Page images
PDF
EPUB

les manuscrits originaux sur lequels avoient été faites les précédentes éditions, et qui sont maintenant conservés a la bibliothéque impériale; il eut.en outre le bonheur d'être aidé d'autres manuscrits moins étendus, mais non moins authentiques, et qui lui fournirent plusieurs excellents morceaux jusqu'alors inconnus. Le résultat de ses travaux a été un recueil beaucoup plus ample, et surtout mieux ordonné que toutes les précédentes impressions.

Ce nouvel éditeur perfectionna encore cette classification qu'avoit si bien établie Condorcet; et, grâces à ces deux hommes habiles, on n'est point fatigué dans leurs éditions par cette incohérence d'idées qui rendoit souvent si pénible la l'ecture des Pensées de Pascal.

Je ne pouvois suivre un meilleur guide que cette dernière édition de 1779, et c'est celle que je reproduis ici. Je ne me suis cependant point cru dispensé de revoir aussi moi-même les manuscrits originaux; et, indépendamment de quelques passages que cette attentive verification m'a mis à portée de rectifier, j'ai pu recueillir encore un petit nombre de Pensées échappées à l'attention de ceux qui m'ont précédé. On les trouvera page 198 et suivantes du second volume. Ce n'est pas que je prétende attacher trop d'importance à ces glanures de quelques pensées d'un grand homme, qui, pour ne pas être indignes de lui, ne peuvent cependant rien ajouter à sa gloire : mais elles seront au moins pour le lecteur un témoignage des soins tout particuliers que j'ai apportés à cette édition.

Une table des matières, utile dans presque tous les livres, quoique si mal à propos oubliée dans un trop grand nombre', est indispensable à un recueil de cette nature. Sans un pareil secours, comment se retrouver au milieu de la quantité innombrable de ces Pensées déta

1 Depuis que la quantité des livres s'est accrue d'une manière si effrayante, il semble qu'on devroit être d'autant plus soigneux à offrir aux lecteurs tout ce qui peut leur éviter d'inutiles pertes de temps, ou rappeler plus sûrement à leur mémoire de bonnes lectures antérieurement faites; cependant la plupart des réimpressions modernes de nos meilleurs livres, et surtout les éditions en petit format , sont entièrement dépourvues de tables , chées? comment parvenir à se guider dans ses recherches. Il n'a cependant été fait jusqu'à présent qu'une table très courte, et étrangement négligée; encore ne la trouve-t-on que dans quelques éditions assez anciennes. J'ai réparé cette omission; et tout en évitant une fatigante prolixité, je me suis appliqué à donner à cette table si nécessaire, assez d'étendue

souvent même quoiqu'il en existe de très bonnes, faites par les auteurs, ou sous leurs yeux, et qui ne coûteroient que la peine de les réimprimer.

Ce qui a été exécuté, avec trop de détails peut-être, pour la presque totalité des anciens auteurs grecs et latins, pourquoi ne le feroit-on pas, en y apportant un juste discernement, pour les chefs-d'ouvre littéraires qui honoreront à jamais la France ? Des tables, non-seulement des matières, mais surtout aussi des locutions (indices locutionum ) usitées par Corneille, Racine, Bossuet, Fénélon, etc., ne seroient pas moiris utiles pour l'étude de la littérature françoise que le sont pour la littérature latine celles qui ont été faites avec tant d'exactitude pour Virgile, Ovide, etc. etc., par des savants laborieux des seizième et dix-septième siècles, et qu'on ne peut consulter sans une vive reconnoissance pour ces hommes estimables qui ont si modestement consacré pour qu'en la parcourant on puisse y prendre une idée suffisante du contenu de tout le rc

cucil.

Ce classement par ordre alphabétique fera ressortir quelques contradictions; il rapprochera certaines propositions qui semblent peu d'accord entre elles : mais on ne doit jamais perdre de vue, en lisant cet ouvrage, qu'il n'a

leurs veilles à l'utilité de tous. Pourquoi de semblables projets ne se réalisent - ils plus ? Parce que nous sommes maintenant trop peu studieux, et beaucoup trop dissipés; et surtout aussi parce que, plus avides de la gloire littéraire qu'habiles à la mériter, nous ne savons pas plutôt assembler bien ou mal quelques périodes, que nous nous croyons des hommes de lettres, des auteurs : nous voulons faire des livres, souvent même sans avoir le talent d'y présenter la moindre idée nouvelle. Aussi combien de productions madernes sont faites aux dépens d'anciens ouvrages, justement par le même mécanisme qui produit les tables des matières, avec cette différence, qu'au moins celles-ci seroient utiles, tandis que de ces reminiscences et de ces larcins élendus et comme ensevelis dans une prose médiocre, ou dans des vers plus mauvais encore, il ne peut résulter que des ouvrages sans utilité comme sans intérêt, et dignes d'un prompt vubli.

pas été mûri et achevé par son auteur ; que Pascal n'a point, comme La Rouchefoucauld, La Bruyère, réuni ses pensées en un corps de doctrine; qu'il les déposoit sur le papier, uniquement pour les retrouver au besoin, souvent même sans prendre le temps nécessaire pour les écrire en entier, et qu'il est très probable : que plusieurs de ces Pensées ou notes ne sont que des objections qu'il se faisoit à soi-. même , avec l'intention de les examiner , et peut-être même pour les réfuter plus à loisir. Il est, au reste, impossible de vérifier jusqu'à quel point ce que nous appelons les PENSÉES de Pascal est l'expression véritable de ses opinions; et malgré la foiblesse ou le défaut de justesse d'un petit nombre d'articles, on ne peut se refuser à admirer la profondeur ou la sublimité de presque tout cet étonnant recueil. Quelle tête extraordinaire a dû être celle dont les brouillons informes ont produit un tel ouvrage!

C'est ce qui est indubitable. Voyez tome II, page 21 et suivantes, et beaucoup d'autres passages dans le cours du Recueil,

« PreviousContinue »