Page images
PDF
EPUB

Quand vous voyez quelquefois un nombreux | aplanissent les chemins, leur épargnent les diffitroupeau qui, répandu sur une colline vers le cultés, et font tout prospérer au-delà de leur déclin d'un beau jour, pait tranquillement le attente : ils ont le mérite de subalternes. thym et le serpolet, ou qui broule dans une Si c'est trop de se trouver chargé d'une seule prairie une berbe menue et tendre qui a échappé famille, si c'est assez d'avoir à répondre de soi à la faux du moissonneur, le berger soigneux seul, quel poids, quel accablement, que celui et attentif est debout auprès de ses brebis; il de tout un royaume! Un souverain est-il payé ne les perd pas de vue, il les suit, il les conduit, de ses peines par le plaisir que semble donner il les change de pâturages : si elles se disper- une puissance absolue, par toutes les prosternasent, il les rassemble ; si un loup avide paroît, tions des courtisans ? Je songe aux pénibles, il lâche son chien qui le met en fuile; il les nour- douteux et dangereux chemins qu'il est quelrit, il les défend; l'aurore le trouve déja en quefois obligé de suivre pour arriver à la tranplaine campagne, d'où il ne se retire qu'avec le quillité publique; je repasse les moyens extrêsoleil : quels soins! quelle vigilance! quelle ser- mes, mais nécessaires, dont il use souvent pour vitude! quelle condition vous paroit la plus dé- une bonne fin : je sais qu'il doit répondre à licieuse et la plus libre, ou du berger ou des Dieu même de la felicité de ses peuples, que le brebis ? le troupeau est-il fait pour le berger, bien et le mal est en ses mains, et que toute ou le berger pour le troupeau? Image naïve des ignorance ne l'excuse pas; et je me dis à moipeuples et du prince qui les gouverne, s'il est même, Voudrois-je régner ? Un homme un peu bon prince.

heureux dans une condition privée devroil-il y Le faste et le luxe dans un souverain c'est le renoncer pour une monarchie? N'est-ce pas berger habillé d'or et de pierreries, la houlette beaucoup pour celui qui se trouve en place par d'or en ses mains; son chien a un collier d'or, un droit héréditaire, de supporter d'être né roi ? il est attaché avec une laisse d'or et de soie : Que de dons du Ciel ne faut-il pas pour bien que sert tant d'or à son troupeau ou contre les régner! une naissance auguste, un air d'emloups ?

pire et d'autorité, un visage qui remplisse la Quelle heureuse place que celle qui fournit curiosité des peuples empressés de voir le dans tous les instants l'occasion à un homme de prince, et qui conserve le respect dans le courfaire du bien à tant de milliers d'hommes ! quel tisan ; une parfaite égalité d'humeur, un grand dangereux poste que celui qui expose à tous mo- éloignement pour la raillerie piquante, ou assez ments un homme à nuire à un million d'hommes! de raison pour ne se la permettre point; ne faire

Si les hommes ne sont point capables sur la jamais ni menaces ni reproches, ne point céder terre d'une joie plus naturelle, plus flatteuse, à la colère, et être toujours obéi; l'esprit facile, et plus sensible, que de connoître qu'ils sont insinuant; le coeur ouvert, sincère, et dont on aimés; et si les rois sont hommes, peuvent-ils croit voir le fond, et ainsi très propre à se faire jamais trop acheter le cour de leurs peuples? des amis, des créatures et des alliés; etre se

Il y a peu de règles générales et de mesures cret toutefois, profond et impénétrable dans certaines pour bien gouverner : l'on suit le ses motifs et dans ses projets : du sérieux et de temps et les conjonctures, et cela roule sur la la gravité dans le public; de la brièyeté, jointe prudence et sur les vues de ceux qui règnent : à beaucoup de justesse et de dignité, soit dans aussi le chef-d'oeuvre de l'esprit c'est le parfait les réponses aux ambassadeurs des princes, gouvernement; et ce ne seroit peut-être pas une soit dans les conseils; une manière de faire des chose possible, si les peuples, par l'habitude graces qui est comme un second bienfait; le où ils sont de la dépendance et de la soumis- choix des personnes que l'on gratifie; le discersion, ne faisoient la moitié de l'ouvrage. nement des esprits, des talents, et des com

Sous un très grand roi, ceux qui tiennent les plexions, pour la distribution des postes et des premières places n'ont que des devoirs faciles, emplois; le choix des généraux et des miniset que l'on remplit sans nulle peine : tout coule tres : un jugement ferme, solide, décisif dans de source; l'autorité et le génie du prince leur

1 Portrait de Louis XIV.

les affaires, qui fait que l'on connoit le meilleur sait quelquefois, et selon les divers intérêts, parti et le plus juste; un esprit de droiture et contraindre les ennemis à la recevoir ; qui donne d'équité qui fait qu'on le suit jusqu'à prononcer des règles à une vaste ambition, et sait jusqu'où quelquefois contre soi-même en faveur du peu- l'on doit conquérir : au milieu d'ennemis couple, des alliés, des ennemis; une mémoire heu- verts ou déclarés se procurer le loisir des jeux, reuse et très présente qui rappelle les besoins des fêtes, des spectacles; cultiver les arts et les des sujets, leurs visages, leurs noms, leurs re- sciences, former et exécuter des projets d'édiquèles ; une vaste capacité qui s'étende non seu- fices surprenants : un génie enfin supérieur et lement aux affaires de dehors, au commerce, puissant qui se fait aimer et révérer des siens, aux maximes d'état, aux vues de la politique, craindre des étrangers; qui fait d'une cour, et au reculement des frontières par la conquête de même de tout un royaume, comme une seule nouvelles provinces, et à leur sûreté par un famille unie parfaitement sous un même chef, grand nombre de forteresses inaccessibles ; mais dont l'union et la bonne intelligence est redouqui sache aussi se renfermer au-dedans, et table au reste du monde. Ces admirables vertus comme dans les détails de tout un royaume; me semblent renfermées dans l'idée du souvequi en bannisse un culte faux, suspect, et enne- rain. Il est vrai qu'il est rare de les voir réunies mi de la souveraineté, s'il s'y rencontre; qui dans un même sujet; il faut que trop de choses abolisse des usages cruels et impies, s'ils y rè- concourent à-la-fois, l'esprit, le cour, les degnent; qui réfornie les lois et les coutumes, si hors, le tempérament; et il me paroît qu'un elles étoient remplies d'abus; qui donne aux monarque qui les rassemble toutes en sa pervilles plus de sûreté et plus de commodités par sonne est bien digne du nom de Grand. le renouvellement d'une exacte police, plus d'éclat et plus de majesté par des édifices somp

CHAPITRE XI. tueux : punir sévèrement les vices scandaleux; donner, par son autorité et par son exemple, du crédit à la piété et à la vertu; protéger l'É

De l'homme. glise, ses ministres, ses droits, ses libertés; ménager ses peuples comme ses enfants; être

Ne nous emportons point contre les homtoujours occupé de la pensée de les soulager, mes, en voyant leur dureté, leur ingratitude, de rendre les subsides légers, et tels qu'ils se leur injustice, leur fierté, l'amour d'eux-mêlèvent sur les provinces sans les appauvrir : de mes, et l'oubli des autres; ils sont ainsi faits, grands talents pour la guerre; être vigilant, c'est leur nature : c'est ne pouvoir supporter appliqué, laborieux; avoir des armées nom- que la pierre tombe, ou que le feu s'élève. breuses, les commander en personne, ètre froid Les hommes, en un sens, ne sont point lédans le péril, ne ménager sa vie que pour le bien gers, ou ne le sont que dans les petites choses : de son état, aimer le bien de son état et sa gloire ils changent leurs habits, leur langage, les deplus que sa vie : une puissance très absolue, qui lors, les bienséances; ils changent de goûts ne laisse point d'occasion aux brigues, à l'in- quelquefois ; ils gardent leurs mæurs toujours trigue, et à la cabale; qui ôte cette distance in- mauvaises ; fermes et constants dans le mal, ou finie qui est quelquefois entre les grands et les dans l'indifférence pour la vertu. petits, qui les rapproche, et sous laquelle tous Le stoïcisme est un jeu d'esprit et une idée plient également : une étendue de connoissances semblable à la république de Platon. Les stoiqui fait que le prince voit tout par ses yeux, qu'il ques ont feint qu'on pouvoit rire dans la pauagit immédiatement et par lui-même, que ses vreté, être insensible aux injures, à l'ingratigénéraux ne sont, quoique éloignés de lui, que tude, aux pertes de biens, comme à celles des ses lieutenants, et les ministres que ses minis- parents et des amis; regarder froidement la tres : une profonde sagesse qui sait déclarer la mort, et comme une chose indifférente, qui ne guerre, qui sait vaincre et user de la victoire, devoit ni réjouir, ni rendre triste; n'ètre vaincu qui sait faire la paix, qui sait la rompre, qui ni par le plaisir, ni par la douleur; sentir le fer

ou le feu dans quelque partie de son corps sans Ménalque descend son escalier, ouvre sa pousser le moindre soupir, ni jeter une seule porte pour sortir, il la referme : il s'aperçoit larme; et ce fantôme de verlu et de constance qu'il est en bonnet de nuit, et, venant à mieux ainsi imagine, il leur a plu de l'appeler un sage. s'examiner, il se trouve rasé à moitié, il voit Ils ont laissé à l'homme tous les défauts qu'ils que son épée est mise du côté droit, que ses lui ont trouvés, et n'ont presque relevé aucun bas sont raballus sur ses talons, et que sa chede ses foibles : au lieu de faire de ses vices des mise est par-dessus ses chausses. S'il marche peintures affreuses ou ridicules qui servissent dans les places, il se sent tout d'un coup ruà l'en corriger, ils lui ont tracé l'idée d'une per- dement frapper à l'estomac ou au visage; il ne fection et d'un héroisme dont il n'est point ca- soupçonne poiņt ce que ce peut être, jusqu'à pable, et l'ont exhorté à l'impossible. Ainsi le ce qu'ouvrant les yeux et se réveillant il se sage, qui n'est pas , ou qui n'est qu'imaginaire, trouve ou devant un limon de charrette, ou se trouve naturellement et par lui-même au-des- derrière un long ais de menuiserie que porte un sus de tous les évènements et de tous les maux : ouvrier sur ses épaules. On l'a vu une fois ni la goutte la plus douloureuse, ni la colique heurter du front contre celui d'un aveugle, la plus aiguë, ne sauroient lui arracher une s'embarrasser dans ses jambes, et tomber avec plainte; le ciel et la terre peuvent être ren- lui, chacun de son côté, à la renverse. Il lui est versés sans l'entraîner dans leur chute, et il de- arrivé plusieurs fois de se trouver tête pour meureroit ferme sur les ruines de l'univers ; lêle à la rencontre d'un prince et sur son paspendant que l'homme qui est en effet sort de sage, se reconnoitre à peine, et n'avoir que le son sens, crie, se désespère, étincelle des loisir de se coller à un mur pour lui faire place. yeux, et perd la respiration pour un chien Il cherche, il brouille, il crie, il s'échauffe, il perdu, ou pour une porcelaine qui est en appelle ses valets l'un après l'autre; on lui perd pièces.

tout, on lui égare tout : il demande ses gants qu'il Inquiétude d'esprit, inégalité d'humeur, in- a dans ses mains, semblable à celle femme qui constance de coeur, incertitude de conduite; prenoit le temps de demander son masque lorslous vices de l'ame, mais différents, et qui, qu'elle l'avoit sur son visage. Il entre à l'apparavec tout le rapport qui paroît entre eux, ne tement, et passe sous un lustre où sa perruque se supposent pas toujours l'un l'autre dans un s'accroche et demeure suspendue : tous les même sujet.

courtisans regardent, et rient; Ménalque reIl est difficile de décider si l'irrésolution rend garde aussi, et rit plus haut que les autres : il l'homme plus malheureux que méprisable, de cherche des yeux, dans loute l'assemblée, ou même s'il y a toujours plus d'inconvénient à est celui qui montre ses oreilles, et à qui il prendre un mauvais parti qu’à n'en prendre manque une perruque. S'il va par la ville, après aucun.

avoir fait quelque chemin, il se croit égaré, il Un homme inégal n'est pas un seul homme, s'émeut, et il demande où il est à des passants, ce sont plusieurs : il se multiplie autant de fois qui lui disent précisément le nom de sa rue: il qu'il a de nouveaux goûts et de manières entre ensuite dans sa maison, d'où il sort prédifférentes; il est à chaque moment ce qu'il cipitamment, croyant qu'il s'est trompé. Il desn'étoit point, et il va être bientôt ce qu'il n'a cend du palais; et, trouvant au bas du grand jamais été ; il se succède à lui-même. Ne de- degré un carrosse qu'il prend pour le sien, il mandez pas de quelle complexion il est, mais quelles sont ses complexions; ni de quelle hu

Ceci est moins un caractère particulier qu'un recueil de fails

de distraction : ils ne sauroient être en trop grand nombre, s'ils meur, mais combien il a de sortes d'humeurs.

sont agréables; car les goûts étant différents, on a à choisir. (In Ne vous trompez-vous point ? est-ce Eutichrale Bruyère.) que vous abordez? Aujourd'hui , quelle glace pris pour modèle un homme de la société, et qu'il soit en effet se met dedans ; le cocher louche , et croit ra- | pantoufle qu'il a prise pour ses Heures, et qu'il mener son maître dans sa maison. Ménalque a mise dans sa poche avant que de sortir. Il n'est se jette hors de la portière, traverse la cour, pas hors de l'église qu'un homme de livrée court inonte l'escalier, parcourt l'antichambre, la après lui, le joint, lui demande en riant s'il n'a chambre, le cabinet : tout lui est familier, rien point la pantoufle de monseigneur; Ménalque ne lui est nouveau ; il s'assit', il se repose, il lui montre la sienne, et lui dit: Voilà toutes les est chez soi. Le maitre arrive; celui-ci se lève pantoufles que j'ai sur moi. Il se fouille néanpour le recevoir, il le traite fort civilement, moins, et tire celle de l'évêque de *** qu'il vient le prie de s'asseoir, et croit faire les honneurs de quiller, qu'il a trouvé malade auprès de son de sa chambre; il parle, il rêve, il reprend feu, et dont, avant de prendre congé de lui, il la parole : le maître de la maison s'ennuie, a ramassé la pantoufle, comme l'un de ses gants et demeure étonné; Ménalque ne l'est pas qui étoit à terre : ainsi Ménalque s'en retourne moins, et ne dit pas ce qu'il en pense : il a chez soi avec une pantoufle de moins. Il a une affaire à un fàcheux, à un homme oisif, qui fois perdu au jeu tout l'argent qui est dans sa se retirera à la fin, il l'espère; et il prend pa- bourse; et, voulant continuer de jouer, il entre tience : la nuit arrive qu'il est à peine detrompé. dans son cabinet, ouvre une armoire, y prend Une autre fois, il rend visite à une femme; et, sa casseule, en tire ce qu'il lui plait, croit la se persuadant bientôt que c'est lui qui la re- remettre où il l'a prise : il entend aboyer dans çoit, il s'établit dans son fauteuil, et ne songe son armoire qu'il vient de fermer; étonné de nullement à l'abandonner : il trouve ensuite que ce prodige, il l'ouvre une seconde fois, et il cette dame fait ses visites longues ; il attend à éclate de rire d'y voir son chien qu'il a serré lous moments qu'elle se lève et le laisse en li- pour sa cassette. Il joue au trictrac, il demande berté; mais comme cela tire en longueur, qu'il à boire, on lui en apporte : c'est à lui à jouer, a faim, et que la nuit est déja avancée, il la il tient le cornet d'une main et un verre de l’auprie à souper ; elle rit, et si haut, qu'elle le tre; et, comme il a une grande soif, il avale les réveille. Lui-même se marie le matin, l'oublie dés et presque le cornet, jette le verre d'eau le soir, et découche la nuit de ses noces; dans le trictrac, et inonde celui contre qui il et, quelques années après, il perd sa femme, joue ; et, dans une chambre où il est familier, -elle meurt entre ses bras, il assiste à ses ob- il crache sur le lit, et jette son chapeau à terre, sèques; et le lendemain, quand on lui vient en croyant faire tout le contraire. Il se promène dire qu'on a servi , il demande si sa femme est sur l'eau, et il demande quelle heure il est ; on prète, et si elle est avertie. C'est lui encore lui présente une montre : à peine l'a-t-il reçue, qui entre dans une église, et prenant l'aveu- que, ne songeant plus ni à l'heure ni à la mongle qui est collé à la porte pour un pilier, et tre, il la jette dans la rivière, comme une chose sa tasse pour le bénitier, y plonge la main, la qui l'embarrasse. Lui-même écrit une longue porte à son front, lorsqu'il entend tout d'un lettre, met de la poudre dessus à plusieurs recoup le pilier qui parle et qui lui offre des prises, et jette toujours la poudre dans l'enoraisons. Il s'avance dans la nef, il croit voir un crier. Ce n'est pas tout : il écrit une seconde prie-Dieu, il se jette lourdement dessus; la lettre, et après les avoir cachetées toutes deux, machine plie, s'enfonce, et fait des efforts pour il se trompe à l'adresse; un duc et pair reçoit crier; Menalque est surpris de se voir à genoux l'une de ces deux lettres, et, en l'ouvrant, y sur les jambes d'un fort petit homme, appuyé lit ces mots : Maitre Olivier, ne manquez, sitôt sur son dos , les deux bras passés sur ses épau- la présente reçue, de m'envoyer ma provision de les, et ses deux mains jointes et étendues qui foin.... Son fermier reçoit l'autre; il l'ouvre, et lui prennent le nez et lui ferment la bouche; il se la fait lire; on y trouve : Monseigneur, j'ai se retire confus, et va s'agenouiller ailleurs : il reçu avec une soumission aveugle les ordres qu'il tire un livre pour faire sa prière, et c'est sa à votre grandeur... Lui

2 Bien que La Bruyère se desende ici en particulier d'avoie pour vous ! Hier il vous cherchoit, il vous ca- difficile de croire qu'un mème personnage lui ait fourni tous les ressoit , vous donniez de la jalousie à ses amis :

traits qu'il rassemble, il paroit constant que la plupart de ces

traits doivent être attribués au duc de Brancas, l'homine le plus vous reconnoît-il bien? dites-lui votre nom. distrait de son temps.

même encore écrit

une lettre pendant la nuit, et, après l'avoir cai Voir la note 1, page 350.

chetée, il éteint sa bougie; il ne laisse pas

d'être surpris de ne voir goutte , et il sait à peine et ne comprend pas pourquoi tout le monde comment cela est arrivé. Ménalque descend l'es- éclate de rire de ce qu'il a jeté à terre ce qu'on calier du Louvre; un autre le monte, à qui il lui a versé de trop. Il est un jour retenu au lit dit : C'est vous que je cherche. Il le prend par pour quelque incommodité; on lui rend visite, la main, le fait descendre avec lui, traverse il y a un cercle d'hommes et de femmes dans plusieurs cours, entre dans les salles, en sort; sa ruelle qui l'entretiennent, et en leur présence il va, il revient sur ses pas, il regarde enfin celui il soulève sa couverture et crache dans ses qu'il traîne après soi depuis un quart d'heure; draps. On le mène aux Chartreux; on lui fait il est étonné que ce soit lui; il n'a rien à lui voir un cloitre orné d'ouvrages, lous de la main dire; il lui quille la main, et tourne d'un autre d'un excellent peintre; le religieux qui les lui côté. Souvent il vous interroge, et il est déja explique parle de saint Bruno, du chanoine et bien loin de vous quand vous songez à lui ré- de son aventure, en fait une longue histoire, pondre; ou bien il vous demande en courant et la montre dans l'un de ces tableaux : Ménalcomment se porte votre père; et, comme vous que, qui pendant la narration est hors du cloilui dites qu'il est fort mal, il' vous crie qu'il en tre, et bien loin au-delà, y revient enfin, et est bien aise. Il vous trouve quelquefois sur son demande au père si c'est le chanoine ou saint chemin ; il est ravi de vous rencontrer, il sort de Bruno qui est damné. Il se trouve par hasard chez vous pour vous entretenir d'une certaine avec une jeune veuve; il lui parle de son défunt chose. Il contemple votre main : Vous avez là, mari, lui demande comment il est mort : celle dit-il, un beau rubis ; est-il balais ? Il vous quitte femme, à qui ce discours renouvelle ses douet continue sa route ; voilà l'affaire importante leurs, pleure, sanglote, et ne laisse pas de redont il avoit à vous parler. Se trouve-t-il en prendre tous les détails de la maladie de son campagne, il dit à quelqu'un qu'il le trouve époux, qu'elle conduit depuis la veille de sa heureux d'avoir pu se dérober à la cour pen- fièvre, qu'il se portoit bien, jusqu'à l'agonie. dant l'automne, et d'avoir passé dans ses terres Madame, lui demande Ménalque, qui l'avoit tout le temps de Fontainebleau ; il tient à d'au- apparemment écoulée avec attention, n'avieztres d'autres discours ; puis, revenant à celui-ci: vous que celui-? Il s'avise un matin de faire Vous avez eu, lui dit-il, de beaux jours à Fon- tout håter dans sa cuisine; il se lève avant le tainebleau ; vous y avez sans doute beaucoup fruit, et prend congé de la compagnie : on le chassé. Il commence ensuite un conte qu'il oublie voit ce jour-là en tous les endroits de la ville, d'achever; il rit en lui-même, il éclate d’nne chose hormis en celui où il a donné un rendez-vous qui lui passe par l'esprit, il répond à sa pensée, précis pour cette affaire qui l'a empêché de diil chante entre ses dents , il siffle, il se renverse ner, et l'a fait sortir à pied, de peur que son dans une chaise, il pousse un cri plaintif, il carrosse ne le fît attendre. L'entendez-vous bâille, il se croit seul. S'il se trouve à un repas, crier, gronder, s'emporter contre l'un de ses on voit le pain se multiplier insensiblement sur domestiques? Il est étonné de ne le point voir; son assiette; il est vrai que ses voisins en man- où peut-il être? dit-il; que fait-il? qu'est-il dequent, aussi bien que de couteaux et de four-venu? qu'il ne se présente plus devant moi, je chettes, dont il ne les laisse pas jouir long-le chasse dès à cette heure : le valet arrive, à temps. On a inventé aux tables une grande qui il demande fièrement d'où il vient; il lui cuiller pour la commodité du service; il la prend, répond qu'il vient de l'endroit où il l'a envoyé, la plonge dans le plat, l'emplit, la porte à sa et il lui rend un fidèle compte de sa commission. bouche, et il ne sort pas d'étonnement de voir vous le prendriez souvent pour tout ce qu'il répandu sur son linge et sur ses babits le po- n'est pas : pour un stupide, car il n'écoute point, lage qu'il vient d'avaler. Il oublie de boire pen- et il parle encore moins; pour un fou, car, oudant tout le dîner; ou, s'il s'en souvient, et tre qu'il parle tout seul, il est sujet à de certaiqu'il trouve qu'on lui donne trop de vin, il en nes grimaces et à des mouvements de tête invoflaque plus de la moitié au visage de celui qui lontaires; pour un homme fier et incivil, car est à sa droite; il boit le reste tranquillement, vous le saluez, et il passe sans vous regarder,

« PreviousContinue »