Page images
PDF
EPUB

AVERTISSEMENT.

S. M. l'Empereur Napoléon III ayant daigné auioriser 0 la Biblixheque des campagnes la publication d'un cuix de sa cuvres, l'éditeur a pensé qu'un si précieux Wwwguage l'obligeait de donner à cette collection de nouveaux soins, et, pour la rendre de plus en plus digne du favorable et bienveillant accueil qu'elle a reçu du publie, il a eru ne pouvoir mieux faire que d'offrir aux lecueurs, depuis les origines de la monarchie jusqu'à notre Lemps méme, une sorte de résumé littéraire, qui fasse connaitre la marche et le développement de potre esprit national, et qui mette en lumière les grandes inspirations des écrivains dont la France s'honore.

A une époque où l'éducation populaire préoccupe si vivement les esprits, à une époque où le gouvernement s'applique, par tant de généreux efforts, à élever, dans les classes laborieuses, le niveau de la moralité et de l'intelligence, l'éditeur de la Bibliothèque des campagues a pensé qu'il servirait utilement cette grande cause en rendant accessibles à tous les chefs-d'oeuvres de notre littérature, en les popularisant dans des volumes que la modicité de leur prix met à la portée des plus modestes épargnes.

Jusqu'ici, la connaissance de nos grands écrivains est

restée concentrée parmi les personnes qui ont reçu une éducation classique, et qui sont destinées à vivre d'une vie de loisirs ou à suivre les carrières dites libérales; mais de notre temps l'instruction populaire ne cesse point de progresser et l'aspiration plus élevée de l'intelligence universelle demandant de nouvelles satisfactions, il y a là un mouvement qu'il est impossible de méconnaître, et qui n'a point échappé aux habiletés de la spéculation. Une foule de petits journaux et de petits livres paraissent chaque jour, pour satisfaire cette ardeur de lecture qui se manifeste dans tous les rangs de la société ; mais ces journaux et ces livres sont-ils tous de nature à servir la cause du progrès moral et intellectuel ? Nous laisserons à d'autres le soin de répondre, et en nous bornant à constater le fait, nous ajouterons qu'il nous paraît au moins inutile de propager des travaux d'un intérêt et d'un mérite fort contestables, quand on a sous la main des productions d'un ordre supérieur, qui offrent tout à la fois les modèles achevés de la composition littéraire et le jugement des penseurs les plus illustres sur la conduite de la vie, la religion et la morale.

La présente publication a donc un double objet :

D'une part, elle fait connaître, par des extraits sévèrement choisis, les productions les plus remarquables du génie français durant une période de quinze siècles.

D'autre part, elle offre un cours de morale à la fois théorique et pratique, où se trouvent affirmés, par des hommes dont la gloire est impérissable, les grandes vérités qui font la force, la dignité et le charme de la vie.

Nous avons la ferme confiance que d'utiles leçons ressortiront de la lecture de ces volumes, où les évêques de la Gaule romaine, les poëtes héroïques de la chevalerie, les historiens nationaux du moyen âge, les moralistes, les orateurs chrétiens, les souverains les plus glorieux eux

[blocks in formation]

mêmes, parlent tour à tour de la grandeur de Dieu, des magnificences de la nature, des devoirs de l'homme, des nobles souvenirs de la patrie, des sentiments les plus profonds de l'âme humaine. Saint Césaire d'Arles, Montaigne, Nicole, Rollin, Pascal, Bossuet, Massillon, Bourdaloue, Fléchier, La Bruyère, Corneille, La Fontaine, Montesquieu, Chateaubriand, Louis XIV, Napoléon Ier et tant d'autres encore, gloire des jours anciens ou des temps nouveaux, voilà les noms que nous présentons aux lecteurs, comme la garantie de l'intérêt du livre, au double point de vue de la curiosité de l'esprit, de l'utilité morale et de l'enseignement pratique.

L'ouvrage est divisé en deux parties : la première contient les prosateurs; la seconde contient les poëtes. Toutes deux, sous le rapport chronologique, suivent avec un parallélisme exact ; mais comme la langue française ne se montre relativement que fort tard, nous avons d'un côté comme de l'autre remplacé les textes latins par des traductions, ce qui explique pourquoi notre volume de vers commence par de la prose. Quand la langue vulgaire apparait, nous avons donné, à côté des textes originaux, la traduction en langage moderne de ces mêmes textes, ce qui nous a paru pour les lecteurs beaucoup plus commode qu'une simple explication de vieux mots par renvois en forme de vocabulaire. Aux extraits de chaque auteur nous avons ajouté une notice biographique, résumant les principaux faits de la vie des écrivains, et indiquant le blâme et l'éloge, en dehors de tout esprit d'école et de parti. Enfin, nous avons placé en tête du premier volume une introduction générale, dans laquelle nous nous sommes efforcé de présenter un résumé de notre histoire littéraire.

En adoptant l'ordre chronologique pour la classification des auteurs, et non l'ordre arbitraire par division de sujets, nous avons voulu mettre dos lecteurs à même de suivre dans son développement la marche de l'esprit français et l'histoire même des variations du langage. Heureux si, par ce livre, étranger à toute prétention, nous pouvons servir encore la cause de l'instruction populaire, et propager, au milieu des ruines que tant de révolutions ont faites autour de nous, les principes salutaires que de glorieux ancêtres nous ont légués comme un héritage ipipérissable.

LA

LITTÉRATURE FRANÇAISE

DEPUIS

SES ORIGINES JUSQU'A NOS JOURS.

Quand on étudie l'histoire de notre civilisation, on resle frappé d'un étonnement douloureux en voyant au prix de quels efforts la France est parvenue à conquérir le rang qu'elle occupe aujourd'hui dans le monde. Les immenses massacres de la conquête romaine, les invasions des barbares, des Sarrasins et des Normands, les guerres féodales, les guerres contre l’Angleterre, les luttes religieuses du seizième siècle, les coalitions de l'Europe contre Louis XIV, la république et l'empire, ont tenu pendant dix-huit siècles nos aïeux sous les armes ; et cependant, au milieu de tant d'agitations, les lettres et les arts n'ont jamais cessé de briller du plus vif éclat. Les penseurs, les poëtes, les orateurs, les légistes, les historiens ont toujours formé chez nous, même aux époques les plus troublées de nos annales, le glorieux cortège des soldats et des héros, et c'est ce double caractère, c'est cette aptitude à combattre et cette aptitude à penser qui nous ont fait ce que nous sommes, c'est-à-dire le premier des peuples guerriers et le premier des peuples littéraires de l'Europe. Il nous serait impossible, dans les bornes qui nous sont imposées ici, de présenter un tableau complet de notre littérature, mais nous allons du moins indiquer les grandes lignes, montrer d'après l'ordre des temps les voies diverses que le génie national a parcourues, et le suivre pendant dix-liuit siècles dans son majeslueux développement. f.

j

« PreviousContinue »