Journal helvétique: ou, Annales littéraires et politiques de l'Europe et principalement de la Suisse

Front Cover
la Société Typographique, 1762
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 182 - Et quel temps fut jamais si fertile en miracles ? Quand Dieu par plus d'effets montra-t-il son pouvoir ? Auras-tu donc toujours des yeux pour ne point voir, Peuple ingrat! Quoi! toujours les plus grandes merveilles « Sans ébranler ton cœur frapperont tes oreilles...
Page 351 - Il parle , & dans la poudre il les fait tous rentrer. Au feul fon de fa voix, la mer fuit, le ciel tremble. ll voit comme un néant tout l'univers enfemble. Et les foibles mortels , vains jouets du trépas , Sont tous devant fes yeux , comme s'ils n'étoient paï.
Page 330 - ... raisonnables, si contents de leur sort, si dédaigneux des richesses et des grandeurs, on serait tenté de les prendre, non pour des hommes, mais pour des anges. C'est Annette, une paysanne dont le bailli recherche la main, qui s'écrie avec une sagesse digne de la reine de Saba : Toutes ces maisons magnifiques Qu'à la ville on trouve partout Ne valent pas nos toits rustiques. Ces feuillages nouveaux sont bien plus de mon goût Que ces planchers pleins de dorure, Où l'on ne voit le bonheur...
Page 173 - Non, messieurs, je sais que ce n'est pas en vain que les princes portent l'épée; que la force peut agir quand elle se trouve jointe avec l'équité ; que le dieu des armées préside à cette redoutable justice que les souverains se font à eux-mêmes; que le droit des armes est nécessaire pour la conservation de la société ; et que les guerres sont permises pour assurer la paix , pour protéger l'innocence...
Page 335 - J'aime de bonne foi ; Cet amour que j'ignore Est venu malgré moi : Jo ne savais pas même Son nom jusqu'à ce jour. Hélas! dès que l'on aime, On a donc de l'amour? Ta voix seule me touche Par un charme flatteur; Chaque mot de ta bouche Passe jusqu'en mon cœur ; Loin de toi , ta bergère N'aurait pas un beau jour : Hélas!
Page 178 - Élevons à sa cendre un monument célèbre : Que le jour de la nuit emprunte les couleurs. Soupirons, gémissons sur ce tombeau funèbre Arrosé de nos pleurs. Mais que dis-je ? Ah ! plutôt à sa vertu suprême Consacrons un hommage et plus noble et plus doux.
Page 335 - N'aurait pas un beau jour : Hélas! comment donc faire Pour n'avoir point d'amour ? Des fleurs que tu me cueilles Je me pare au matin ; Le soir, tu les effeuilles Pour parfumer mon seiu. Ton soin est de me plaire ; ^ C'est le mien chaque jour : Hélas I comment donc faire Pour n'avoir point d'amour?
Page 180 - Pour diflïper leur ligue il n'a qu'à fe montrer. II parle , & dans la poudre il les fait tous rentrer. Au feul fon de fa voix , la met fuit , le ciel tremble* II voit comme un néant tout l'univers enfembie. Et les foibles mortels, vains jouets du trépas, Sont tous devant fes yeux, comme s'ils n'étoient pas...
Page 219 - Recueil très intéreflant & d'autan: plus digne de l'attention du Public , qu'il a été formé fur les Originaux , qui fe trouvent au Dépôt de la Guerre de la Cour de France , 12.
Page 336 - Le cœur de mon An'nette , Et le mien ne font qu'un ; Moutons , chien & houlette , Chez nous tout eft commun.

Bibliographic information