L'Europe pendant le consulat et l'empire de Napoléon, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 407 - Des hommes exercés à tous les genres de forfaits renouvellent chaque jour, sous toutes les formes, le plan conçu d'anéantir en France l'ordre et le bonheur public. , Ce ne sont pas là de ces brigands contre lesquels la justice et ses formes sont instituées , et qui menacent seulement quelques personnes et quelques propriétés; ce sont des ennemis de la France entière, et qui menacent à chaque instant tous les Français de les livrer aux fureurs de l'anarchie.
Page 13 - C'était le cri farouche des assassins contre la force destinée à les réprimer. » Ils se pressent autour du président, la menace à la bouche, les armes à la main ; ils lui ordonnent de prononcer le hors la loi; L'on m'avertit ; je donne ordre de l'arracher à leur fureur, et six grenadiers du corps législatif s'en emparent. Aussitôt après, des grenadiers du corps législatif entrent au pas de charge dans la salle, et la font évacuer.
Page 13 - La majorité , soustraite à leurs coups , rentre librement et paisiblement dans la salle de ses séances , entend les propositions qui devaient lui être faites pour le salut public , délibère, et prépare la résolution salutaire qui doit devenir la loi nouvelle et provisoire de la République. » Français, vous reconnaîtrez sans doute à cette conduite le zèle d'un soldat de la liberté , d'un citoyen dévoué à la République. Les idées conservatrices, tutélaires , libérales, sont rentrées...
Page 12 - Saint-Cloud ; les troupes républicaines garantissent la sûreté au dehors ; mais des assassins établissent la terreur au dedans. Plusieurs députés du conseil des cinq-cents, armés de stylets et d'armes à feu, font circuler tout autour d'eux des menaces de mort. « Les plans qui devaient être developpés sont resserrés , la majorité désorganisée , les orateurs les plus intrépides déconcertés , et l'inutilité de toute proposition sage évidente.
Page 11 - Tons les partis sont venus à moi , m'ont confié leurs desseins, dévoilé leurs secrets, et m'ont demandé mon appui : j'ai refusé d'être l'homme d'un parti. » Le conseil des anciens m'a appelé ; j'ai répondu à son appel. Un plan...
Page 409 - ... les actes favorables ou contraires à la charte constitutionnelle : Que, d'après ce principe, le Sénat, interprète et gardien de cette charte, est le juge naturel de la mesure proposée en cette circonstance par le Gouvernement ; Que cette mesure a l'avantage de réunir le double caractère de la fermeté et de l'indulgence, en ce que d'une part elle éloigne de la société les perturbateurs qui la mettent en danger, tandis que, d'autre part, elle leur laisse un dernier moyen d'amendement...
Page 389 - Il faut une vengeance plus éclatante pour un crime aussi atroce; il faut qu'elle soit rapide comme la foudre; il faut du sang; il faut fusiller autant de coupables qu'il ya eu de victimes, quinze ou vingt; en déporter deux cents, et profiter de cette circonstance pour en purger la République '. Cet attentat est l'ouvrage d'une bande de scélérats, de septembriseurs, qu'on retrouve dans tous les crimes de la révolution.
Page 12 - Anciens; je lui demande d'assurer l'exécution de ses généreux desseins ; je lui représente les maux de la patrie qui les lui ont fait concevoir : il s'unit à moi par de nouveaux témoignages de sa constante volonté. «Je me présente au conseil des Cinq-Cents, seul, sans armes, la tête découverte...
Page 390 - ... rien faire, il faut pardonner comme Auguste, ou prendre une grande mesure qui soit une garantie pour l'ordre social. Il faut se défaire des scélérats en les jugeant par accumulation de crimes. Lors de la conjuration de Catilina, Cicéron fit immoler les conjurés, et dit qu'il avait sauvé son pays. Je serais indigne de la grande tâche que j'ai entreprise et de ma mission , si je ne me montrais pas sévère dans une telle circonstance.
Page 12 - Un plan de restauration générale avait été concerté par des hommes en qui la nation est accoutumée à voir des défenseurs de la liberté, de l'égalité, de la propriété : ce plan demandait un examen calme, libre, exempt de toute influence et de toute crainte. En conséquence, le Conseil des Anciens a résolu la translation du corps législatif à SaintCloud ; il m'a chargé de la disposition de la force nécessaire à son indépendance. J'ai cru devoir à mes concitoyens, aux soldats périssant...

Bibliographic information