Théàtre de Pierre et de Thomas Corneille: Vie de Corneille, par Fontenelle. Supplèment à la Vie de Cornelle. Avertissement sur la tragèdie du Cld. La Cld. Horace. Cluna. Polyencte, martyr. Pompèe. La menteur. La suite du Menteur. t.2. Rodogune, Princesse des Parthes. Héraclius. Don Sache d'Aragon. Nicomède. Sertorius. Ocuvres choisles de Thomas Corneille; Le comte d'Essex. Le festin de Pierre

Front Cover
Firmin Didot frères, 1843
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 151 - Rome, l'unique objet de mon ressentiment! Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant; Rome qui t'a vu naître, et que ton cœur adore ! Rome enfin que je hais parce qu'elle t'honore ! Puissent tous ses voisins, ensemble conjurés, Saper ses fondements encor mal...
Page 427 - Toute une ville entière, avec pompe bâtie, Semble d'un vieux fossé par miracle sortie, Et nous fait présumer, à ses superbes toits, Que tous ses habitants sont des Dieux ou des Rois.
Page 118 - II épuise sa force à former un malheur Pour mieux se mesurer avec notre valeur; Et comme il voit en nous des âmes peu communes, Hors de l'ordre commun il nous fait des fortunes.
Page 32 - Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes . IIs peuvent se tromper comme les autres hommes ; Et ce choix sert de preuve à tous les courtisans Qu'ils savent mal payer les services présents.
Page 230 - D'aucun mot, d'aucun cri, n'en interromps le cours ; Tiens ta langue captive; et si ce grand silence A ton émotion fait quelque violence, Tu pourras me répondre après tout à loisir : Sur ce point seulement contente mon désir.
Page 193 - Les honneurs sont vendus aux plus ambitieux ; L'autorité livrée aux plus séditieux : Ces petits souverains qu'il fait pour une année, Voyant d'un temps si court leur puissance bornée, Des plus heureux desseins font avorter le fruit, De peur de le laisser à celui qui les suit...
Page 73 - L'épouvante les prend à demi descendus, Avant que de combattre ils s'estiment perdus. Ils couraient au pillage, et rencontrent la guerre; Nous les pressons sur l'eau, nous les pressons sur terre, Et nous faisons courir des ruisseaux de leur sang, ' , Avant qu'aucun résiste ou reprenne son rang. Mais bientôt, malgré nous, leurs princes les rallient. Leur courage renaît, et leurs terreurs s'oublient : La honte de mourir sans avoir combattu Arrête leur désordre, et leur rend la vertu. , Contre...
Page 189 - L'autre, tout débonnaire, au milieu du sénat A vu trancher ses jours par un assassinat. Ces exemples récents suffiraient pour m'instruire, 385 Si par l'exemple seul on se devait conduire: L'un m'invite à le suivre, et l'autre me fait peur; Mais l'exemple souvent n'est qu'un miroir trompeur, Et l'ordre du destin qui gêne nos pensées N'est pas toujours écrit dans les choses passées : 390 Quelquefois l'un se brise où l'autre s'est sauvé, Et par où l'un périt un autre est conservé.
Page 233 - Mais tu ferais pitié même à ceux qu'elle irrite, Si je t'abandonnais à ton peu de mérite. Ose me démentir, dis-moi ce que tu vaux, Conte-moi tes vertus, tes glorieux travaux, Les rares qualités par où tu m'as dû plaire, Et tout ce qui t'élève au-dessus du vulgaire.
Page 43 - RODRIGUE. D'une indigne pitié ton audace est suivie : Qui m'ose ôter l'honneur craint de m'ôter la vie ! LE COMTE. Retire-toi d'ici. DON RODRIGUE. Marchons sans discourir. LE COMTE. Es-tu si las de vivre ? DON RODRIGUE. As-tu peur de mourir?

Bibliographic information