Les premiers traits de l'erudition universelle: ou, Analyse abregée de toutes les sciences, des beaux-arts et des belles lettres, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 413 - ... de notre univers : le foleil qui en occupe le centre , les étoiles fixes qui en font comme les limites, & tous les corps qui s'enflamment , fur la terre & ailleurs, animent cette...
Page 82 - L'homme , comme être phyfique , eft, ainfi que les autres corps , gouverné par des loix invariables. Comme être intelligent , il viole fans cefle les loix que dieu a établies , ôc change celles qu'il établit lui-même : il faut qu'il fe conduife; & cependant il eft un être borné : il eft fujet à l'ignorance & à l'erreur , comme toutes les intelligences finies : les foibles connoiflances qu'il a, il les perd encore. Comme créature fenfible, il devient fujet à. mille paflions.
Page 434 - A a donné doivent exprimer la circonférence du cercle , il ne manque pas une feule unité ; & qu'on peut facilement poufler le calcul autant au delà qu'on voudra. Découverte merveilleufe , fi fort au delà de tous nos befoins , la derniere peut-être...
Page 371 - .pas de même de fa Nature; il importe peu à ,, la Religion de quelle fubftance foit l'Ame , ,, pourvu qu'elle fait vertireufe.
Page 403 - C'eft l'effort par lequel certains Corps comprimés- tendent à fe rétablir dans leur premier état. Cette propriété fuppofe qu'ils foient comprimés.
Page 442 - Géométrie des indivifibles , & préluda parlà à ce qu'on vit arriver peu après. Dans cette Géométrie les plans font compofés d'une infinité de lignes, & les folides d'une infinité de plans. Il eft vrai qu'il n'ofoit pas plus prononcer le mot d'infini en Mathématiques , que Defcartes en Phyfique.
Page 371 - Corps que de l'étendue & de la folidité, & il ne peut a voir que du mouvement & de la figure. Or, du mouvement , de ;la figure , de l'étendue & de la folidité ne peuvent faire une penfée ; donc l'Ame ne peut pas être matière.
Page 81 - ... que tous les mouvemens font reçus , augmentés , diminués , perdus ; chaque diverfité eft uniformité , chaque changement eft confiance. Les êtres particuliers intelligens peuvent avoir des loix qu'ils ont faites ; mais ils en ont auffi qu'ils n'ont pas faites. Avant qu'il y eût des êtres intelligens , ils étoient poflibles ; ils avoîent donc des rapports poifibles , & par conféquent des loix poflibles.
Page 400 - Il eft des propriétés d'un ordre inférieur , qui ne conviennent à tous les corps qu'autant qu'ils font dans certains états ou dans certaines circonftances...
Page 82 - Un tel être pouvoit à tous les inftans oublier fon créateur; dieu l'a rappelle à lui par les loix de la religion. Un tel être pouvoit à tous les inftans s'oublier lui-même ; les philofophes l'ont averti par les loix de la morale. Fait pour vivre dans la fociété , il y pouvoit oublier les autres ; les légiflateurs l'ont rendu à fes devoirs par les loix politiques ôc civiles.

Bibliographic information