Correspondance, littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc: revue sur les textes originaux, comprenant outre ce qui a été publié à diverses époques les fragments supprimés en 1813 par la censure, les parties inédites conservées à la Bibliothèque ducale de Gotha et à l'Arsenal à Paris, Volume 10

Front Cover

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 279 - Viselli : 105 est modus in rebus, sunt certi denique fines, quos ultra citraque nequit consistere rectum.
Page 225 - L'invention des Arts étant un droit d'aînesse, Nous devons l'Apologue à l'ancienne Grèce. Mais ce champ ne se peut tellement moissonner Que les derniers venus n'y trouvent à glaner. La feinte est un pays plein de terres désertes. Tous les jours nos Auteurs y font des découvertes.
Page 432 - ... avec cette grâce franche et naïve qui n'appartenait qu'à lui. De tous les auteurs qui nous restent de l'antiquité, Plutarque est, sans contredit, celui qui a recueilli le plus de vérités de fait et de spéculation. Ses œuvres sont une mine inépuisable de lumières et de connaissances : c'est vraiment l'Encyclopédie des anciens.
Page 275 - Madame, M. de La Borde m'a dit que vous lui aviez ordonné de m'embrasser des deux côtés de votre part. Quoi! deux baisers sur la fin de ma vie! Quel passe-port vous daignez m'envoyer! Deux : c'est trop d'un, adorable Égérie! Je serais mort de plaisir au premier.
Page 275 - Il m'a montré votre portrait : ne vous fâchez pas , madame, si j'ai pris la liberté de lui rendre les deux baisers. Vous ne pouvez empêcher cet hommage , Faible tribut de quiconque a des yeux. C'est aux mortels d'adorer votre image; L'original était fait pour les dieux. .J'ai entendu plusieurs morceaux de la Pandore de M. de La Borde; ils m'ont paru bien dignes de votre protection.
Page 104 - ... au défenseur de mon pays, comme je parlerais à mon ravisseur. » Qui est-ce qui voudrait d'une femme qui oserait s'exprimer ainsi? Et parce que la pudeur lui ferme la bouche, est-il honnête d'abuser de son silence et de sa personne? SECTION II. Helvétius continue sur le môme texte, savoir : que tous les hommes communément bien organisés ont une égale aptitude à l'esprit.
Page 74 - Mon premier mouvement fut de me jeter dans l'île de l'Amirauté, et de m'y défendre; elic n'était pas encore occupée; mais je loue le ciel d'en avoir trouvé le chemin barré. Du reste, le roi me comble de bontés ; il a ulcéré mon cœur, et il a la grandeur d'âme d'en convenir. « Adieu, ma chère maman; je me mets à vos pieds. Aimezmoi toujours, et montrez ces deux lettres à ceux qui voudront bien s'intéresser à moi.
Page 184 - ... ouvrage dans son appartement. Sa joie et sa reconnaissance furent grandes. Une autre femme politique de l'époque, la duchesse de Duras, essaya de jouer un rôle. Elle était fille de M. de Kersaint, capitaine de vaisseau dans la marine royale, ardent novateur et membre de la Convention nationale. M. le duc de Duras, premier gentilhomme de la chambre du roi, l'avait épousée à cause de sa grande fortune. L'entraînement révolutionnaire de M.
Page 133 - ... a couru d'étranges bruits sur la conduite du seigneur patriarche pendant le mois dernier. On assurait qu'il avait eu plusieurs faiblesses à la suite des efforts qu'il avait faits pour faire sa cour à une jolie demoiselle de Genève , qui venait le voir travailler dans son cabinet ; et que madame Denis avait jugé nécessaire de rompre ces tête-à-tête après le troisième évanouissement survenu au seigneur patriarche.
Page 130 - Rousseau , je ne puis regarder son ouvrage sur la constitution polonaise que comme l'amusement d'un philosophe oisif qui emploie son loisir à esquisser des lois et une forme de gouvernement pour quelque utopie. En l'envisageant ainsi, on pourra le lire avec plaisir, et même avec fruit. Ou y trouvera beaucoup de vues sages à côté de beaucoup d'idées creuses.

Bibliographic information