Histoire de Versailles: de ses rues, places et avenues depuis l'origine de cette ville jusqu'à nos jours, Volume 2

Front Cover
P. Oswald, 1868 - Streets - 485 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 104 - ... de veiller avec soin sur les fidèles du diocèse qui lui est confié, d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi , et de maintenir de tout son pouvoir la constitution décrétée par l'Assemblée nationale et acceptée par le roi.
Page 220 - Versaille, ô bois, ô portiques, Marbres vivants, berceaux antiques, Par les dieux et les rois Elysée embelli, A ton aspect, dans ma pensée, Comme sur l'herbe aride une fraîche rosée, Coule un peu de calme et d'oubli.
Page 221 - Ah ! témoin des succès du crime, Si l'homme juste et magnanime Pouvait ouvrir son cœur à la félicité, Versailles , tes routes fleuries , Ton silence, fertile en belles rêveries, N'auraient que joie et volupté. Mais souvent tes vallons tranquilles , Tes sommets verts , tes frais asiles , Tout-à-coup à mes yeux s'enveloppent de deuiL J'y vois errer l'ombre livide D'un peuple d'innocents qu'un tribunal perfide Précipite dans le cercueiL © xi.
Page 284 - Versailles renferme, en ce moment, cinq à. six mille hommes arrivés des divers parties du département, pour se former en bataillons de volontaires; que depuis plusieurs jours des hommes pervers cherchent, par des instigations perfides, à égarer le civisme de ces citoyens, pour les porter à des exécutions sanglantes ; que, si jusqu'à ce moment les magistrats sont parvenus à déjouer ces manœuvres odieuses , il est à craindre que l'arrivée des prisonniers...
Page 323 - II nous reste encore des vœux à former : je vois avec peine que des frères d'un autre ordre manquent à cette auguste famille ; mais ce jour est un jour de bonheur pour l'assemblée nationale; et s'il m'est permis d'exprimer un sentiment personnel, le plus beau jour de ma vie sera celui où j'ai vu s'opérer cette réunion , et où j'ai eu l'honneur de répondre au nom de cette auguste assemblée , et de vous adresser ses sentimens et ses félicitations.
Page 153 - Dès ce moment, jusqu'à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service des armées. Les jeunes gens iront au combat; les hommes mariés forgeront les armes et transporteront les subsistances ; les femmes feront des tentes, des habits, et serviront dans les hôpitaux.
Page 25 - Rochefoucauld vous aura dit l'idée qu'on avait mise dans la tête des grenadiers, d'aller cette nuit à Versailles; je vous ai mandé de n'être pas inquiet, parce que je comptais sur leur confiance en moi pour détruire ce projet; et je leur dois la justice de dire qu'ils avaient compté me demander la permission, et que plusieurs croyaient faire une démarche très...
Page 153 - Les jeunes gens iront au combat ; les hommes mariés forgeront les armes et transporteront les subsistances ; les femmes feront des tentes, des habits et serviront dans les hôpitaux ; les enfants mettront le vieux linge en charpie ; les vieillards se feront porter sur les places publiques pour exciter le courage des guerriers, prêcher la haine des rois et l'unité de la République.
Page 411 - Vous serez la maîtresse de la maison, et présiderez, comme une déesse de la Fable, à l'accouchement. On a besoin de vous pour que tout se passe suivant la volonté du roi, et secrètement. Vous assisterez au baptême, et indiquerez les noms du père et de la mère. » Le roi se mit à rire, et dit : « Le père est un très-honnête homme.
Page 221 - J'aime ; je vis ! Heureux rivage ! Tu conserves sa noble image, Son nom qu'à tes forêts j'ose apprendre le soir. Quand, l'âme doucement émue. J'y reviens méditer l'instant où je l'ai vue, Et l'instant où je dois la voir.

Bibliographic information