Page images
PDF
EPUB

credi 14 août, sous la présidence de M. Ch. Giraud, président de l'Académie des sciences morales et politiques, assisté de MM. Villemain, J. Mohl, Milne-Edwards, Reber et Mignet, délégués des Académies française, des inscriptions et belleslettres, des sciences, des beaux-arts et des sciences morales et politiques.

La séance est ouverte par un discours du président et par son rapport sur le grand prix décennal fondé par l'Empereur en faveur de la découverte ou de l'ouvrage le plus propre à servir ou à honorer le

pays. Le jugement et la proclamation de ce prix extraordinaire a été l'événement de la séance. L'Institut tout entier avait à décerner pour la première fois, sur la désignation de l'Académie française, « une grande couronne à une grande æuvre. » Celte couronne a été décernée à l'Histoire du Consulat et de l'Empire, par M. Thiers.

Le président, après avoir rendu compte des divers incidents du concours et proclamé le choix de l'Académie française, confirmé par tout l'Institut, a fait connaître l'usage que M. Thiers fait du grand prix qui lui a été solennellement décerné.

«La littérature historique profitera du succès obtenu par le grand historien. Un « prix particulier, fondé par M. Thiers, perpétuera , dans des conditions qui seront

déterminées par l'Académie française, la mémoire du prix extraordinaire obtenu « par l'auteur de l'Histoire du Consulat et de l'Empire. »

« Ainsi, ajoute en finissant le président de l'Institut, tout a été grand dans celte « affaire, la fondation, le jugement et l'emploi du prix.

Ce discours a été suivi du rapport sur le prix de linguistique fondé par M. de Volney.

Ce prix n'a pas été décerné, aucun des ouvrages envoyés au concours n'ayant paru remplir les conditions requises. Mais la commission a accordé : 1° Une somme de 1,200 francs à M. Léon de Rosny, pour son Essai sur la langue chinoise, manuscrit in-4°; 2° un encouragement de 500 francs à M. Pihan, prote de la typographie orientale à l'Imprimerie impériale, auteur d'un Exposé des signes de numération usités chez les peuples orientaux anciens et modernes (Paris, 1860, un vol. in-8°); 3° une mention trés-honorable à M. Lorenz Diefenbach, pour son ouvrage intitulé : Origines Europeæ. Die alten Völker Europas, etc. (Francfort, 1861, in-8°); 4° et des inentions honorables : à M. A. Lévy, auteur d'une dissertation sur les inscriptions nabathéennes (Ueber die nabathaischen Inscriften von Petra Hauran, vornehmlich der Sinai-Halbinsel, und über die Münz-Legenden nabathaischer Könige, br. in-8"); — à M. Le Héricher, professeur de rhétorique au collége d'Avranches , auteur d'un ouvrage intitulé : Histoire et glossuire du normand, de l'anglais et de la langue française, 2 vol. in-8°; - à M. H. Barb, pour son Essai de transcription de l'alphabet persan (Die transcription des persischen Alphabetes (Vienne, 1861, un vol. in-8°).

La commission annonce qu'elle accordera, pour le concours de 1862, une médaille d'or, de la valeur de 1,200 francs, à l'ouvrage de philologie comparée qui lui en paraîtra le plus digne parmi ceux, tant imprimés que manuscrits, qui lui seront adressés avant le 16 avril 1862, et qui auront été publiés depuis le 1" janvier 1861.

Après la proclamation du résultat du concours et l'annonce du prix proposé, M. le vicomie de Rougé, de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, à lu une note sur les principaux résultats des fouilles exécutées en Égypte par les ordres du vice-roi; M. Pelitot, de l'Académie des beaux-arts, un mémoire sur les âges de la vie humaine dans leurs rapports avec les arts plastiques; et M. Babinet, de l'Académie des sciences, des notes sur quelques actualités scientifiques. La séance a

été terminée par la lecture de cinq fables nouvelles, de M. Viennet, de l'Académie française.

ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES.

L'Académie des inscriptions et belles-lettres a tenu, le vendredi 9 août, sa séance

publique annuelle, sous † présidence de M. J. Mohl. Au début de la séance, le président a proclamé, dans l'ordre suivant, les prix

décernés et annoncé les sujets de prix proposés.

PRIx DÉCERNÉs.

Prix ordinaires de l'Académie. L'Académie avait proposé, pour sujet du prix annuel ordinaire en 1861, la question suivante : « Faire connaître l'administration « d'Alfonse, comte de Poitiers et de Toulouse, d'après les documents originaux qui « existent, principalement aux Archives de l'Empire, et rechercher en quoi elle se « rapproche et en quoi elle diffère de celle de saint Louis. » L'Académie a décerné le prix à M. Edgar Boutaric, archiviste aux Archives de l'Empire. Antiquités de la France. — L'Académie a décerné la première médaille à M. Félix Bourquelot, pour ses Etudes manuscrites sur les foires de Champagne, et sur la nature, l'étendue et les règles du commerce qui s'y faisait aux x11", xIII" et xIv" siècles. La deuxième médaille a été décernée à M. Maximilien Quantin, pour le deuxième volume du Cartulaire général de l'Yonne, 1 vol. in-4°. La troisième médaille a été partagée entre M. Tudot, pour son livre intitulé, Collection de figurines en argile, œuvres premières de l'art gaulois, 1 vol. in-4°; et M. de Matty de Latour, pour son Mémoire manuscrit intitulé : Voies romaines; système de construction et d'entretien; mode de construction de la voie romaine de Besançon à Langres. Un rappel de médaille a été accordé à M. Célestin Port, auteur d'un Inventaire analytique des archives anciennes de la mairie d'Angers, 1 vol. in-8°. Des mentions très-honorables ont été accordées : 1° A M. Germain, pour ses Mélanges académiques d'histoire et d'archéologie, 2 vol. in-4°. 2° A M. Blanchard, pour l'Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1 vol. in-4° avec atlas in-fol. — 3° A M. Troyon, pour son travail sur les Habitations lacustres des temps anciens et modernes, 1 vol. in-8°. — 4° A M. de Baecker, pour sa Grammaire comparée des langues de la France, 1 vol. in-8°. — 5° A M. Cénac-Moncaut, pour l'Histoire des peuples et des Etats pyrénéens, 5 vol. in-8°. - 6o A MM. Menault et de Monteyremar, pour leur travail manuscrit sur le Cartulaire de Saint-Jean en Vallée. 7° A M. Chazaud, éditeur des Fragments du Cartulaire de la Chapelle-Aude, 1 vol. in-8°. — 8° A M. Carro, pour une Notice manuscrite sur la topographie primitive de la ville de Meaux, avec une carte. — 9° A M. Renault, auteur de la Revue monumentale et historique de l'arrondissement de Coutances, 1 vol. in-8°. Des mentions honorables ont été accordées, par ordre alphabétique, à : M. l'abbé Aillery, pour le Pouillé de l'évêché de Luçon, 1 vol. gr. in-4°. — M. Barbat, pour l'Histoire de Châlons, 1 vol. gr. in-4", avec un atlas in-sol.— M. de Boisvillette, pour

gr. in-4..

une partie de la Statistique archéologique d'Eure-et-Loir, livr. 1 à 7, in-8°. - M. Boyer, pour un Mémoire manuscrit sur le champ du mensonge. M. Bretagne, pour Quelques recherches sur les peignes liturgiques, br. in 8°. - M. Canat, pour son travail sur Marguerite de Flandre, duchesse de Bourgogne, i vol. in-8°. – M Darsy, pour son opuscule sur Picquigny et ses seigneurs, vidames d'Amiens, 1 vol. in-8°, - M. Fleury, pour cinq Mémoires imprimés, relatifs à l'histoire et aux antiquités de plusieurs lieux du département de l'Aisne; 4 br. in-8° et i br. in-4°. — M. Frère, pour le Manuel du bibliographe normand, 2 vol. in-8°. - M. Garnier, pour la biographie de Louis de Bourbon, évêque-prince de Liége, 1 vol. in-8. - M. Gautier, pour son travail sur la cathédrale de Dol, br. in-8'. M. Jeandet, pour ses recherches sur Pontus de Tyard, 1 vol. in-8°. — M. Lepage, pour le Dictionnaire géographique de la Meurthe, 1 vol. in-8°. — M. Michon, pour les Documents inédits qu'il a publiés sur la grande peste de 1348, br. in-8. – M. de Rostaing, pour le manuscrit intitulé : Ports celtiques

. Étude géographique sur les ports de Coriallo, Cabilo et Iktis. M. Schmidt, pour l'Histoire du Chapitre de Saint-Thomas de Strasbourg, 1 vol.

Prix d'Histoire de France fondés par le baron Gobert. - L'Académie a décerné le premier de ces prix à M. B. Hauréau, pour la seconde partie du XV volume du Gallia christiana, in-fol.

Le second prix a été décerné à M. Deloche, pour le Cartulaire de l'abbaye de Beaulieu, 1 vol. in-4.

Prix de numismatique. - Le prix de numismatique (fondation Allier de Hauteroche) est décerné à M. Th. Mommsen, pour son ouvrage intitulé : Geschichte des Römischen Münzwesens, 1860, gr. in-8°.

Une mention honorable est accordée à M. Sabatier, pour la Description générale des médaillons contorniates . .... 1 vol. in-4o.

Prix Bordin. - L'Académie avait proposé, pour sujet du prix qu'elle devait décerner en 1861, la question suivante : « Faire l'histoire de la langue et de la litté« rature éthiopiennes ; dresser une liste aussi complète que possible des ouvrages « originaux et des traductions qui existent en gheez; déterminer les époques diverses « du travail littéraire en Abyssinie; énumérer les particularités de style qui permet« tent, à défaut de témoignages positifs, d'assigner une date aux livres écrits en « gheez. » — Ce prix n'a point été décerné. - L'Académie a accordé un encouragement de 2,000 francs à M. Hermann Zotemberg, de Trachenberg, en Silésie (Prusse).

PRIX PROPOSÉS.

L'Académie rappelle qu'elle a mis au concours, pour l'année 1862, la question suivante : « Recueillir les faits qui établissent que les ancêtres de la race brahma« nique et les ancêtres de la race iranienne ont eu, avant leur séparation, une rea ligion commute; mettre en lumière les traits principaux de cette religion, sous le « rapport des rites, des croyances et de la mythologie; exposer les lois qui ont préasidé de part et d'autre aux transformations des vieilles fables et qui fournissent « une methode assurée pour les comparer. »

L'Académie a prorogé, de 1860 à 1862, la question suivante : « Rechercher les • plus anciennes formes de l'alphabet phénicien; en suivre la propagalion chez les « divers peuples de l'ancien monde; caractériser les modifications que ces peuples "y introduisirent afin de l'approprier à leurs langues, à leur organe vocal, et peut

« être aussi quelquefois en le combinant avec des éléments empruntés à d'autres « systèmes graphiques. » L'Académie a prorogé également de 186o à 1862 la question suivante : « Dé« terminer, par un examen approfondi, ce que les découvertes faites depuis le com« mencement du siècle ont ajouté à nos connaissances sur l'origine, les caractères « distinctifs et la destination des monuments dits celtiques (menhirs, dolmens, allées « couvertes, tumuli, etc.). Rechercher les différences et les analogies des monuments « ainsi désignés qui existent sur le territoire de l'ancienne Gaule, et de ceux qui « ont été trouvés en d'autres contrées de l'Europe, notamment en Angleterre. » L'Académie propose pour sujet du prix annuel à décerner en 1863 la question nouvelle qui suit : « Retracer, d'après les monuments de tout genre, l'histoire des « invasions des Gaulois en Orient; suivre jusqu'aux derniers vestiges qui subsistent « de leurs établissements en Asie Mineure, de leur constitution autonome, de leur « condition sous l'administration romaine, de leurs alliances avec les divers peuples « qui les entouraient; comparer, pour les mœurs et les usages, les Galates avec les « Gaulois de l'Occident. » Chacun de ces prix sera de la valeur de 2,ooo francs. Le prix annuel de numismatique, fondé par M. Allier de Hauteroche, sera décerné, en 1862, au meilleur ouvrage de numismatique qui aura été publié depuis le mois de janvier 1861. Trois médailles, de la valeur de 5oo francs chacune, seront décernées aux meilleurs ouvrages manuscrits ou publiés dans le cours des années 186o et 1861, sur les Antiquités de la France, qui auront été déposés au secrétariat de l'Institut avant le 1" janvier 1862. Prix Bordin. L'Académie rappelle qu'elle a proposé, pour sujet d'un prix à décerner en 1862, la question suivante : « Faire connaître, d'après les textes publiés « ou inédits, lesquels de nos anciens poëmes, comme Roland, Tristan, le Vieux « Chevalier, Flore et Blanchesleur, Pierre de Provence et quelques autres, ont été « imités en grec depuis le xII° siècle, et rechercher l'origine, les diverses formes, les « qualités ou les défauts de ces imitations. » Elle propose pour sujet du même concours, en 1863, la question ainsi conçue : « Examen des sources du Speculum historiale de Vincent de Beauvais. Distinguer les « portions du Speculum qui ont été empruntées à des ouvrages dont le texte original « nous est parvenu. Signaler ce qui a été tiré d'ouvrages perdus ou inédits et ce qui « est l'œuvre personnelle de Vincent de Beauvais. » - Chacun de ces prix sera de la valeur de 3,ooo francs. Prix de M. Louis Fould. — Le prix de la fondation de M. Louis Fould, pour l'Histoire des arts du dessin jusqu'au siècle de Périclès, devait être décerné pour la première fois en 186o. Deux Mémoires avaient été envoyés au concours.Aucun de ces Mémoires n'ayant paru digne du prix, ni même de l'accessit, l'Académie, sur la proposition de la commission mixte chargée du jugement, et d'après les intentions du fondateur, a prorogé le concours jusqu'en 1863. Les ouvrages, soit imprimés, soit manuscrits, destinés à ce concours, devront être déposés au secrétariat de l'Institut avant le 1" janvier 1863. Ils seront écrits en français ou en latin. Prix Gobert. Pour l'année 1862, l'Académie s'occupera, à dater du 1" janvier, de l'examen des ouvrages qui auront paru depuis le 1" janvier 1861, et qui pourront concourir aux prix annuels fondés par M. Gobert « pour le travail le plus

« savant et le plus profond sur l'histoire de France et les études qui s'y rattachent,

• et pour celui dont le mérite en approchera le plus. »
Six exemplaires de chacun des ouvrages présentés à ce concours devront être

déposés au secrétariat de l'Institut avant le 1" janvier 1862.

ÉcoLE FRANçAISE D'ATHÈNES.

LAcadémie a rappelé les questions proposées pour les travaux de l'École française d'Athènes en 186o-1861. Nous avons fait connaître ces questions en rendant compte de la séance publique de 1859.

ARCHIvIsTEs PALÉoGRAPHEs.

L'Académie déclare que les élèves de l'École impériale des chartes qui ont été nommés archivistes paléographes par arrêté du 28 février 1861 , sont : MM. Tourillon, Lecoy de la Marche, Faugeron, Meyer, Durande et Lebreton.

Après la proclamation et l'annonce des prix, M. Guigniaut, secrétaire perpétuel, a lu une notice historique sur la vie et les travaux de M. Fauriel. M. Alfred Maury, au nom de la commission des antiquités de la France, a lu ensuite le rapport sur les ouvrages envoyés au concours de 1861. L'heure avancée n'a pas permis d'entendre la lecture d'un Mémoire de M. Egger sur l'État civil chez les Athéniens.

LIVRES NOUVEAUX.

FRANCE.

Les Girondins, leur vie privée, leur vie publique, leur proscription et leur mort, par J. Guadet, neveu du représentant. Imprimerie de Moulin, à Saint-Denis, librairie de Didier, à Paris, 1861, 2 vol. in-8° de xxIII-39o et 533 pages. — La première partie de cet intéressant ouvrage a pour objet l'histoire de la jeunesse des Girondins et de leur vie privée au milieu de la population bordelaise. L'auteur fait connaître, d'après les souvenirs contemporains et les traditions de famille, beaucoup de faits ignorés, particulièrement en ce qui concerne Guadet. Vient ensuite un exposé complet de la carrière publique des députés de la Gironde, terminé par une appréciation très-approfondie de leur caractère, de leurs vues et de leurs actes. Cette partie de l'œuvre est la plus développée et la plus remarquable. On y trouve, comme on pouvait s'y attendre, une apologie des d§ et une réponse à de récentes publications conçues dans un autre esprit. Sur cette question, dont tous les éléments sont depuis longtemps connus, on pourra bien ne pas adopter sans réserves l'opinion du nouvel historien de la Gironde; mais il faut reconnaître que M. J. Guadet met au service de la cause qu'il défend une conviction sincère et un talent incontestable. Son ouvrage prendra certainement place parmi les publications

« PreviousContinue »