Revue néoscolastique

Front Cover
Institut supérieur de philosophie, 1899 - Philosophy
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 110 - Ces clauses bien entendues se réduisent toutes à une seule, savoir l'aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté...
Page 234 - Balmès, est pour les corps un changement dans leur position respective. Donc un corps unique ne peut se mouvoir. Le mouvement suppose une distance parcourue; point de distance là où il n'existe qu'un seul corps. Le mouvement se dérobe à toute appréciation si nous ne pouvons le rapporter à la position des corps entre eux. Nous sommes dans la cabine d'une barque qui descend un fleuve, à chaque flot nous changeons de place, mais sans nous en apercevoir, seuls les changements qui s'opèrent dans...
Page 277 - ... je connus de là que j'étais une substance dont toute l'essence ou la nature n'est que de penser, et qui pour être n'a besoin d'aucun lieu ni ne dépend d'aucune chose matérielle ; en sorte que ce moi, c'est-à-dire l'âme, par laquelle je suis ce que je suis, est entièrement distincte du corps, et même qu'elle est plus aisée à connaître que lui, et qu'encore qu'il ne fût point, elle ne laisserait pas d'être tout ce qu'elle est.
Page 351 - Deum reveremur et honoramus, mens nostra ei subiicitur, et in hoc eius perfectio consistit ; quaelibet enim res perficitur per hoc quod subditur suo superiori, sicut corpus per hoc quod vivificatur ab anima, et aer per hoc quod illuminatur a sole.
Page 293 - Il nous suffira de renvoyer ici à ce traité génial de giibertjalione rerum (S. Th. I. qu. 103 et suiv.) où le docteur d'Aquin trace le plan du gouvernement divin de l'univers '). Non moins admirable est son étude de legibus, une des meilleures parties de sa précieuse Somme théologique. Voici la définition générale que saint Thomas donne de la loi : « Lex est ordinatio rationis ad bonum commune ab eo, qui curam habet communitatis, promulgata.
Page 362 - Ex quo patet quod nihil potest quietare voluntatem hominis nisi bonum universale. Quod non invenitur in aliquo creato, sed solum in Deo: quia omnis creatura habet bonitatem participatam.
Page 394 - L'esprit ne peut connaître et dire la vérité, si ce n'est quand il peut prononcer que la chose est telle que son concept la saisit. « Quando intellectus judicat rem ita se habere sicut est forma quam de re apprehendit, tune primo cognoscit et dicit verum. » Or, comment arrive-t-il à ce prononcé ? Par le jugement, répond saint Thomas. Car, dans toute proposition, l'esprit prend une forme signifiée par le prédicat et l'attribue ou la dénie à la chose signifiée par le sujet. « Nam in omni...
Page 255 - Docteur angèlique, quas invenerunt, non est necessarium esse veras. Licet enim talibus suppositionibus factis appareant solvere, non tamen oportet dicere, has suppositiones esse veras, quia forte secundum alium modum nondum ab hominibus comprehensum, apparentia circa stellas salvatur.
Page 245 - Quand nous faisons une théorie générale dans nos sciences, la seule chose dont nous soyons certains, c'est que toutes ces théories sont fausses absolument parlant. Elles ne sont que des vérités partielles et provisoires qui nous sont nécessaires, comme des degrés sur lesquels nous nous reposons, pour avancer dans l'investigation...
Page 362 - objet du bonheur, que nul bien terrestre ne peut assouvir la volonté de l'homme, suivant la parole de saint Augustin : - Fecisti nos ad te et inquietum cor hominis, donec requiescat in te. » La pensée exprimée par ces belles paroles reçoit, chez saint Thomas, un fondement philosophique dans ce passage de la Somme théologique : « Respondeo dicendum, quod impossibile est beatitudinem hominis esse in aliquo bono creato. Beatitudo enim est bonum perfectum, quod totaliter quietat appetitum ; alioquin...

Bibliographic information