Page images
PDF
EPUB
[blocks in formation]

D'UNE XOTICE BIOGRAPHIQUE ET DES NOTES

TIRÉES DE L'ÉDITION COMPLÈTE PUBLIÉE

PAR E. GERUZEZ

PARIS

LIBRAIRIE HACHETTE ET Cle

BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79

[merged small][merged small][ocr errors][merged small]

848 4175 1871:

12-24-26 - EHW.

AVIS DES ÉDITEURS.

[ocr errors]

Choisir dans La Fontaine est une opération fort déli. cate. C'est surtout avec un tel poëte, et, pour emprunter une de ses expressions, que la serpe peut devenir a un instrument de dommage. » Cependant voulant répondre convenablement aux scrupules et à l'intention de l'autorité supérieure qui règle l'usage des livres classiques, nous avons retranché du recueil complet des fables de La Fontaine certains passages et même des apologues entiers étrangers par leur sujet aux idées de l'enfance. Nous avons, en outre, profité de l'occasion qui nous était offerte pour écarter quelques fables que le poëte a laissé passer par négligence ou par distraction, qu'il aurait sacrifiées lui-même de bon cøur si on l'en edt prié, et qui n'étaient pas dignes de figurer à edté de tant de chefs-d'ouvre.

Nous avons conservé, pour rendre ce choix plus utile et plus agréable, une partie notable du commentaire qui donne tant de prix à l'édition classique que nous avons publiée antérieurement. Nous avons pu même, grâce à l'obligeance de M. Geruzez, introduire de nou. velles notes qui dissipent jusqu'aux moindres obscurités du texte. Le même concours nous a permis de remplacer l'étude biographique et littéraire qui sert d'introduction

[ocr errors]

au recueil complet par une courte notice appropriéo au caractère et à la destination de ce nouveau volume.

Ainsi l'édition réduite que nous offrons au public so présente encore sous la garantie de l'habile professeur dont les travaux divers liennent dans l'enseignement de nos écoles une place si honorable.

LA FONTAINE.

(1621-1695.)

Jean de La Fontaine naquit à Château-Thierry le 8 juillet 1621 : son père, Charles de La Fontaine, exerçait la charge de maitre des eaux et forêts; sa mère, Françoise Pidoux, était fille d'un bailli de Coulommiers. Après des études faites sans effort et sans éclat, il entra à vingt ans au séminaire de SaintMagloire, où il pe tarda pas à reconnaitre qu'il n'était pas né pour suivre la carrière ecclésiastique. Il en sortit après un an de séjour et rentra dans sa famille pour y mener, pendant quelques années, une vie qui móntrait son goût pour le dés@uvrement et la rêverie, såns rien révéler de son instinct poétique. A vingt-six ans il se laissa marier, et, investi dès lors de la charge de son père, il négligea également sa femme et son emploi pour se livrer à la poésie, dont le goût s'était éveillé tardivement en lui au bruit d'une ode de Malherbe pompeusement déclamée. Il essaya sans doute d'imiter ce poète sans pouvoir y réussir, mais il garda toujours pour lui une vive admiration. Quelques vers badins et la traduction libre d'une comédie de Térence commencèrent à le faire connaitre.Cela sufât pour qu'il fût accueilli du surintendant Fouquet, auquel un de ses parents le présenta. Fouquet fut pour lui un protecteur généreux

« PreviousContinue »