Histoire générale des proverbes, adages, sentences, apophthegmes, dérivés de moeurs, des usages, de l'esprit et de la morale de peuples anciens et modernes: accompagnée de remarques critiques, d'anecdotes, et suivie d'une notice biographique sur les poètes, les moralistes et les philosophes les plus célèbres cités dans cet ouvrage, et d'une table des matières ...

Front Cover
Delongchamps, 1828 - Proverbs
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

est allé vendre des dattes à Hajar
9
Celui qui cache son secret atteint son désir
10
Le possesseur de lart est maître de la citadelle
11
Tout chien aboit sur sa porte
12
était tibia il est devenu bras
13
Un chien vivant est préférable à un lion mort
14
Le commencement de la colère est la folie
15
Mieux vaut un sage endemi quun sot
16
Les paroles des grands ne tombent jamais à terre
17
Le sot se reconnaît à six attributs 18 La vie est une quarantaine pour le paradis
18
La tempérance est un arbre
19
La langue est un étranger
20
La jument suit son frein
21
Celui qui a été mordu par le serpent se défie des cordes
22
Lurine dun chien ne souille pas la
23
La mair de dessus est préférable à celle de dessous
24
25 Un riche parvenu qui méprise un autre homme
25
Les douceurs de ce monde
26
Lorsque tu as entrepris quelque chose prends patience
27
La science est préférable à la richesse 29 Le plus savant est celui qui voit la fin de chaque chose 30 Un âne sauvage en vaut bien trois
30
Chaque jour de ta vie
31
La vie est semblable au
32
Fais semblant de ne point tapercevoir des embûches
33
La patience est un arbre dont la racine est amère
34
La plus saine nourriture est celle quon obtient par ses peines
35
Si la poule veut chanter comme le
36
Ne parle pas de pierres à un fou
37
Si tu veux trouver dans le monde une véritable grandeur
38
Le monde est un pont bâtetoi de le traverser
39
Lhomme est la plus parfaite de toutes les créatures
40
La vie de lhomme est un journal
41
Jouis voilà la sagesse fais jouir voilà la vertu
42

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 137 - Qu'un ami véritable est une douce chose ! Il cherche vos besoins au fond de votre cœur; II vous épargne la pudeur De les lui découvrir vous-même Un songe, un rien, tout lui fait peur Quand il s'agit de ce qu'il aime.
Page 430 - Qu'on parle mal ou bien du fameux Cardinal, Ma prose ni mes vers n'en diront jamais rien : II m'a fait trop de bien pour en dire du mal, II m'a fait trop de mal pour en dire du bien.
Page 53 - Roi de ses passions, il a ce qu'il désire; Son fertile domaine est son petit empire, Sa cabane est son Louvre et son Fontainebleau...
Page 377 - Tu te trompes, Philémon, si, avec ce carrosse brillant, ce grand nombre de coquins qui te suivent, et ces six bêtes qui te traînent, tu penses que l'on t'en estime davantage; l'on écarte tout cet attirail qui t'est étranger, pour pénétrer jusqu'à toi qui n'es qu'un fat.
Page 430 - Il avait le visage assez agréable , un grand nez, la bouche belle, les yeux pleins de feu, la physionomie vive, des traits fort marqués, et propres à être transmis à la postérité dans une médaille ou dans un buste.
Page 377 - L'esprit de la conversation consiste bien moins à en montrer beaucoup qu,'à en faire trouver aux autres : celui qui sort de votre entretien content de soi et de son esprit l'est de vous parfaitement.
Page 344 - A leur tour des ordres divins. De tous les animaux, l'homme a le plus de pente A se porter dedans l'excès. 25 II faudroit faire le procès Aux petits comme aux grands. Il n'est âme vivante Qui ne pèche en ceci.
Page 433 - L'effet n'y répond pas toujours à l'apparence : On s'y laisse duper autant qu'en lieu de France; Et parmi tant d'esprits plus polis et meilleurs, II y croît des badauds autant et plus qu'ailleurs. Dans la confusion que ce grand...
Page 377 - Si certains morts revenaient au monde, et s'ils voyaient leurs grands noms portés, et leurs terres les mieux titrées, avec leurs châteaux et leurs maisons antiques, possédées par des gens dont les pères étaient peut-être leurs métayers , quelle opinion pourraient-ils avoir de notre siècle ? Rien ne fait mieux comprendre le peu de chose...
Page 372 - Comme nostre esprit se fortifie par la communication des esprits vigoureux et reiglez, il ne se peut dire combien il perd et s'abastardit par le continuel commerce et fréquentation que nous avons avec les esprits bas et maladifs.

Bibliographic information