Troisieme suite des mélanges de poesie, de littérature, d'histoire et de philosophie, Volume 1

Front Cover
Grangé for Prault, 1761 - 476 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 82 - ... c'est un discernement prompt, comme celui de la langue et du palais, et qui prévient comme lui la réflexion ; il est, comme lui, sensible et voluptueux à l'égard du bon ; il rejette, comme lui, le mauvais avec soulèvement...
Page 81 - L'orgueilleux étale l'excès de la bonne opinion qu'il a de lui-même. Le glorieux est plus rempli de vanité ; il cherche plus à s'établir dans l'opinion des hommes , il veut réparer par les...
Page 14 - ... et je suis trop serviteur de Votre Majesté, pour lui dissimuler que si elle cherchait sa sûreté ailleurs que dans leur vertu, ils seraient obligés de chercher la leur dans un autre parti que dans le sien.
Page 255 - ... comment, tant de bien à la terre. Remerciez bien Dieu de n'avoir rien de commun , ni avec leur conduite, ni avec leurs écrits. Vos saintes idées sur le gouvernement politique sont une suite de votre sagesse. On voit que vous connoissez les royaumes de la terre tout comme le royaume des cieux.
Page 87 - C'eft pourquoi les anciens avaient imaginé que la déefle de la beauté ne devait jamais paraître fans les Grâces. La beauté ne déplaît jamais ; mais elle peut être dépourvue de ce charme fecret qui invite à la regarder , qui attire , qui remplit l'ame d'un fentiment doux. Les grâces dans la figure , dans le maintien , dans l'action , dans les difcours , dépendent de ce mérite qui attire.
Page 86 - ... il ya du mérite dans leurs efforts ; ce mérite couvre leurs défauts. Le public, amoureux des nouveautés, court après eux; il s'en dégoûte, et il en paraît d'autres qui font de nouveaux efforts pour plaire; ils s'éloignent de la nature encore plus que les premiers : le goût se perd; on...
Page 83 - Il ne suffit pas, pour le goût, de voir, de connaître la beauté d'un ouvrage, il faut la sentir, en être touché. Il ne suffit pas de sentir, d'être touché d'une manière confuse, il faut démêler les différentes nuances : rien ne doit échapper à la promptitude du discernement...
Page 253 - En effet, monsieur, quels maux épouvantables n'ont pas fait dans le monde une douzaine de vers répandus dans...
Page 17 - N'en fil l'amour en mon âme renaître; Et que mon cœur, autrefois son captif, Ne ressemblât l'esclave fugitif A qui le sort fait rencontrer son maître. De pareils traits plaisent à tout le monde, et caractérisent l'esprit délicat d'une nation ingénieuse.
Page 124 - ... cinq lieues, une terrasse qui domine sur cent jardins, ce même lac qui présente un vaste miroir au bout...

Bibliographic information