Oeuvres diverses, Volume 1

Front Cover
Louis Hauman et Compe., Libraires, 1836 - 579 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 98 - Il est à peu près temps que j'aille au bain, car il me semble qu'il est mieux de ne boire le poison qu'après m'être baigné, et d'épargner aux femmes la peine de laver un cadavre. » Quand Socrate eut achevé de parler, Criton prenant la parole : « A la bonne heure, Socrate, lui dit-il ; mais n'as-tu rien à nous recommander, à moi et aux autres, sur tes enfants ou sur toute autre chose où nous pourrions te rendre service? — Ce que je vous ai toujours recommandé...
Page 92 - S'il en est ainsi, et que les hommes, après la mort, reviennent à la vie, il s'ensuit nécessairement que les âmes sont dans les enfers pendant cet intervalle; car elles ne reviendraient pas au monde, si elles n'étaient plus : et...
Page 151 - Adieu ! Pleure ta chute en vantant tes héros ! Sur des bords où la gloire a ranimé leurs os , Je vais chercher ailleurs (pardonne, ombre romaine ! ) Des hommes, et non pas de la poussière humaine!...
Page 87 - La philosophie recevant l'âme liée véritablement et pour ainsi dire collée au corps , et forcée de considérer les choses non par elle-même, mais par l'intermédiaire des organes comme à travers les murs d'un cachot et dans une obscurité absolue , reconnaissant que toute la force du cachot vient des passions qui font que le prisonnier aide lui-même à serrer sa chaîne ; la philosophie , dis-je , recevant l'âme en cet état , l'exhorte doucement et travaille à la délivrer; et pour cela...
Page 100 - Criton prenne les choses plus doucement, et qu'envoyant brûler mon corps ou le mettre en terre , il ne s'afflige pas sur moi comme si je souffrais de grands maux, et qu'il ne dise pas à mes funérailles qu'il expose...
Page 90 - Au contraire , en se rendant indépendante des passions , en suivant la raison pour guide , en ne se départant jamais de la contemplation de ce qui est vrai , divin , hors du domaine de l'opinion ; en se nourrissant de ces contemplations sublimes, elle acquiert la conviction qu'elle doit vivre ainsi tant qu'elle est dans cette vie , et qu'après la mort elle ira se réunir à ce qui lui est semblable et conforme à sa nature, et sera délivrée des maux de l'humanité.
Page 99 - Je ne saurais venir à bout, mes amis, de persuader à Criton que je suis le Socrate qui s'entretient avec vous, et qui ordonne toutes les parties de son discours...
Page 118 - Ces mots nous firent rougir, et nous retînmes nos pleurs. « Cependant Socrate, qui se promenait, dit qu'il sentait ses jambes s'appesantir, et il se coucha sur le dos, comme l'homme l'avait ordonné. En même temps, le même homme qui lui avait donné le poison s'approcha, et, après avoir examiné quelque temps ses pieds et ses jambes, il lui serra le pied fortement et lui demanda s'il le sentait ; il dit que non. Il lui serra ensuite...
Page 113 - ... fort à propos : car sachez bien qu'il ya longtemps que je ne serais plus en vie , si je m'étais mêlé des affaires publiques , et je n'aurais rien avancé ni pour vous ni pour moi.
Page 190 - Dans ton sein, que tant de vie inonde, L'être succède à l'être, et la mort est féconde ! Le temps s'épuise en vain à te compter des jours, Le siècle meurt et meurt, et tu renais toujours...

Bibliographic information