Oeuvres complétes de Condillac, Volume 16

Front Cover
Lecointe et Durey, 1822
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 238 - II n'ya rien de contingent dans la nature, « tout est déterminé par la nécessité de la nature « divine à exister et à agir d'une façon. » Démonstration. « Tout ce qui est, est en Dieu ( Proposition xv). « Mais on ne peut pas dire que Dieu soit une chose « contingente, car (Proposition xi) il existe né« cessairesment. D'ailleurs les modes de la na« ture divine suivent nécessairement de cette
Page 285 - La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles : On a beau la prier, La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Est sujet à ses loix, Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend point nos rois.
Page 89 - De même que l'Auteur de la nature est la cause universelle de tous les mouvements, qui se trouvent dans la matière ; c'est aussi lui qui est la cause générale de toutes les inclinations naturelles, qui se trouvent dans les esprits ; et de même que tous les mouvements se font en ligne droite, s'ils ne trouvent quelques causes étrangères et particulières qui les déterminent, et qui les changent en des lignes courbes par...
Page 1 - Un système n'est autre chose que la disposition des différentes parties d'un art ou d'une science dans un ordre où elles se soutiennent toutes mutuellement, et où les dernières s'expliquent par les premières. Celles qui rendent raison des autres, s'appellent principes; et le système est d'autant plus parfait, que les principes sont en plus petit nombre : il est même à souhaiter qu'on les réduise à un seul.
Page 219 - Spihôsà répond à quelques objections qu'il se fait Faire par Ceux qui ne conçoivent pas que l'a substance étendue soit un attribut de Dieu, et que la matière appartienne à...
Page 84 - L'étendue est capable de recevoir de deux sortes de figures. Les unes sont seulement extérieures, comme la rondeur à un morceau de cire; les autres sont intérieures, et ce sont celles qui sont propres à toutes les petites parties dont la cire est composée ; car il est indubitable que toutes les petites parties qui composent un morceau de cire ont des figures fort différentes de celles qui composent un morceau de fer. J'appelle donc...
Page 143 - C'est marcher beaucoup pour faire peu de chemin ! « II y aurait, dit un philosophe moderne, bien des « remarques à faire sur l'infini. Pour abréger, je me bornerai « à dire que c'est un nom donné à une idée que nous n'avons « pas, mais que nous jugeons différente de...
Page 235 - Tout objet individuel. toute chose, quelle qu'elle soit, qui est finie et a une existence déterminée, ne peut exister ni être déterminée à agir si elle n'est déterminée à l'existence et à l'action par une cause, laquelle est aussi finie et a une existence déterminée, et cette cause...
Page 17 - Pourquoi donc ne pourrait -il pas, si on les lui apprend, ce qui n'est l'affaire que de peu d'instans , en découvrir toutes les conséquences, et devenir, après quelques heures de méditation, un Condé, un Turenne, un Richelieu, un Colbert? Qui...
Page 94 - Les inclinations naturelles des esprits étant certainement des impressions continuelles de la volonté de celui qui les a créés et qui les conserve, il est, ce me semble, nécessaire que ces inclinations soient entièrement semblables à celles de leur créateur et de leur conservateur. Elles ne peuvent donc avoir naturellement d'autre fin principale que sa gloire, ni d'autre fin seconde que leur propre...

Bibliographic information