Récits des temps mérovingiens: précédés de considérations sur l'histoire de France, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 178 - Ainsi abandonné, le vieillard se releva seul et, appuyant les deux mains contre sa blessure, il se dirigea vers l'autel, dont il eut encore la force de monter les degrés. Arrivé là, il étendit ses mains pleines de sang pour atteindre, au-dessus de l'autel, le vase d'or suspendu par des chaînes, où l'on gardait l'Eucharistie réservée pour la communion des mourants. Il prit une parcelle du pain consacré et communia : puis, rendant...
Page 272 - ... monastère , ils me verraient arriver près « d'eux au moment où ils m'attendraient le moins. Je « m'embarquerais par le gros temps; je voguerais avec « joie dans la tempête. Les matelots trembleraient, et moi « je n'aurais aucune peur. Si le vaisseau se brisait, je m'at...
Page 52 - Sighebert, dit-il, si tu pars sans intention de mettre à mort ton frère, tu reviendras vivant et victorieux; mais si tu as une autre pensée, tu mourras; car le Seigneur a dit par la bouche de Salomon : La fosse que tu prépares afin que ton frère y tombe, te fera tomber toi-même...
Page 251 - Dès que la reine apprit cette horrible nouvelle, sa résolution fut arrêtée; mais elle la dissimula. Feignant de n'aller chercher que des consolations religieuses, et cherchant un homme capable de devenir son libérateur elle se rendit à Noyon, auprès de l'évêque Médard, fils d'un Frank et d'une Romaine, personnage célèbre alors dans toute la Gaule par sa réputation de sainteté.
Page 177 - Melantius, et le reste par l'archidiacre; toutes les mesures 58». furent prises, et le coup arrêté pour le dimanche suivant, qui était le 24 février '. Ce jour-là, l'évêque de Rouen, dont le meurtrier guettait la sortie depuis le lever du soleil, se rendit de bonne heure à l'église. Il alla s'asseoir à sa place accoutumée, à quelques pas du maître-autel , sur un siège isolé au-devant duquel se trouvait un prie-dieu. Le reste du clergé occupa les stalles qui garnissaient le chœur,...
Page 56 - ... ou, comme disaient les Franks, un skramasax, dont elle avait , par surcroît de précautions, empoisonné la lame. « Allez, leur dit-elle, et si vous revenez vivants, «je vous comblerai d'honneurs, vous et votre postérité ; « si vous succombez, je distribuerai pour vous des aumônes
Page 251 - C'est une nonne que j'ai là, ce n'est pas une reine ». Et en effet, pour cette âme froissée par tous les liens qui l'attachaient au monde, il n'y avait qu'un seul refuge, la vie du cloître. Radegonde y aspirait de tous ses vœux; mais les obstacles étaient grands, et six années se passèrent avant qu'elle osât les braver. Un dernier malheur de famille lui donna ce courage. Son frère, qui avait grandi à la cour de Neustrie, comme otage de la nation thuringienne, fut mis à mort par l'ordre...
Page 254 - Ce spectacle imprévu et ces paroles mystiques frappèrent l'imagination du vieil évêque, et ranimèrent tout à coup en lui la volonté défaillante. Élevant sa conscience de prêtre au-dessus des craintes humaines et des ménagements politiques, il ne balança plus, et de son autorité propre, il rompit le mariage de Radegonde, en la consacrant diaconesse par l'imposition des mains.
Page 279 - L'imputation dirigée contre ma femme est un outrage « pour moi; j'ai dû le ressentir. Si vous trouvez bon qu'on » produise des témoins à la charge de l'évêque , les voilà ici « présents; mais s'il vous semble que cela ne doive pas se « faire, et qu'il faille s'en remettre à la bonne foi de l'évôi que, dites-le; j'écouterai volontiers ce que vous aurez orOL donné.
Page 253 - Mais là, recueillant ses esprits, au lieu de s'abandonner au désespoir, elle conçut un expédient où l'adresse féminine avait autant de part que la force de volonté. Pour tenter de la manière la plus forte et mettre à la plus rude épreuve le zèle religieux de l'évêque, elle jeta sur ses vêtements royaux un costume de recluse, et marcha ainsi travestie vers le sanctuaire, où saint Médard était assis, triste, pensif et irrésolu.

Bibliographic information