La Fontaine et les fabulistes, Volume 1

Front Cover
Michel Lévy frères, 1887 - Fables - 481 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 262 - Ainsi dit le renard; et flatteurs d'applaudir. On n'osa trop approfondir Du tigre, ni de l'ours, ni des autres puissances, Les moins pardonnables offenses. Tous les gens querelleurs, jusqu'aux simples mâtins, Au dire de chacun, étaient de petits saints.
Page 213 - Aussitôt que le char chemine Et qu'elle voit les gens marcher, Elle s'en attribue uniquement la gloire. Va, vient, fait l'empressée : il semble que ce soit Un sergent de bataille allant en chaque endroit Faire avancer ses gens et hâter la victoire.
Page 3 - J'en trouve l'éloquence aussi sage que forte. Vous ne parleriez pas ni mieux, ni d'autre sorte : Serait-ce point de vous qu'elle viendrait aussi? Je m'avoue, il est vrai, s'il faut parler ainsi, Papillon du Parnasse, et semblable aux abeilles A qui le bon Platon compare nos merveilles. Je suis chose légère, et vole à tout sujet : Je vais de fleur en fleur, et d'objet en objet ; A beaucoup de plaisir je mêle, un peu de gloire.
Page 270 - Il est si beau , l'enfant, avec son doux sourire , Sa douce bonne foi , sa voix qui veut tout dire , Ses pleurs vite apaisés, Laissant errer sa vue étonnée et ravie , Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie Et sa bouche aux baisers ! Seigneur!
Page 59 - L'attaquer, le mettre en quartiers. Sire loup l'eût fait volontiers. Mais il fallait livrer bataille; Et le mâtin était de taille A se défendre hardiment. Le loup donc l'aborde humblement. Entre en propos, et lui fait compliment Sur son embonpoint qu'il admire. "Il ne tiendra qu'à vous, beau sire, D'être aussi gras que moi, lui repartit le chien.
Page 387 - Un pauvre Bûcheron tout couvert de ramée, Sous le faix du fagot aussi bien que des ans Gémissant et courbé marchait à pas pesants, Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.
Page 361 - C'est ainsi que ma muse, aux bords d'une onde pure, Traduisait en langue des dieux Tout ce que disent sous les cieux Tant d'êtres empruntant la voix de la nature.
Page 290 - D'autres propos chez vous récompensent ce point: Propos, agréables commerces, Où le hasard fournit cent matières diverses ; 15 Jusque-là qu'en votre entretien La bagatelle a part : le monde n'en croit rien. Laissons le monde et sa croyance. La bagatelle, la science, Les chimères, le rien, tout est bon; je soutiens Qu'il faut de tout aux entretiens : C'est un parterre où Flore épand ses biens; Sur différentes fleurs l'abeille s'y repose, 5 Et fait du miel de toute chose.
Page 378 - J'en use d'autre sorte; et, me laissant guider, Souvent à marcher seul j'ose me hasarder. On me verra toujours pratiquer cet usage. Mon imitation n'est point un esclavage : Je ne prends que l'idée, et les tours, et les lois Que nos maîtres suivaient eux-mêmes autrefois. Si d'ailleurs quelque endroit plein chez eux d'excellence Peut entrer dans mes vers sans nulle violence, Je l'y transporte, et veux qu'il n'ait rien d'affecté, Tâchant de rendre mien cet air d'antiquité.
Page 425 - Tel fruit, tel arbre, pour bien faire. C'est dommage, Garo, que tu n'es point entré Au conseil de celui que prêche ton curé...

Bibliographic information