Histoire philosophique du règne de Louis XV, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 287 - J'allai me promener le soir, après souper, sur la place de Sézanne. Il y eut un moment sans pluie. Je parlai à de pauvres paysans. Leurs chevaux, tout attelés, passaient la nuit en plein air. Plusieurs me dirent que leurs bêtes n'avaient rien mangé depuis trois jours. On en attelait dix là où on en avait commandé quatre ; jugez combien il en périt. Notre subdélégué commanda dix-neuf cents chevaux au lieu de quinze cents qu'on lui demandait, et par la sage précaution d'un officier qui...
Page 154 - Toutes les classes de l'État n'ont aujourd'hui qu'un objet, c'est d'être riches , sans que qui que ce soit fixe les bornes de la fortune où il prétend.
Page 10 - J'ai fait les dispositions que j'ai crues les plus sages; mais comme on ne sauroit tout prévoir, s'il ya quelque chose qui ne soit pas bien , on le ch'angera.
Page 239 - ... aux pressantes instances du roi d'Espagne que nous avions donné au roi un confesseur jésuite. Tout ce que je puis , monsieur , répondit Saint-Simon , c'est de faire le mystérieux si l'on m'en parle ; mais je ne pousserai pas la complaisance jusqu'à mentir.
Page 321 - Je vous prie, madame, et, s'il le faut, je vous ordonne de faire tout ce que l'évêque de Fréjus vous dira de ma part, comme si c'était moi-même, Louis.
Page 94 - Chancey dans le midi , il s'occupa avec plus d'ardeur de la culture du mûrier et de l'éducation des vers à soie , que de l'objet de son voyage.
Page 519 - Ainsi donc vous réunissez Tous les arts , tous les goûts , tous les talents de plaire : Pompadour, vous embellissez La cour, le Parnasse, et Cythère. Charme de tous les cœurs , trésor d'un seul mortel , Qu'un sort, si beau soit éternel ! Que vos jours précieux soient marqués par des fêtes ; Que la paix dans nos champs revienne avec Louis!
Page 67 - ... c'est elle qui les éleva sur le bouclier militaire, et les proclama souverains. Le royaume devint ensuite l'héritage de leurs successeurs; mais ils le durent originairement au consentement libre des sujets. Leur naissance seule les mit ensuite en possession du trône ; mais ce furent les suffrages publics qui attachèrent d'abord ce droit et cette prérogative à leur naissance.
Page 421 - Ce fut dans le cours de ces orages que le lieutenant de police Hérault dit un jour à Voltaire: «Quoi que vous écriviez, vous ne viendrez pas à «bout de détruire la religion chrétienne.
Page 518 - Mon Henri Quatre et ma Zaïre, Et mon américaine Alzire, Ne m'ont valu jamais un seul regard du roi ; J'eus beaucoup d'ennemis avec très peu de gloire; Les honneurs et les biens pleuvent enfin sur moi. Pour une farce de la foire.

Bibliographic information