Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

Honorée du Palronage de S. A. I. Me" le Prince NAPOLÉON

[graphic][merged small][merged small][subsumed][merged small][merged small][merged small]

1

Turning

AUTEURS
127.32
24339 DES ARTICLES INSÉRÈS OĽANALYSÉS DANS LE BULLETIN.

MM.

MM.
Azaïs (Gabriel), page 111.

Girod, 50, 337.
Baud, 184, 357.

Huart (Adolphe), 83.
Bel, 7, 30, 37, 84, 101, 347.

Jacquemin (Louis), 8.
Berge (Hector), 13, 331, 346.

Lambert (Eutrope), 301.
Bergeret, 15.

Léon (Jules), 83, 87, 264, 297, 333.
Billot (Achille), 366.

Marcou (Jules), 67.
Blondeau (Casimir), 74.

Marminia, 52, 305.
Bourotte (Mlle), 77, 239, 293, 327. Millien (Achille), 48, 294.
Bousson de Mairet, 342.

Oppepin (Louis), 76, 237, 293.
Brune Adolphe), 247.

Papillon (Fernand), 39, 43, 47.
Châtel (Victor), 320.

Pasteur, 243.
Chavanton, 77.

Perron, 24.
Chevassus (Adolphe), 75, 150, 262. Pidancet, 97.
Chonneau-Dubisson, 103, 136, 168, Raindre (Mmo), 129, 161, 193.
. 188, 200, 220, 225, 250, 257, 285, Regnault, 179
289, 314, 321.

Rouget, 81, 210.
Cler (H.-G.), 26, 39, 43, 47, 55, 111, Sauria (Edmond), 62,93, 125, 157, 187.

141, 175, 216, 301, 305, 333. Sauria (Charles), 173.
De Bourilhon, 1, 33, 65.

Sénamaud (Jean), 296.
De Pietra-Santa, 232.

Thevenot (Arsène), 14).
De Rattier (Ernest), 216.

Tissot, 337.
Donnet (Mgr), 364.

Tourniaire, 274.
Fauconnet (Alfred), 208.

Vionnet, 30, 31, 32, 33, 347, 283, 311,
Fourquet, 61, 223, 356, 357.

354.
Gindre, 59, 70, 121, 235, 272, 359. Wey (Prancis), 117, 269.

1

Notice sur le tremblement de terre d'Oran,

en 1790,

PAR LE DOCTEUR DE BOURILHON, MEMBRE CORRESPONDANT.

(Suite).

III. — RAPPORT DU COMTE DE CUMBRE-HERMOSA, SUR LE TREMBLEMENT

DE TERRE SURVENU DANS LA NUIT DU 8 AU 9 OCTOBRE 1790.

Sire, aujourd'hui que Dieu, par un effet de sa miséricorde infinic, a daigné nous délivrer des ennemis toujours acharnés contre nous, et que les commotions souterraines, quoique continuelles, ne sont plus aussi violentes, je me fais un devoir d'obéir à l'ordre de Votre Majesté, qui m'enjoint de lui adresser une relation exacte des évènements dont cette ville vient d'être le théâtre, dès que je pourrai m'y reconnaître. En conséquence, j'omettrai dans mon récit les détails qui, en raison de leur peu d'importance, ne mériteraient pas de fixer l'attention de votre Majesté, ou qui découleraient de l'exposé mêmc des faits, m'atlachant à présenter, dans le meilleur ordre possible, les évènements les plus essentiels.

Dans la nuit du 8 au 9 octobre dernier, à une heurc et quelques minutes, alors que le sommeil excrce un plus grand empire sur la nature humaine, Dieu fit peser sur nous le glaive de sa justice, menaçant de nous exterminer tous dans les convulsions d'un tremblement de terre si profond, si terrible, qu'en moins de trois minutes il ruina la majeure partie des édifices et ébranla le reste de fond en comblc. Les bâtiments situés sur les hauteurs de la ville, tels que l'alcazar, le contrôle des finances, la trésorerie, la résidence de l'intendant, le quartier du régiment des Asturics et les églises, tous éprouvèrent les plus grands dommages. Ces dernières, principalement, causèrent d'irrémédiables malheurs, écrasant, dans leur chule, tout ce qui se rencontra devant elles. L'épouvante produite par une si étrange secousse retint, tremblants dans leurs lits, un grand nombre d'habitants, tandis que d'autres se sauverent de leur demoure. Lequel de ces deux partis fut le plus sage? C'est ce qu'on ne saurait dire; car si quelques-uns de ces infortunés, en cherchant à fuir, coururent à une mort qu'ils auraient pu éviter, d'autres perirent pour l'avoir attendue.

Après celte première et affreuse secousse, on cnlendit les gémisse-li ments et les cris de détresse des victimes à moitié ensevelies, des

« PreviousContinue »