Page images
PDF
EPUB

VII. Enfin la conoiffance des diférens fens dans lesquels un mème mot eft employé dans une mème langue. La conoiffance de ces diférens fens eft néceffaire, pour avoir une véritable intelligence des mots, entant que fignes de nos pensées : ainfi j'ai cru qu'un traité sur ce point apartenoit à la Grammaire ; & qu'il ne faloit pas atendre que les enfans euffent paffé fept ou huit ans dans l'étude du latin, pour leur aprendre ce que c'eft que le fens propre & le fens figuré, & ce qu'on entend par Mé taphore ou par Métonymie. On ne peut faire aucune question fur les mots, qui ne puiffe être rédui te fous quelqu'un de ces fept articles. Tel eft le plan que je me fuis fait, y a long-tems, de la Grammaire. Mais, quoique ces diférentes parties foient liées entre elles, de telle forte qu'en les réunissant toutes en

il

femble, elles forment un tout qu'on apèle Grammaire; cependant chacune en particulier ne fupose néceffairement que les conoiffances qu'on a aquifes par l'usage de la vie. Îl n'y a guère que les préliminaires de la fyntaxe qui doivent précéder néceffairement la fyntaxe; les autres parties peuvent aler affez indiférament l'une avant l'autre : ainfi cette partie de Grammaire que je done aujourd'hui, ne fupofant point les autres parties, & pouvant facilement y être ajoutée, doit être regardée come un traité particulier fur les tropes & fur les diférens fens dans lesquels on peut prendre un mème mot.

Nous avons des traités particuliers fur l'orthographe, fur la profodie, ou quantité, fur la fyntaxe, &c en voici un fur les tropes.

On me dira peut-être que je m'arête ici quelquefois à des choses trop

"

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

aifées & trop comunes;mais les jeunes gens ne viènent point dans le monde avec la conoiffance de ces choses aifées & comunes ; ils ont befoin de les aprendre, s'ils veulent paffer à la conoiffance de celles qui font plus dificiles & plus élevées.

pour

1

D'autres, au contraire, trouveront que ce traité contient des réflexions qui font au deffus de la portée des jeunes gens; mais je les fuplie d'obferver que j'adresse ma Grammaire aux Maitres. Je crois les maitres néceffaires les raifons que j'explique dans la préface générale de la Grammaire. Mon objet eft que les maitres trouvent dans cet ouvrage les réflexions & les exemples dont ils peuvent avoir befoin, fice n'eft pour eux-mêmes, au moins pour leurs élèves. C'est enfuite aux maitres à régler l'usage de ces réflexions & de ces exemples, felon les lumières, les ta

lens & la portée de leurs disciples. C'est une réflexion que je prie le Lecteur de ne point perdre de vue, s'il veut entrer dans ma pensée.

que

Au refte, je rapèle quelquefois dans ce traité certains points,en difant j'en ai parlé plus au long ou dans la fyntaxe ou dans quelqu'autre partie de la Grammaire, on doit me pardoner de renvoyer ainsi à des ouvrages qui ne font point encore imprimés, parce qu'en ces ocafions je ne dis rien qu'on ne puiffe bien entendre fans avoir recours aux endroits que je rapèle, j'ai cru que puisque les autres parties fuivront celle-ci, il y auroit plus d'ordre & de liaison entre elles, à fuposer pour quelque tems ce que j'espère qui arivera.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

E ne crois pas qu'il y ait des fautes typographiques

Imprimeurs, ou s'il y en a elles ne font pas bien confidérables. Cependant, come il n'y a point encore en France de manière uniforme d'écrire, je ne doute pas que chacun, felon fon parti, ne trouve ici un grand nombre de fautes.

Mais, 1. mon cher Lecteur, avez-vous jamais médité fur l'Orthographe? Si vous n'avez point fait de réflexions férieufes fur cette partie de la Grammaire, fi vous n'avez qu'une orthographe de hazard & d'habitude, permettez-moi de vous prier de ne point vous arêter à la manière dont ce livre eft ortographié, vous vous y acoutumerez infenfiblement.

2. Etes-vous partifan de l'anciène orthographe? Prenez donc la peine de mettre des lettres doubles qui ne fe prononcent point, dans tous les mots que vous trouverez écrits fans ces doubles lettres. Ainfi, quoique felon vos principes il faille avoir égard à l'étimologie en écrivant, ajoutez une m à home, quoiqu'on prononce home, & que ce mot viène du latin homo. Ajoutez auffi une mà come, quoiqu'il fe prononce come Rome, & qu'il viène de l'italien come,ou de l'espagnol como, ou du latin quomodo: Enfin, mettez des lettres doubles à perfone, quoiqu'il viène de perfóna; à doner, qui vient de donare, à boneur, qui vient de honor, à naturèle, qui vient de naturális, &c.

On vous dira peut-être que les lettres font des fignes, que tout figne doit fignifier quelque chofe, qu'ainfi une lettre double qui ne marque ni l'éti

*

« PreviousContinue »