce style brillant et pittoresque dont il a embelli les tableaux de la nature. L'ignorance qui tue d'inanition les esprits foibles, devient pour les esprits supérieurs un stimulant qui les contraint à employer toutes leurs forces.

On doit croire cependant que si Vauvenargues avoit poussé plus loin sa carrière, il auroit senti la nécessité d'une instruction plus étendue pour agrandir la sphère de ses idées. Il auroit voulu porter sa vue sur un plus grand horizon, il n'en eût que mieux jugé des objets après s'être habitué à ne voir que par lui-même.

Une partie de nos erreurs vient sans doute du dé faut de lumières; une plus grande partie vient des fausses lumières qu'on nous présente. Celui qui se borne aux erreurs de son propre esprit, s'épargne au moins la moitié de celles qui pourroient l'égarer. Les sots, dit Vauvenargues, n'ont pas d'erreurs en leur propre et privé nom. Vauvenargues, lui-même, n'en est pas exempt sans doute; mais ses erreurs sont bien à lui: celles qu'on peut lui reprocher tien

2

« PreviousContinue »