Voyage en Perse de mm. E. Flandin et P. Coste, pendant ... 1840 et 1841. Relation du voyage, par E. Flandin. 2tom, Volume 1

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 412 - ... les plus élevés de la chaîne qui, de ce point, se prolonge jusque vers les monts Zagros, à l'ouest de Kermanchàh. Le sol sur lequel sa base s'élargit est jonché de ruines qui s'étendent de chaque côté de la rivière , à une très-grande distance : ce sont des décombres de maçonnerie , des pans de murs enterrés , des briques , de la pierre , du fer , qui pêle-mêle et altérés par le feu dont la trace se retrouve partout, sont presque méconnaissables. Mélangés ensemble , incrustés...
Page 380 - On ne doit pas se laisser décourager par les descriptions trop succinctes relatives à celte localité. Un nom trop célèbre s'y rattache ; il faut, à défaut de monuments conservés , rechercher du moins si l'on n'en trouve pas assez de vestiges pour acquérir la certitude que, dans des temps reculés , il existait là une cité importante. Le voyageur ne peut demander à la ville persane actuelle de lui montrer les sept murailles concentriques dont Hérodote raconte que...
Page 412 - Kirrnancha, se dresse un rocher escarpé, en forme de pyramide noire et sauvage. C'est le mont Bisitoun, l'un des plus hauts sommets de la chaîne qui, de ce point, se prolonge jusque vers les monts Zagros. Aujourd'hui cet endroit est désert ; on n'y rencontre pas même un village, mais le sol sur lequel la base de la montagne s'élargit est jonché de ruines. Ce qu'elles présentent de plus remarquable, ce sont des bas-reliefs sculptés sur les flancs du rocher. L'un, qu'on voit au bas de la montagne...
Page 428 - La façade de cette salle, dit-il, est ornée de sculptures; elle présente une archivolte entourée d'une guirlande de feuillage, terminée, à ses deux extrémités, par de larges rubans flottants ; au sommet de cette archivolte est un croissant d'où partent également deux rubans ; dans les tympans sont placés, les ailes déployées, deux génies, qui les bras étendus vers le croissant, tiennent d'une main une couronne de perles avec des nœuds de rubans, de l'autre une coupe qui paraît être...
Page 247 - Au milieu s'élève l'estrade qui doit servir de scène, ainsi qu'une chaire dahaut de laquelle, avant chaque représentation , un Mollah prêche pour préparer les assistants au drame sanglant qui va être joué. On y retrace, aux yeux des nombreux spectateurs que la dévotion attire, les combats livrés aux deux petits-fils de Mahomet, leur mort et la captivité de leur famille. On y fait paraître un envoyé franc, qui intercède en faveur de la femme et des enfants de Hussein, auprès du Khalife,...
Page 423 - Ils furent très-polis et ne nous importunèrent pas. — II est remarquable que les Persans , dans quelque condition qu'ils soient , ont une politesse et un savoir-vivre qui rend tout commerce avec eux très-facile et agréable. — Ils ont ce proverbe : La politesse est une monnaie destinée à enrichir, non celui qui la reçoit, mais celui qui la dépense; et véritablement ils le mettent en pratique. Le second jour, nous fûmes obligés d'interrompre nos travaux pour aller en ville faire une...

Bibliographic information