Page images
PDF
EPUB

substance corticale et à la couche optique avec toutes ses dépendances périphériques. Tout le système moteur reste plongé dans l'inertie la plus absolue. L'appareil d’innervation n'est plus susceptible d'éprouver que des courants centripetes. Il sent les impressions, il les élabore même dans son cerveau, mais il est devenu incapable de la moindre réaction. Les spiritualistes pourraient considérer cet état comme une mort anticipée ou plutôt inachevée, dans laquelle l'âme aurait perdu tous ses droits sur le corps, tout en lui restant enchaînée. L'homme ainsi frappé jouit en effet de toutes ses facultés intellectuelles. Il voit, il entend, il comprend, il juge et raisonne d'une manière latente. Mais il ne peut rien manifester, ni par des jeux de physionomie, ni par des mouvements. Il a toutes les apparences de la mort.

Maladie du sommeil. – On a appliqué cette désignation à une affection épidémique qui fait de grands ravages parmi les populations nègres de l'Afrique. Beaucoup la regardent même comme ne figurant jamais dans la pathologie des autres races humaines. Mais, depuis les travaux de Griffon du Bellay et de Guérin sur ce sujet, quelques faits analogues ont été observés en Europe sur des blancs, et, tous les ans, les journaux de médecine enregistrent un ou plusieurs cas de ce genre. Chez les nègres, la maladie s'annonce pendant un plus ou moins grand nombre de jours par une légère céphalalgie occupant le plus souvent la région sus-orbitaire, et par une sensation de constriction aux tempes. Puis, à la fin de chaque repas, les malades sont saisis par un sommeil invincible d'une durée de plus en plus longue. Chacun de ces accès réguliers est précédé d'une sensation d'engourdissement du cuir chevelu et d'une pesanteur de la paupière supérieure, qui entraîne bientôt son prolapsus complet. Plus tard, l'état de plénitude de l'estomac n'est même plus nécessaire pour provoquer ces crises de sommeil. Elles surprennent le malade dans toutes les positions. Elles sont d'abord entrecoupées par des moments de veille. Mais il n'y a là encore qu'une veille relative. L'intelligence se montre bien alors intacte, mais elle est diminuée et surtout paresseuse. Le malade comprend toutes les questions, mais il est lent à les saisir et il y répond d'un air hébété. Les perceptions sensorielles sont exactes, mais elles s'exécutent avec une excessive lenteur. On dirait qu'il y a constamment une diminution considérable de vitesse de l'influx nerveux, ou plutôt que la propagation des ébranlements moléculaires se fait très

leniement et très-difficilement. Les tements n'obéissent plus aussi bien et aussi rite aux impulsions recues. Si on le force à marcher, on consiale quil chancelle comme un homme inte. Ses jambes fléchissent sous lui. Ses bras reiombent lorsqu'on les lui a souleves. Somme toute sous le rapport de la motilité comme sous celui de la sensibilité et de l'intelligence, il se trouve dans l'état d'un homme qu'on vient d'éveiller au milieu d'un profond sommeil. Il en a toutes les allures et tout à fait la physionomie. Ces périodes de réveil se montrent de plus en plus rares, et il vient un moment où la léthargie est complete et constante. Le malade meurt insensiblement. A l'autopsie, on trouve les méninges congestionnées mais non enflammées. Parfois la substance cérébrale se montre ramollie; mais, dans ces cas, le sommeil s'était compliqué de paralysies alternant avec des convulsions.

Je ne crois pas qu'on puisse regarder, arec Griffon du Bellas, cette affection comme une espèce d'encéphalite; car le ramollissement du tissu cérébral semble être une exception et surajouter des symptomes étrangers à la maladie elle-même, comme des paralysies partielles et des convulsions. Je serais plutôt tenté de voir là, du moins en ce qui concerne les épidémies qui règnent en Afrique, le résultat d'une intoxication miasmatique du sang, une véritable pyrexie. Il est, du reste, dans les allures des pyrexies de produire de la somnolence. En tout cas, que la maladie du sommeil soit, ou non, le résultat d'une intoxication de ce genre, il y a lieu de la distinguer de la léthargie proprement dite. Celle-ci se rapproche beaucoup plus de la syncope et beaucoup moins du sommeil physiologique. Dans la syncope, tout est supprimé momentanément, même la vie régétative. Dans la léthargie, celle-ci n'est pas complétement éteinte. Ily a une ombre de respiration, de circulation et, par suite, de nutrition iatime. Dans la maladie du sommeil, ces fonctions persistent au même degré que dans le sommeil ordinaire. Non-seulement l'inertie est moins étendue, mais elle ne s'établit pas non plus dans les mêmes conditions. Dans la léthargie, le système nerveux, dans son entier, est brusquement arrêté dans son fonctionnement, comme si ses éléments se trouvaient tout à coup congelés sur place, ou comme une machine à laquelle on aurait supprimé subitement la vapeur par un jeu de robinet, alors que cette machine ne serait nullement fatiguée, et qu'il y aurait encore en réserve une quantité de force motrice plus que suffisante. Dans la maladie du sommeil, il semble qu'il n'y

[ocr errors][merged small]

a plus là une force passant momentanément à l'état latent, mais une force cessant de se manifester par suite d'épuisement ou de non-production. C'est en réalité un sommeil exagéré et permanent, mais motivé par une véritable incapacité. La léthargie est une abdication imposée à l’innervation alors qu'elle possède encore toute sa puissance. La maladie du sommeil c'est l'impuissance des agents de la vie de relation.

[ocr errors][merged small][merged small]

132

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

164

.

.

.

165

.

[blocks in formation]

CONSTITUTION ANATOMIQUE DU CERVELET. . .
PHYSIOLOGIE NORMALE .............

136
ANATOMIE PATHOLOGIQUE GÉNÉRALE. .....
PAYSIOLOGIE PATHOLOGIQUE GÉNÉRALE. ....
Troubles de la motilité. ....

............... .
Troubles de la sensibilité ...

. . . .. . . . . . .. . .
Troubles de la vision. ......
Troubles de l'audition.......
Troubles de la génération........
Troubles de la phonation ........

164
Troubles digestifs et respiratoires .......

165
Modifications dans le caractère .......
Troubles du sentiment d'équilibre. ....

166
CONSTITUTION ANATOMIQUE DES PÉDONCULES CÉRÉBRAUX . ..
PHYSIOLOGIE NORMALE. ......

174
PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUE GÉNÉRALE. ............

175
CONSTITUTION ANATOMIQUE DES TUBERCULES QUADRIJUMEAUX

178
PHYSIOLOGIE NORMALE....................
PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUE. ................

187
CONSTITUTION ANATOMIQUE DES COUCHES OPTIQUES. .

190
PHYSIOLOGIE NORMALE...

192
PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUE GÉNÉRALE ........

198
Hallucinations ............

205
CONSTITUTION ANATOMIQUE DES CORPS STRIÉS. ..

............

215
PHYSIOLOGIE NORMALE ...............

217
PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUE GENÉRALE. .....

219
Troubles du mouvement. . ....
Troubles de la parole ........

Troubles de la sensibilité ......
CONSTITUTION ANATOMIQUE DES HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

224
PHYSIOLOGIE NORMALE. ..........................

229
Mécanisme des opérations psychiques ..........

Mécanisme des facultés intellectuelles. . 237
Mécanisme des facultés affectives. . ...
Mécanisme des facultés instinctives. .. 259

Système de Gall ...
Physiologie du sommeil. .............
ANATOMIE PATHOLOGIQUE GÉNÉRALE. .....

278
PHYSIOLOGIE PATHOLOGIQUE GÉNÉRALE....

LE..................
Troubles intellectuels. .....

290
Troubles de la motilité . .

307
Troubles de la sensibilité. ...

315
Troubles nutritifs ........

318
PhysioLOGIE PATHOLOGIQUE SPÉCIALE. ........

322
Maladies mentales ........
Folie. ........

322
Manie ..........
Monomanie ................. 341

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »