Page images
PDF
EPUB

nes qui font en état de les entendre, ou qui veulent s'en inftruire ou enfin quand il s'agit de la doctrine à laquelle ils apartiènent.

"

J'ai ajouté dans cette nouvelle édition, l'explication des noms que les Grammairiens donent aux autres figures, tant à celles qu'ils apèlent figures de dictions, dictionum figuræ, qu'à celles qu'ils noment figures de pensées, figuræ fenten

tiarum.

Cette addition ne fera pas inutile, du moins à une forte de perfones, & pour le prouver, je vais raconter en peu de mots ce qui y a doné lieu.

J'alai voir il y a quelque tems un jeune home qui a bon efprit, & qui a aquis avec l'âge affez de lumières & d'expérience pour fentir qu'il lui

>

feroit utile de revenir fur fes pas, & de relire les Auteurs claffiques. Les jeunes gens qui comencent leurs études, & qui en fourniffent la carière n'ont pas encore affez de confiftance, du moins comunément, pour être touchés des beautés des Auteurs qu'on leur fait lire ni même pour en faifir le fens. I feroit à fouhaiter que le goût des plaifirs & les ocupations de leur état leur laiffaffent le loifir d'imiter le jeune home dont je parle.

"

Je le trouvai fur Horace. If avoit fur fon bureau l'Horace de M. Dacier, celui du P. Sanadon, & celui des Variarum avec les notes de Jean Bon, 11 en étoit à l'Ode XIII. du V. Livre Horrida tempeftas. Horace au troisième vers, nunc mare, nunc fylue, fait ce der

*

nier mot de trois fyllabes fy-lu-æ. M. Dacier ne fait aucune remarque fur ce vers; le P. Sanadon fe contente de dire qu'Horace a fait ici ce mot de trois fyllabes, & que ce n'eft pas la première fois que ce Poëte l'a employé ainfi. Jean Bon ajoute qu'Horace a fait ce mot de trois fyllabes par Diérèfe, per Diarefin. Mais qu'eft-ce que faire un mot de trois fyllabes par Diérèse? c'eft ce que Jean Bon n'explique pas, me dit ce jeune home. Y a-t-il là quelque mystère ? Ne vous en dit-il pas affez, lui répliquai-je, quand il vous dit que le mot eft ici de trois fyllabes. Oui, me répondit-il, file Comentateur en demeuroit-là; mais il ajoute que c'eft par Diérèfe, & voilà ce que je n'entends point. Dans un au

tre endroit il dit que c'eft par Aphérèse, ailleurs par Epenthèse,

&c.

Je voudrois bien, ajouta le jeune home, que puifque ces termes font en ufage chez les Grammairiens, ils fuffent expliqués dans quelque recueil où je puiffe avoir recours au befoin. Ce fut ce qui me fit venir la pensée d'ajouter l'explication de ces termes à celles des Tropes.

Come les Géomètres ont doné des noms particuliers aux diférentes fortes d'angles, de triangles & de figures géométriques, angle obtus, angle adjacent, angles verticaux triangle ifofcèle, triangle oxigone , triangle fcalène, triangle amblygone, &c. de même les Grammairiens ont doné des noms particuliers aux divers

"

changemens qui arivent aux lettres & aux fyllabes des mots. Le mot ne paroît pas alors fous fa forme ordinaire, il prend, pour ainfi dire, une nouvelle figure à laquelle les Grammairiens donent un nom particulier. J'ai cru qu'il ne feroit pas inutile d'expliquer ici ces diférentes figures, en faveur des jeunes gens, qui en trouvent fouvent les noms dans leurs lectutes, fans y trouver l'explication de ces

noms.

On me dira peut-être que je m'arrête ici quelquefois à des chofes trop aifées & trop comunes. Mais les jeunes gens, pour qui principalement ce li vre a été fait, ne viènent pas dans le monde avec la conoiffance des chofes comunes ils ont befoin de les aprendre, &

"

« PreviousContinue »