Page images
PDF
EPUB

[ocr errors]

15 Décembre 1813, un armistice avec les puissances coalisées,

le 14 Janvier 1844, à Kiel', des traités de paix, avec la Suède et la Grande-Bretagne, par lesquels il renonce à la Norvége en faveur de la Suède, et à son alliance avec la France, – puis,

à Hanovre, le 8 Février”, un autre traité par lequel sont renouvelés les traités antérieurs entre les deux états; enfin, le roi de Naples ouvre des négociations avec le cabinet autrichien, et conclut, le 14 Janvier 18143 un traité d'alliance, «qui «lui garantit, ainsi qu'à ses héritiers et successeurs, la jouissance « libre et paisible de tous les états qu'il possède en Italie.) (Art. X.)

Aucun état ne resta donc en dehors de la grande coalition, de la ligue européenne, ainsi que s'exprime la déclaration de Vitry, dont il sera parlé.

Napoléon, dans la position critique où il se trouvait, abandonné de tous ses alliés, — et voyant l'Europe entière liguée contre lui, — pour donner plus d'action à son armée et pouvoir rappeler en France, où la guerre s'est transportée, les corps qui sont en Espagne, détrône son frère Joseph,

rend ses ananciens états au roi Ferdinand VII , et ne songe plus qu'à défendre la France envahie par les armées coalisées.

Au milieu de succès variés, - de victoires qui n'amènent aucun résultat avantageux et réel, - de brillants faits d'armes accomplis par l'armée française pendant une campagne que tous les hommes de guerre étrangers s'accordent à regarder comme l'une des plus belles, des plus savantes et des plus glorieuses de la carrière de Napoléon, malgré les tristes suites qu'elle a eues pour lui, - la paix européenne semble encore une fois sur le point d'être rétablie : un congrès a été ouvert à Chatillon. Mais les négociations sont bientôt rompues sans que la paix en soit sortie, et les puissances alliées, qui avaient conclu un nou

[ocr errors]
[ocr errors]

Les traités de Kiel, et (2) celui de Hanovre sont placés dans la première partie de ce Recueil.

* Traité de Naples, 11 Janvier 1814 : Nouveau Recueil de MARTENS, t. I, p. 660.

• Traité signé à Valançay, le 11 Décembre 1813. Voir Nouveau Recueil de MARTENS, Il. p. 654.

3

(

veau traité d'alliance à Chaumont, le 1er Mars 1814, font connaître, par une déclaration? datée de Vitry, le 25 Mars, leur intention de réduire le territoire de la France à ses anciennes limites, et de fonder la paix de l'Europe : elles ne s'expliquent point d'ailleurs encore en ce qui concerne Napoléon.

Le 31 Mars, Paris se voit dans l'obligation de signer une capitulation qui ouvre ses portes aux armées alliées 3, le même jour, une déclaration de l'empereur Alexandre annonce à la France la résolution des puissances alliées «de ne plus « traiter avec Napoléon Bonaparte ni avec aucun membre de sa (famille.» Napoléon n'hésite plus : il trace de sa main, à Fontainebleau, le 11 Avril 1814, une abdication conçue en ces termes : «Les puissances alliées ayant proclamé que l'empereur «Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en «Europe, l'empereur Napoléon, fidèle à ses serments, déclare

qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et «d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, même celui de «la vie, qu'il ne soit prêt à faire à l'intérêt de la France;» enfin, un traité, signé le même jour, entre l'Autriche, la Russie et la Prusse, d'une part, et Napoléon, d'autre part, assigne à l'empereur des Français, détrôné, l'île d'Elbe pour résidence, assure des pensions aux princes et princesses de sa famille. La Grande-Bretagne accéda, le 27 du même mois, à ce traité, qui fera partie de la série qui va suivre :

Le retour des princes de la maison de Bourbon fut décidé; Monsieur , frère du roi Louis XVIII, arriva à Paris et signa avec les puissances alliées, le 23 Avril, plusieurs conventions pour faire cesser les hostilités et pour accepter à l'avance la réduction du territoire français aux limites du 1er Janvier 1792 : le traité définitif de paix, signé à Paris, le 30 Mai 1814, les détermina. Un congrès, tenu à Vienne, régla d'ailleurs le partage de tous les pays qu'abandonnait la France, et des royaumes écroulés au bruit de la chute du souverain qui les avait créés. Les

et

| Nouv. Recueil de MARTENS, t. I, p. 683.

- ? Ibid., t. I, p. 688.

- Ibid., t. I, p. 693

actes sortis de cette auguste réunion de monarques établirent, entre les états de l'Europe, un équilibre politique nouveau, qui n'a encore subi que peu de modifications : nous avons indiqué les principales dans l'introduction placée en tête de la première partie de ce Recueil.

La seconde partie sera riche en documents pratiques, non pas seulement parce qu'elle renfermera les documents que nous venons de signaler, sur lesquels repose, nous le répétons, l'équilibre politique de notre époque;

mais aussi, parce que, depuis 1814, un grand nombre d'états indépendants se sont établis en Europe et en Amérique, et que ces états ont contracté des traités, afin d'assurer leur indépendance aussi bien que leurs relations de commerce avec les autres nations.

Nous terminerons cette notice historique en rappelant d'une manière succincte les principaux événements politiques des trente années écoulées depuis le démembrement de l'empire français :

En 1815, le retour momentané, en France, de Napoléon, et son départ pour l'ile Sainte-Hélène;

En 1818, la mort du roi Joachim Murat, fusillé, le 31 Octobre, sur la plage où il était débarqué ; le congrès tenu à Aixla-Chapelle; De 1820 à 1824, les révolutions d'Espagne,

de Piémont – de Naples,

du Brésil, – de la Grece, - de l'Amérique méridionale, et les congrès de Laybach et de Vérone;

En 1825, l'indépendance accordée, par la France, à la république d'Haïti , autrefois île de Saint-Domingue;

En 1828 et 1829, la guerre entre la Russie et la Turquie, la destruction de la flotte ottomane à Navarin, et le rétablis- sement de la paix à Andrinople;

En 1830, l'abolition de la loi salique en Espagne, - quête de l'Algérie par la France, – la révolution des trois jours

de Juillet , qui a renversé la dynastie régnante en France, et a placé sur le trône le roi Louis-Philippe d'Orléans, dont le règne occupera une si belle place dans les annales de l'histoire; – la séparation de la Belgique et de la Hollande;

la con

En 1834, la révolution de Pologne;
En 1832, l'établissement définitif du royaume de Grèce;

De 1833 à 1843, les troubles de l'Espagne, après la mort de Ferdinand VII, survenue le 29 Septembre 1833;

De 1828 jusqu'en 1844, les développements en Allemagne de l'admirable système de l'association des douanes, oų Zollverein, fondé par la Prusse dans l'intérêt du commerce et de l'industrie des populations allemandes; - la guerre récente entre la Grande-Bretagne et la Chine, laquelle a eu pour résultat : d'ouvrir le commerce de ce vaste empire aux états européens ;

enfin (depuis 1814), l'adoption , par les souverains de l’Europe, du principe de l'abolition de la traite des Noirs, principe fatal peut-être aux colonies, mais digne , par sa philantropie, de nations chrétiennes et civilisées.

[ocr errors][ocr errors]

10'

1

DEUXIÈME PARTIE.

A PARTIR DE LA CHUTE DE NAPOLÉON ET DE LA PREMIÈRE

PAIX DE PARIS, EN 181 4.

« PreviousContinue »