Études philosophiques, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 153 - ... choses humides. Plusieurs pensent que dès la plus haute antiquité, bien avant notre époque, les premiers théologiens ont eu la même opinion sur la nature: car ils avaient fait l'Océan et Téthys auteurs de tous les phénomènes de ce monde, et ils montrent les Dieux jurant par l'eau que les poètes appellent le Styx. En effet, ce qu'il ya de plus ancien est ce qu'il ya de plus saint; et ce qu'il ya de plus saint, c'est le serment. Y at-il réellement un système physique dans cette vieille...
Page 6 - C'est qu'on a reconnu, et à bon droit, que nul système ne peut se dire en possession absolue de la vérité à l'exclusion des autres, mais qu'une part de vérité est dans tous. Voulons-nous un second exemple de ce caractère de conciliation que nous signalions tout-à-Fheure ? Dans l'application de la philosophie aux choses de la sphère religieuse, ce même caractère se montre avec une égale évidence. Comment seraient accueillies aujourd'hui les prétentions anti-religieuses du XVIII
Page 159 - Quand un homme vint dire qu'il y avait dans la nature, comme dans les animaux, une intelligence qui est la cause de l'arrangement et de l'ordre de l'univers, cet homme parut seul avoir conservé sa raison au milieu des folies de ses devanciers 1 . » Cette grande vue d'Anaxagore fut comme un éclair soudain qui illumina le génie naissant de Sociale.
Page 285 - Plutarque (de placit. p/itVoj.jditqu'illessupposait de terre , c'est-à-dire , d'une matière solide et dure; en effet, quand on a réfléchi sur le mouvement qui entraîne toutes les étoiles de l'orient vers l'occident , en conservant leur ordre et leurs distances , on a pu penser d'abord que le ciel était une enveloppe sphérique et solide , à laquelle les étoiles étaient attachées comme des clous.
Page 180 - ... la voûte céleste, qui leur servent de récipients. Les flammes qui forment le soleil sont, plus que toutes les autres, pures et vives; celles des autres astres plus éloignés de la terre ont moins de pureté et de chaleur. La grandeur réelle du soleil est telle qu'elle nous apparaît : erreur qui devait être un jour combattue par Anaxagore.
Page 63 - Le brave enfant faisait de la géométrie sans le savoir, car il avait trouvé, à lui tout seul, que la ligne droite est le plus court chemin d'un point à un autre.
Page 128 - Utatur , ut vult , suis natura corporibus : nos laeti ad omnia et fortes cogitemus nihil perire de nostro. Quid est boni viri ? praebere se fato. Grande solatium est , cum universo rapi. Quidquid est quod nos sic vivere jussit , sic mori , eadem necessitate et Déos alligat ; irrevocabilis humana pariter ac divina cursus vehit.
Page 2 - Rousseau ; et pourtant le génie cl l'enthousiasme ne lui manquent point ; mais c'est un enthousiasme furibond , un génie exalté jusqu'au délire. La philosophie descend alors des régions paisibles où toujours elle devrait planer , au milieu de la tempête populaire et des orages de la place publique. Devenue peuple elle-même . et s'identifiant à tout ce qui est du peuple , elle tonne à la Convention , elle hurle à la tribune des clubs , elle délire aux fêtes de la Raison. Puis , quand...
Page 4 - ... égal de part et d'autre , mais non pas l'énergie. Aussi , soit qu'elle le sût , soit qu'elle l'ignorât , la restauration fit à la philosophie une condition meilleure. On la vit alors , cette philosophie , devenue moins exclusive , accueillir ce qu'il y avait de raisonnable chez nos voisins, et, appuyée sur ces données nouvelles, protester contre les exagérations sensualistes de l'âge précédent. L'Ecosse et l'Allemagne , l'une si admirable de bon sens, l'autre si supérieure de raison...
Page 179 - L'origine de tous ces changements, c'est l'action de deux principes opposés l'un à l'autre , à savoir, d'une part , la guerre ou la discorde, qui produit la génération; et, d'autre part, la paix ou la concorde, qui produit l'embrasement universel (Diogène Laërce, itlii supra; Aristote, Ethique, liv.

Bibliographic information