Œuvres complètes de M. le vicomte de Chateaubriand ...

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 320 - Le jour n'y finit point, et la nuit, avec ses sombres voiles, y est inconnue : une lumière pure et douce se répand autour des corps de ces hommes justes, et les environne de ses rayons comme d'un vêtement.
Page 321 - Une jeunesse éternelle, une félicité sans fin. une gloire toute divine est peinte sur leurs visages: mais leur joie n'a rien de folâtre ni d'indécent; c'est une joie douce, noble, pleine de majesté; c'est un goût sublime de la vérité et de la vertu qui les transporte. Ils sont, sans interruption, à chaque moment, dans le même saisissement...
Page 282 - CONSCIENCE La conscience fournit une seconde preuve de l'immortalité de notre âme. Chaque homme a au milieu du cœur un tribunal où il commence par se juger soi-même, en attendant que l'Arbitre souverain confirme la sentence. Si le vice n'est qu'une conséquence physique de notre organisation, d'où vient cette frayeur qui trouble les jours d'une prospérité coupable? Pourquoi le remords est-il si terrible, qu'on préfère se soumettre à la pauvreté et à toute la rigueur de la vertu, plutôt...
Page 125 - Tu ne désireras point la maison de ton voisin, ni la femme de ton voisin , ni son serviteur, ni sa servante , ni son bœuf, ni son âne, ni rien de ce qui est à ton voisin.
Page 124 - Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l'Eternel, ton Dieu, tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes.
Page 378 - Ne dois-je pas m'étonner, dit-il ', qu'il y ait un homme qui se persuade que de certains corps solides et indivisibles se meuvent d'eux-mêmes par leur poids naturel, et que, de leur concours fortuit, s'est fait un monde d'une si grande beauté? Quiconque croit cela possible, pourquoi ne...
Page 37 - ... nous y verrons quelque image de la Trinité que nous adorons-. La pensée , que nous sentons naître comme le germe de notre esprit, comme le fils de notre intelligence, nous donne quelque idée du Fils de Dieu conçu éternellement dans l'intelligence du Père céleste. C'est pourquoi ce Fils de Dieu prend le nom de Verbe , afin que nous...
Page 331 - Ce mal contagieux n'a pas seulement infecté les villes , il « a gagné les villages et les campagnes. Je crois pourtant que l'on y « peut remédier, et qu'il peut être arrêté. Ce qu'il ya de certain, c'est « que les temples qui étaient presque déserts sont fréquentés , et que « les sacrifices longtemps négligés recommencent :on vend partout des « victimes qui trouvaient auparavant peu d'acheteurs. De là on peut « juger quelle quantité de gens peuvent être ramenés de leur égare...
Page 208 - L'HOMME LOI RELATIVE AUX CRIS DES ANIMAUX La nature a ses temps de solennité, pour lesquels elle convoque des musiciens des différentes régions du globe. On voit accourir de savants artistes avec des sonates merveilleuses, de vagabonds troubadours qui ne savent chanter que des ballades à refrain, des pèlerins qui répètent mille fois les couplets de leurs longs cantiques. Le loriot siffle, l'hirondelle gazouille, le ramier gémit : le premier, perché sur la plus haute branche d'un ormeau,...
Page 21 - ... la religion chrétienne est la plus poétique, la plus humaine, la plus favorable à la liberté, aux arts et aux lettres...

Bibliographic information