Page images
PDF
EPUB

Par un sénatus-consulte organique, en date du 18 Mai 1804', la France avait proclamé empereur Napoléon Bonaparte, qui la gouvernait depuis quatre ans sous le titre de Premier Consul. Le retour de la France vers un gouvernement monarchique fit disparaître successivement toutes les républiques ligurienne, cisalpine, romaine,

batave,

parthénopéenne qui s'étaient établies, à son exemple, quand elle-même s'était faite république. Des décrets impériaux créèrent bientôt les royaumes d'Italie ?

- de Naples, de Hollande, de Westphalie"; les grands-duchés, duchés et principautés de Berg et Cléves, Francfort, Neufchatel?, Guastalla 8, Lucques et Piombino?; - les grands fiefs de l'Empire "0, Parme, Plaisance, Massa et Carara, — Bénévent, – Ponte-Corvo, Bassano, Padoue, Trévise,

Cadore, Vicence, Bellune, Rovigo, Frioul, Istrie, - Dalmatie, etc.

Ce furent également des décrets impériaux qui donnèrent à l'Espagne une nouvelle dynastie de rois, en lui imposant pour souverain le nouveau souverain du royaume de Naples", lequel fut lui-même remplacé par un roi nouveau ;

à la Hollande, un roi qui lui fut bientôt retiré 12 ; - au grand-duché de Berg un jeune souverain en échange de celui qu'il avait reçu naguères, lequel venait d'être créé roi de Naples; enfin, aux états et territoires que la France avait déjà réunis à son vaste territoire (en 1791, Avignon, - le comtat Venaissin 14, et Dombes 15. en 1792, la Savoie 16 et Nice 17; en 1793, Monaco 18 Liége 21 la Belgique

le Haietc.; en 1798, Genève, Mulhausen 24.

en 1799, le Piémont 23); des décrets impériaux joignirent encore des états nombreux : en 1805, la Ligurie 26; en 1808, Parme, Plai

13

Bâle 20

22

[ocr errors]

Mayence 19 nault 23

3 Ibid.,

[ocr errors]
[ocr errors]

p. 422.

Recueil de MARTENS, 2e édit., t. VIII, p. 204. 2 Ibid., t. VIII, p. 308. t. VIII, p. 434, * Ibid., 1. VIII, p. 449. 5 Ibid., t. VIII, p. 723. Ibid., t. VIII,

? Ibid., 1. VIII, p. 426. * Ibid., t. VIII, p. 431. Ibid., t. VIII, p. 326 et 432. Jo Ibid,, t. VIII, p. 427 à 433. 11 Nouv. Recueil de MARTENS, t. I, p. 66. 1? Ibid., t. I, p. 332. 13 Ibid., t. I, p. 326. 14 Recueil de MARTENS, 2e édit., t. V,

15 Ibid., t. V, p. 162. 16 Ibid., t. V, p. 164. 1? Ibid., t. V, p. 468. 1 lbid., t 1, p. 170. 19 lbid., t. V, p. 175. 20 Ibid., t. V, p. 180. 21, 22, 23, Ibid., t. V, p. 182 à 190. 24 Ibid., t. VII,

p. 149.

21

25 Ibid., t. VII, p. 663 à 679. 1. VII, p. 685.

p. 655.

26. Ibid.,

[ocr errors]
[ocr errors]

sance et la Toscane'; en 1810, le Lauenbourg?, les états du Pape}, la Hollande", le Valais 5. les Villes anséatiques 6, etc.

Nous n'avons point eu à nous occuper, dans la première partie, des actes multipliés auxquels ont donné naissance ces gigantesques événements politiques : notre but est de faire un livre pratique, -- usuel, dont l'emploi réponde aux besoins actuels : nous voulons dès lors y renfermer uniquement les documents qui sont de nature à être consultés avec utilité

par

les hommes d'état, les diplomates, les agents politiques et consulaires de notre époque. Or, rien de ce que ces documents ont consacré et légalisé n'existe plus aujourd'hui : les royaumes créés par Napoléon ont disparu, et ses frères, rois détrônés

par les événements de 1814, rentrés forcément dans la vie privée, sont fixés ou sont morts en pays étranger. - La France, sauf quelques petites parcelles, - a perdu tous les états qu'elle avait réunis à son vaste territoire, depuis l'année 1792; l'auteur lui-même de toutes ces grandes choses qui rempliront les pages de l'histoire,

depuis les admirables campagnes d'Italie de 1796 et 1797, jusqu'en 1814, a vu briser sur son front les couronnes qui le ceignaient, est mort captif, le 5 Mai 1821, à l'île de Sainte-Hélène.

Nous n'avons pas non plus à nous occuper (autrement que dans ces lignes) des actes qui précédèrent la chute de l'empire français. Mais ce grand et mémorable événement, si rapproché encore du temps actuel, excite un intérêt trop vif, pour qu'on ne nous pardonne pas, nous osons l'espérer, de retracer les faits qui le déterminerent, dans une courte analyse qui nous permettra du moins d'indiquer les traités principaux conclus par les puissances coalisées dans le but de le consommer. Cette esquisse historique à grands traits servira aussi, en ce qui concerne la France et les états souverains disparus en 1814, à relier en quelque sorte les temps qui ont précédé l'existence de l'empire, aux temps qui ont suivi son démembrement : il est superflu de dire que les traités conclus par le chef de l'empire avec les souverains étrangers ont été considérés comme annulés de fait par sa chute.

· Voureau Recueil de MARTENS, t. I, p. 323 a 325. 2 Ibid., t. I, p. 316.

3 Ibil.. 11, p. 341. 4 Ibid., 1.1, p. 338. 5 Ibid. . t. 1, p. 34. 6 Ibid., t. I., p. 316,

Napoléon, obligé de quitter Moscou sans avoir atteint le but qu'il s'était proposé, opéra sa retraite au milieu d'un hiver rigoureux et terrible dans ses effets. A la nouvelle des malheurs de l'armée impériale, les hommes auxquels le joug que ce prince, toujours victorieux jusqu'alors, faisait peser sur les peuples allemands avait rendu odieuse l'autorité de la France, commencèrent à entrevoir la possibilité d'un autre avenir. L'espoir que les désastres de l'armée diminueraient l'influence française, ne tarda pas à pénétrer leur coeur, et c'est sous l'empire de cette pensée que fut conclue, le 30 Décembre 1812, au moulin de Poscherun' (entre le lieutenant-général prussien d’York et le major-général russe de Diebitsch ) une convention d'armistice, qu'on peut regarder comme la première transaction politique de la longue série d'actes et traités qui, depuis, furent signés entre les puissances qu’un même intérêt réunit dans le principe, uniquement pour restreindre la puissance de Napoléon, mais qui plus tard se coalisèrent pour décider la chute de l'ennemi commun.

Le premier traité d'alliance fut signé à Kalisch, le 26 Février 1813, et à Breslau, le 27, entre la Russie et la Prusse; il fut suivi, le 19 Mars, d'une convention datée de Breslau, qui en régla les différents détails d'exécution ?

De son côté, la Grande-Bretagne, mettant à profit les événements, s'empressa de créer à Napoléon des embarras nouveaux, et de lui préparer de nouveaux revers, en négociant et en signant des traités d'alliance et de subsides : avec la Suède, à laquelle le traité de Stockholm, du 3 Mars 1813, imposa l'obligation de mettre sur pied une armée de 30,000 hommes, en lui assurant, à cet effet, un subside d'un million de livres sterling; (par ce traité la Grande-Bretagne abandonna la possession de

Vour. Recueil de MARTENS, t. I, p. 556. Thid., t. I, p. 558.

? Ibid., t. I, p. 563, et t. III, p. 231

la Guadeloupe à la Suède, et lui promettait ses bons offices pour lui obtenir la possession de la Norvége); avec la Russie, à laquelle la Grande-Bretagne, par le traité de Reichenbach , du 15 Juin 1813', accorda un subside d'un million cent trente-trois neille livres sterling, et l'entretien de sa flotte ; (ce traité fut suivi de deux autres qui furent signés à Peterswaldau”, le 6 Juillet 1813, et à Londres, le 30 Septembre suivant 3);

avec la Prusse qui, par le traité du 14 Juin, conclu à Reichenbach", s'engagea à coopérer de tous ses moyens à faire rentrer le Hanovre en la possession de la maison de Brunswick-Lauenbourg, et qui reçut de la Grande-Bretagne un subside de près de sept cent mille livres sterling, pour l'année 1813 : un nouveau traité fut d'ailleurs signé à Londres, le 30 Septembre 1813,

, pour régler le mode de payement des subsides. Cependant Napoléon, qui était parvenu à réorganiser une nouvelle armée, quitta Paris le 15 Avril 1813, et battit les alliés, à la tête de ses jeunes légions, le fer Mai, à Lutzen, le 24 et le 22, à Bautzen.

Un armistice fut arrêté, le 5 Juin, à Pleiswitzo, entre les puissances belligérantes, par l'intervention de l'Autriche : il devait durer jusqu'au 20 Juillet, et fut prolongé jusqu'au 10 du mois d'Aout, par une nouvelle convention, signée le 26 Juillet", à Neumark en Silésie.

Pendant la durée du premier armistice, l'Autriche avait offert sa médiation; un congrès s'était ouvert à Prague, pour traiter du rétablisseinent de la paix : la convention signée, à cet effet, entre le comte de Metternich et le duc de Bassano, à Dresde, le 30 Juin®, ne fut pas rendue publique.

L'empereur Napoléon fit négocier à la même époque un traité d'alliance, qui fut signé à Copenhague, le 10 Juillet 1812, par lequel le Danemarck s'engageait à déclarer la guerre à la Prusse et à la Russie.

Vour. Recueil de MARTENS, t. I, p. 568. * md. t. I, p. 571.

5 Ibid., tl,

p. 577. * Thid., t. I, p. 586.

* et . Ibid., t. I, p. 572 et 577. Thid., t. I, p. 582.

: Ibid.. t. I

Le terme final de l'armistice étant arrivé, sans que les plénipotentiaires chargés de traiter du rétablissement de la paix soient tombés d'accord, les négociations sont rompues le 14 Août

le lendemain, M. de Metternich annonce, par une note officielle, à M. de Narbonne, plénipotentiaire de la France, que l'Autriche se décide à joindre ses forces à celles des alliés, et la guerre recommence!

Napoléon remporte encore, le 29 Août, une victoire signalée sur les armées alliées, devant Dresde; mais, depuis cette époque, la fortune semble l'avoir abandonné : la Bavière renonce à son alliance; - l'armée saxonne quitte les lignes françaises au milieu de la sanglante action de Leipzig, dont l'armée française (qui avait longtemps conservé l'avantage) est forcée d'abandonner le champ de bataille, pour retourner sur le Rhin, en culbutant, sur sa route, à Hanau , un corps bavarois;

à la grande alliance conclue à Tæplitz, les 9 Septembre et 3 Octobre 1813, entre l'Autriche, la Russie, la Prusse et la Grande-Bretagne ? succèdent d'autres traités d'alliance avec la Bavière, - le Wurtemberg“, - le grand-duché de Bade", - l'électeur de HesseCassel qui était rentré dans la possession de ses anciens états; - les duc et prince de Nassau?, etc.; - les autres états allemands se håtent de renoncer à la Confédération du Rhin, dont Napoléon avait été déclaré le protecteur, par le traité signé à Paris, le 12 Juillet 1806 (art. XII), et des mesures , communes sont prises afin d'établir un système général militaire pour l'Allemagne 8; le Danemarck signe à Rendsbourgo, le

Les diverses notes échangées entre la France et l'Autriche, depuis le mois de Décembre 1812, et celles qui sortirent du Congrès de Prague, ont été insérées dans le Moniteur universel de 1813, n° 273.

2 Voir Nouv. Recueil de MARTENS, t. I, p. 596 à 609. * Traité signé à Ried, le 8 Octobre 1813 : Nouv. Recueil de MARTENS, t. I, p. 610 + Traité signé à Fulde, le 2 Novembre 1813 : Ibid., t. I, p. 643. 5 Traité signé à Francfort, le 20 Novembre 1813 : Ibid., t. I, p. 649. * Traité signé à Francfort, le 2 Décembre 1813 : Ibid., t. I, p. 651. * Traité signé à Francfort, le 20 Novembre 1813 : Ibid., t. IV, p. 99.

8 Actes pour l'établissement d'un système général militaire, du 21 Octobre 1813 au 12 Janvier 1814: Ibid., t. I, p. 615 à 612, et t. IV, p. 101.

» Traité de Rendsbourg : Ibid., t. I, p. 657.

« PreviousContinue »