Cours de littérature française: examen des ouvrages de Thompson, Young, Hume, Robertson, Gibbon, Ossian, Beccaria, Filangieri, etc, Part 2

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 28 - Un homme né chrétien et Français se trouve contraint dans la satire : les grands sujets lui sont défendus ; il les entame quelquefois , et se détourne ensuite sur de petites choses, qu'il relève par la beauté de son génie et de son style.
Page 13 - Filangieri entre dans cette carrière ouverte, et y dépasse, non par les vues, mais par les espérances, le grand homme qui l'a précédé; il fait l'histoire non pas des lois existantes, mais des lois possibles ; il cherche les principes des choses ; il ne respire que réformes, changements, améliorations, vérité, justice : mais il avait trente ans; il est mort à trente-six ans, à l'époque où le talent est à peine assuré. Il faut reconnaître en lui un esprit facile et brillant, des études...
Page 31 - Au banquet de la vie, infortuné convive, J'apparus un jour, et je meurs; Je meurs, et sur ma tombe, où lentement j'arrive Nul ne viendra verser des pleurs.
Page 31 - Marie les entendit jusqu'à la fin sans émotion ; et faisant le signe de la croix , au nom du Père , du Fils et du Saint-Esprit : « Une âme , dit-elle, n'est pas digne des joies du ciel, lorsqu'elle s'afflige parce que le corps doit endurer la main du bourreau; et quoique je ne dusse pas attendre que la reine d'Angleterre...
Page 1 - L'autre est la faculté de conserver l'impression que ces objets ont faite sur nous ; on l'appelle mémoire ; et la mémoire n'est autre chose qu'une sensation continuée, mais affaiblie.
Page 32 - Un temps viendra, madame, je le dis toujours, où toute la lumière nous viendra du Nord : Votre Majesté Impériale a beau dire, je vous fais étoile, et vous demeurerez étoile. Les ténèbres cimmériennes resteront en Espagne; et à la fin même, elles se dissiperont.
Page 19 - J'ai lu Clarisse, dit-il , pour me délasser de mes travaux pendant ma fièvre; cette lecture m'allumait le sang. Il est cruel, pour un homme aussi vif que je le suis , de lire neuf volumes entiers , dans lesquels on ne trouve rien du tout , et qui servent seulement à faire entrevoir que mademoiselle Clarisse aime un débauché nommé monsieur de Lovelace.
Page 11 - Sa singulière et grotesque figure fit sur moi une impression à laquelle je n'étais pas préparé. Sous un bonnet de velours noir qui lui descendait jusque sur les yeux, on voyait une grosse perruque qui couvrait les trois quarts de son visage; ce qui rendait son nez et son menton encore plus saillants qu'ils ne sont dans ses portraits.
Page 21 - Nous ne sommes que d'hier, et nous remplissons tout, vos cités, vos îles, vos forteresses, vos colonies, vos tribus, vos décuries, vos conseils, le palais, le sénat, le forum; nous ne vous laissons que vos temples...
Page 11 - Après avoir posé ma plume, je fis quelques tours dans une allée couverte d'acacias, d'où la vue domine sur les champs, le lac et les montagnes. L'air était doux , le ciel serein; le disque argenté de la lune se réfléchissait dans les eaux, et toute la nature était dans le silence.

Bibliographic information