Page images
PDF
EPUB

DE L'IMPRIMERIE DE J. TASTU,

RUE DE VAUGIRARD,

N° 36.

SUR LA VIE PRIVÉE

DE MARIE-ANTOINETTE,

REINE DE FRANCE ET DE NAVARRE;

SUIVIS

DE SOUVENIRS ET ANECDOTES HISTORIQUES SUR LES RÈGNES

DE LOUIS XIV, DE LOUIS XV ET DE LOUIS XVI.

PAR MME CAMPAN,

LECTRICE DE MESDAMES,

ET PREMIÈRE FEMME DE CHAMBRE DE LA REINE.

TOME PREMIER.

PARIS.
BAUDOUIN FRÈRES, LIBRAIRES,

RUE DE VAUGIRARD, No 36.

MMM

[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

AVIS

DES ÉDITEURS.

.

Les Mémoires de madame Campan ont été commencés en 1802. Elle en a fait plusieurs lectures à ses amis : leurs souvenirs pourront attester la fidélité qui préside à cette publication. Elle a lieu sur des manuscrits achetés à très-haut prix , remis par la famille, et qu'elle avoue. Le texte des Mémoires ne renferme aucun passage, aucune phrase dont on ne possède l'original; et, pour éloigner, à ce sujet, toute espèce de doute, des copies écrites tout entières des mains de madame Campan resteront déposées chez les libraires-éditeurs qui se feront un devoir de les communiquer.

Le texte des Mémoires de madame Campan est accompagné de notes assez nombreuses. La Correspondance de Grimm et les Anecdotes de la Cour de Louis XVI; les Souvenirs de madame de Genlis , le Journal piquant et peu connu de madame du Hausset, une copie manuscrite et complète des Mémoires de Lauzun; les Lettres hardies et philosophiques de Joseph II, l'ouvrage religieux écrit par l'abbé Proyart sur Marie-Leckzinska; Montjoie , animé, dans son Histoire de Marie - Antoinette, des sentimens d'une fidélité honorable; l'abbé Georgel entraîné souvent par des préventions injustes : tels sont les principaux ouvrages, tels sont les écrivains que nous avons consultés. Enfin il faut bien ajouter que nous avons eu quelquefois recours aux Mémoires écrits sur le règne de Louis XVI, par l'abbé Soulavie, et à plusieurs ouvrages du même auteur.

L'abbé Soulavie est certainement un des hommes qui ont le plus possédé, et, si l'on peut se servir de cette expression, le plus compromis de matériaux historiques. Sans talent comme écrivain, sans aucune critique, et même sans bonne foi comme historien, il était infatigable dans ses recherches : il obtenait, de personnages souvent bien instruits, des communications précieuses ; et les événemens de la révolution avaient fait passer dans ses mains des papiers d'une haute importance. Sans doute il a débité impudemment des contes

« PreviousContinue »