Page images
PDF
EPUB

HISTOIRE

DE

MONSIEUR OUFLE,

PAR L'ABBÉ BORDELON,

RETOUCHÉE ET RÉDUITE PAR M. G.

[merged small][merged small][ocr errors]

DE L'ÉDITEUR L'INIMIT A BLE roman de don Quichotte à ouvert, aux auteurs, une nouvelle carrière, celle des romans critiques & fatyriques; plufieurs l'ont suivie avec succès ; mais il faut convenir qu'ils sont demeurés tous très-loin de leur modèle, soit qu'ils n'eussent pas reçu de la nature le talent råre d'une plaisanterie fine & délicate, soit qu'ils n'aient pas eu l'avantage de s'exercer sur des sujets aussi heureux

que

celui qu'avoit choisi Michel de Cervantes. On a distingué néanmoins, dans ce genre, la fause Clélie, critique ingénieuse des sentimens exagérés des romans d'amour; l’Anti-roman ou le berger Lisis, où l'on badine agréable

А

ܪ

ܪ

ment les fadeurs de nos bergeries & de nos pastorales, les langueurs & les douloureux martyres des mauvaises copies des Astrées & des Céladons. On peut citer aulli les Aventures mer veilleuses de don Sylvio de Rofalva, imprimées dans le trente sixième volume du Cabinet des Fées, où l'on parodie fort gaiement les contes de fées.

L'Histoire des Imaginations de M. Oufle est de ce genre & mériteroit d'y tenir un rang distingué, si un sujet aussi heureusement choisi & qui prêtoit autant à la plaisanterie, ne pas tombé entre les mains d'un auteur peu propre à le faire valoir. Au lieu de nous donner un chef-d'oeuvre, l'abbé Bordelon n'a donc produit qu’un ouvrage médiocre, & l'on ne le lit avec plaisir que parce que la matière offre

[ocr errors][ocr errors]

ne fût

[ocr errors][ocr errors]

par elle – même des ressources à la gaieté & à l'amusement qui n'ont pu fe perdre sous la plume lourde & fafa tïdieuse de l'écrivain.

M. Oufle, héros de ce roman, est un homme simple & crédule. Ses premières ledures qui ont été chez lui des ressources contre le défeuvrement & & Pennui, ont eu pour unique objer des contes & histoires merveilleuses. Son imagination oisive a faisi avec avidité ce genre trompeur contre le

peu de jugement n'a pu le garantir; il a fini par croire à l’exiftence des forciers, des magiciens, des esprits élémentaires, des lutins & des revenans. Le champ étoit beau pour s'amuser, & il étoit facile de procurer au héros du roman, une suite d'aventures plaisantes & variées. L'auteur n'a

quel fons

[ocr errors]
« PreviousContinue »