Mémoires de la société d'agriculture, sciences & arts centrale du département du Nord séant a Douai

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 127 - qui, vous avouant qu'il a violé les règles de l'art, vous oblige de lui avouer qu'il a un secret, qu'il a mieux réussi que l'art même, et ne vous niant pas qu'il a trompé toute la Cour et tout le peuple ne vous laisse conclure de là, sinon qu'il est plus fin que
Page 109 - que son devoir force à poursuivre la mort de son » amant, qu'elle tremble d'obtenir, a les passions plus » vives et plus allumées que tout ce qui peut se passer » entre un mari et sa femme , une mère et son fils, un » frère et sa sœur ; et la haute vertu, dans un naturel sen
Page 123 - nos mers libres, nos côtes affranchies, notre commerce rétabli, la racine de nos maux coupée; d'un autre côté la Flandre ouverte, l'embouchure de ses rivières captive, la porte de son secours fermée, la source de son abondance en notre pouvoir; et ce que je vois n'est encore rien
Page 124 - Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées La valeur n'attend pas le nombre des années ; et
Page 139 - Je ne saurais souffrir que vous me disiez que » plus on pense plus on est malheureux. Cela est vrai pour » les gens qui pensent mal ; je ne dis pas pour ceux qui » pensent mal de leur prochain, cela est quelquefois très
Page 123 - J'épuise toutes les forces de mon imagination et je ne conçois rien qui réponde à la dignité de ce grand ouvrage qui nous vient d'assurer l'Océan par la prise de celte fameuse retraite de corsaires.
Page 119 - me désespère; Si quelque autre malheur m'avait ravi mon père, Mon âme aurait trouvé dans le bien de te voir L'unique allégement qu'elle pût recevoir; Et contre ma douleur
Page 89 - tout enfant âgé de moins de deux ans, placé, moyennant salaire, en nourrice, en sevrage ou en garde hors du domicile de ses parents. Cette surveillance
Page 109 - à ces passions, qu'elle dompte sans les affaiblir, et » à qui elle laisse toute leur force pour en triompher » plus glorieusement, a quelque chose de plus touchant, » de plus élevé et de plus aimable que cette médiocre » bonté, capable d'une faiblesse, et même d'un crime, où » nos anciens étaient contraints d'arrêter le caractère le » plus parfait des rois et des princes dont ils faisaient

Bibliographic information