Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors]

LE GRAND

VOCABULAIRE FRANÇOIS.

ETA

ETA

TAT; substantif masculin. absoluinent, tenir les choses en état;
Disposition dans laquelle se pour dire, les tenir en suspens, les
trouve une personne, une lailler comme elles sont.
chose, une affaire. Il parut

On dit encore , toutes choses dedans un triste état. Les for- meurant en état ; pour dire , qu'elles tifications sont en bon état. En quel demeureront dans leur situation & état est votre procès ! Il n'est pas en leur force & valeur sans y rien état de faire les frais d'une pareille changer. entreprise.

On dit en termes de Palais, qu'un On dit, étre en état de grâce.

Être procès est en état ; pour dire , que en état de péché mortel. L'état de les deux parties ont fait les procéperfection. L'état de grâce. L'état dures & les productions nécessaires d'innocence. L'état de péché.

pour le faire juger. Et qu'un procès On appelle état du ciel, la dif- est mis hors d'état ; pour dire, qu'on position où se trouvent tous les al à fait quelque nouvelle procédure tres, les uns à l'égard des autres qui en recule le jugement, dans un certain moment.

ÉTAT, se dit en matière bénéficiale, On dit , mettre les choses en état; dans le sens de récréance ou provipour dire, les mettre au point où sion. L'article 18 du titre is de elles doivent être. Et tenir une chose

l'ordonnance de 1667, porte que si en écat ; pour dire , la tenir ferme, durant le cours de la procédure , afin qu'elle ne branle pas, qu'elle celui qui avoit la possession actuelle ne se démonte pas.

du bénéfice décède, l'état & la mainOn dit ausi, tenir une chose en levée des fruits se donnera à l'au-, état ; four dire , la tenir prête. Et] tre partie sur une simple requête Tome X.

А

du corps.

[ocr errors]

qui sera faite judiciairement à l'au- bre des Comptes, d'un état arrêté dience, en rapportant l'extrait du soit au Conseil, soit au Bureau des registre inortuaire, & les pièces jul- finances, de la recette & dépense tificatives de la litispendance sans

réellement faite

par le comptable, autres procédures.

à la différence de l'état du Roi, qui ÉT AT DERNIER ; voyez DERNIER ÉTAT. est l'état de recette & dépense qu'il ÉTAT DE PRISÉ DË Corps, se dit en avoit à faire.

termes de Palais, de la position d'un ÉTAT MAJOR , fe dit en termes de accusé décrété de prise de corps. Et

l’Art misicaire , d'un nombre partil'on appelle état d'ajournement per

culier d'officiers diftingués du reste Sonnel ; état d'aligné pour être oui , la position d'un acculé décrété d'a

L'état-major d'une armée franjournement personnel, ou d'affigné çoise est composé d'un Général , pour être oui.

d'un nombre de Lieutenans généLes officiers ou bénéficiers en raux & de Maréchaux de camp, état de prise de corps ou d'ajour

proportionné à la force de l'armée, nement personnel, demeurent in- & des Officiers & personnes charterdits jusqu'à ce que le décret soit gées en chef des différens détails, levé.

savoir; On dit qu'un accusé, qu'un cri- Le Maréchal général des logis de minel fe met en état ; pour

dire l'armée , qui est chargé des marqu'il se rend prisonnier, afin de se ches, campemens, logemens, fourjustifier ou de faire entériner sa rages au vert, correipondances par grâce dans les formes.

e/pions & instructions pour les OfÉrår, signifie aufli liste, registre. Il ficiers généraux & particuliers chaceft sur l'état des pensions.

gés de quelque expédition, On appelle état des maisons roya.

Cet Officier a fous lui les Aide. les, le rôle des Officiers qui y ser- Maréchaux généraux des logis de vent, & qui doivent jouir en con- l'armée ; le Capitaine des guides; séquence de certains priviléges. Ces les fourriers ou marqueurs dont les états sont envoyés à la Cour des fonctions sont de marquer les logeAides.

mens des Officiers de l'État-major État, signifie encore mémoire, in- au quartier général, ceux des Of

ventaire. Ainsi on appelle état de ficiers généraux dans les villages comple, un mémoire dans lequel on voisins du camp; le Vaguenrestre détaille la recette & dépense du général & les Vaguemestres partie comptable , fes reprises, &c. culiers chargés de conduire les équi

On appelle bref état , un compre pages du quartier général, & ceux par simple inémoire, à la différence des troup:s à la suite des colonnes d'un compte qui est rendu selon la & les Ingénieurs-géographes qui forme prescrite par l'ordonnance. doivent lever les plans de tous les TAT FINAL, se dit à la Chambre des

camps occupés par l'armée. Comptes, de celui

que

le

rappor- Le Major général de l'infanterie, teur écrit en fin du

compte,

suivant qui est chargé du dérail du service, ce qui résulre des parties allouées de la discipline de l'infanterie & de ou rejetées dans le compte.

la police du canmp. Le Major du ÉTAT AU VRAI, fe dit auli à la Chana- régiment des Gardes françoises ,

[ocr errors][subsumed][merged small]

qui est expliqué par une Ordonnance du Roi, dacée du 12 Novem.

bre 1665

par une prérogative de la charge, est de droit Major général de Tin fanterie de l'armée où il se trouve avec ce régiinent. Dans les autres, le Roi nomme un Major général de l'infanterie.

Le Maréchal general des logis de la cavalerie , chargé des mêmes détails pour la cavalerie. Ces deux Officiers ont aulli leurs aides.

Le Major général des dragons , chargé des meines détails

pour

les dragons.

L'Intendant de l'armée qui est chargé du trésor, des vivres, du fourrage au sec, de la viande , des hôpicaux, des Commillaires des Guerres, de la poste, & du Prévôr général.

Le Commandant de l'artillerie qui a lous lui deux Commandans, un Major & un Commissaire da parc.

Le Commandant des ingénieurs.

Le Général de la cavalerie & celui des dragons qui sont chargés du détail intérieur de leurs corps.

Le munitionnaire général, le trésorier, le inédecin en chef, le chirurgien major & le directeur de la poste, sont encore membres de l'état-major de l'armée, aussi bien que ceux qui coopèrent à chaque partie du détail , & dont on vient de voir l'énumération.

L'Etat-Major d'un régiment d'infanterie, comprend le Colonel, le Major, l'Aide-Major, le Maréchal des logis, l'Aumônier, le Prévôt , le Chirurgien, & le Commissaire a la.conduite. On y comprend encore le Lieutenant du Piévôt, le Greffier, le Tambour-Major , six Archers & l'Exécureur ; ce qui fuppose qu'il y a une Prevôté dans le régiment, car chaque régiment d'in. fanterie n'a pas Prevôté : c'est ce

L'Erai-Major de chaque régiment de cavalerie , comme il est expliqué par une Ordonnance du 4 Novembre 1651, Spécifie le Meltre-de-Camp, le Major & l'AideMajor, & ajoute qu'il n'y a point de Prévôté, d'Aumônier , de Chirurgien, ni d'autre peric Officier , dans l'État-Major des régimens de cavalerie françoise.

Il y a beaucoup de places, de citadelles ou forts, où il y a ÉratMajor. Les Majors des places, suivant l'Ordonnance du 24 Décembre 1663 , ne peuvent lever ni exiger aucune chose généralement quelconque, soit en espèces ou argent, sur les vins, bières , & autres denrées qui se consomment dans les villes & places, qui y entrent ou en sortent, sous peine de conculsion, & d'être contraints à la reftitution de la valeur : ils ne peuvent obliger les Bouchers à leur donner des langues de bæuf, mou. ton, porc & autres bestiaux qu'ils tuent dans les villes.

Louis XV qui a renouvelle cette Ordonnance par celle du 29 Février 1728, défend à tous les Officiers de l'État-Major de ses places , de perçevoir , exiger ou demander, sous quelque prétexte que ce soit , aucun droit de boulangerie , ou autres, de quelque nature qu'ils soient, à moins qu'ils n'en justifient la posfellion à eux confirmée, ou à leurs prédécesseurs, par des décilions particulières, qui fassent connoître les intentions de Sa Majesté sur la perception de ces droits.

Les États-Majors des places du Haynault ont des droits particuliers dont ils jouissent, & qui leur

veut armer.

sont confirmés, par plusieurs Arrêts & celui des dragons , créé par Louis du Conseil d'Etat, dont le dernier XIV en 1669. est du 9 Mars 1717, parceque la ÉTAT D'ARMEMENT , se dit en termes privation de ces droits les mettroit de Marine, d'une liste envoyée à la hors d'état de sub Gifter dans leurs Cour, de tous les vaisseaux, Offiemplois, leurs appointemens étant ciers Majors & autres Officiers qui réglés sur un pied médiocre. sont destinés pour armer. C'est aulli

A cause des contestations surve- un imprimé qui marque le nombre, nues entre les Officiers de l'État- la qualité & la proportion des agrès, Major des places, il a été décidé apparaux & munitions qu'on a defque le Gouverneur des places auroit sein d'employer aux vaisseaux qu'on Pherbe des remparts, le Lieutenant de Roi celle des chemins couverts

On appelle , Capitaine du grand & ouvrages qui y sont renfermés État, un Capitaine de vaisseau qui : & les Majors & Aide-Majors celle

a la Commillion du Roi. Et Capides glacis. Ce Réglement a été ren

taine du petit État, un Capitaine du par le Conseil de guerre le ier

de frégate légère, de galiote, de Septembre 1716.

brûlot ou de Alûte. Les Officiers de l'État-Major ont On dit , qu'on peut faire état; droit en plusieurs places de faire pour dire, qu'on peut être assuré

conferver un canton de challe, à qu'on peut compter. Vous pouvez "titre de plaisirs du Roi. Mais il est faire erat qu'il vous payera la senécessaire que ce droit soit établi maine prochaine. par un Brevet ou Ordonnance de On dit aulli , faire état ; pour Sa Majefté.

dire, estimer, faire cas. On fait Il y a des Arrêts & Lettres pa

beaucoup d'état de cette dame. On tentes du feu Roi ,, qui marquent FAIRE ÉTAT, signifie encore présu

ne fait point d'état de cet homme. ce qui doit être observé lors du décès des Gouverneurs, Lieutenans

mer , penser. On faisoit étai

que de Roi, & autres Officiers de l'État

l'armée passeroit le Rhin. Major des places qai y ont une es

On dit aussi, faire état d'aller , pèce de domicile, à l'égard de leurs

de venir ; pour dire, se proposer scellés , inventaires, & discussions

d'aller, de venir. Il fait état d'al

ler à Paris l'hiver prochain. de la part de leurs créanciers. Par l'Ordonnance du premier

ETAT, signifie aufli la manière som

ptueuse, simple ou modeste dont Août 1733 , les Officiers de l'État

on s'habille. Des bourgeoises qui Major d'une place de guerre, ne

portent un état plus brillant que des peuvent s'absenter pour plus de qua

femmes de qualité. tre jours sans un congé de Sa Ma- État, signifie encore profession, conjesté, ni même

pour
ledit
temps
de

dition. État monastique. Il faut que quatre jours sans la permission des

chacun remplise les devoirs de son Gouverneurs ou Commandans.

état. Il y a aulli l'Écat-Major général État, se dit aussi de la condition d'ude Kinfanterie qui fut créé par Fran- ne personne, en tant qu'elle est légiçois I en 1525 , celui de la cavale- time ou bâtarde, noble ou roturière.

par
Charles IX en 1465;

Et l'on appelle question d'état, une

fie, créé

« PreviousContinue »