Mémoires du général Dumouriez pour servir à l'histoire de la Convention nationale, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 339 - Après avoir entendu son arrêt , elle avait dit aux brigands du tribunal révolutionnaire : fous me jugez digne de partager le sort des grands hommes que vous avez assassinés ; je tâcherai de porter à l'échafaud le courage qu'ils y ont montré.
Page 23 - Pache, ministre de la guerre. L'hôtel de la guerre était devenu une caverne indécente, où quatre cents commis , parmi lesquels plusieurs femmes , affectant la toilette la plus sale et le cynisme le plus impudent , n'expédiaient rien , et volaient sur toutes les parties. Une vingtaine de ces...
Page 409 - Les vagues généralités de ses prédications n'aboutissaient pour l'ordinaire à aucune mesure, à aucun projet de loi; il combattait tout, ne proposait rien, et ce secret de sa politique s'accordait heureusement avec l'impuissance de son esprit et la nullité de ses conceptions législatives.
Page 268 - Mais tenez, je vous parle franchement, je ne vois plus qu'un parti capable de nous procurer sûrement et promptement des hommes , des armes , des munitions , de l'argent , des secours de toute espèce : c'est de négocier avec l'Angleterre; et moi j'ai des moyens pour cela; mais il me faut votre autorisation et vos engagement.
Page 119 - Sainte-Gudulc les hosties foulées aux pieds , dispersées sur le pavé de l'église; les tabernacles, les confessionnaux brisés, les tableaux en lambeaux : trouvez un moyen de justifier ces profanations , et voyez s'il ya un autre parti à prendre que de restituer l'argenterie , et de punir exemplairement les satellites qui ont aussi criminellement exécuté vos ordres. Si la convention applaudit à de tels crimes , si elle ne s'en offense pas, si elle neles punit pas, tant pis pour elle et pour...
Page 130 - ... placé sur la Tombe. La troisième colonne aux ordres du général Neuilly , débouchant aussi par le même pont , devait attaquer en même temps le village de Nerwinde par sa droite. Ces trois colonnes formaient l'attaque de droite, commandée par le général en chef Valence qui devait ensuite, en cas de succès, par un quart de conversion par sa gauche , poussant la gauche de l'ennemi devant lui, continuer à marcher en bataille , laissant Landen derrière lui , et faisant face à Saint-Tron....
Page 174 - Pas dans ce moment-ci , répondit le général. — Hé bien ! je vous déclare que je vous suspens de toutes vos fonctions. Vous n'êtes plus général : j'ordonne qu'on ne vous obéisse plus, et qu'on s'empare de vous. Je vais mettre le scellé sur vos papiers. » Un murmure d'indignation se fit entendre. « Dites-moi les noms de ces gens-là, » dit brutalement Camus en désignant les officiers qui l'entouraient. « Ils les diront eux-mêmes , » répondit le général. « Cela serait trop long...
Page 395 - Aisément la crédulité vulgaire reçoit l'illusion fatale que ces noms mystérieux sont destinés à produire. Moins on comprend, plus on soupçonne ; l'ignorance hait avec fanatisme, elle égorge avec fureur. Arrêtons-nous donc à cette accusation de fédéralisme, que l'on ose renouveler encore, quelque usée qu'elle soit aujourd'hui ; et sachons enfin s'il a existé une grande conspiration contre l'unité et l'indivisibilité de la république.
Page 135 - Nerwinde sur un ordre verbal ; Miranda, après s'être emparé du village d'Orsmaël, a eu tort de céder à la terreur de ses troupes , et a tout perdu en ordonnant la retraite qui est devenue une déroute. Les Impériaux ont fait la première faute de ne pas défendre les bords de la...
Page 332 - Quelqu'un s'était chargé de transcrire cette lettre et de la mettre à la poste; .mais six semaines s'étant écoulées , sans que j'en reçusse aucunes nouvelles , il était clair qu'on ne l'avait pas envoyée, ou qu'elle n'était point parvenue. Mon désir d'affronter tous les hasards , pour me faire jour jusqu'à Paris, n'en était devenu que plus vif. Nous touchions cependant à l'époque critique. Il venait de luire le jour fatal , le jour d'une séparation longue et peut-être éternelle...

Bibliographic information