Page images
PDF
EPUB

COLLECTION DES MEILLEURS AUTEURS ANCIENS ET NODBRARY

DISCOURS

DE LA MÉTHODE

POUR BIEN CONDUIRE SA RAISON

ET CHERCHER LA VÉRITÉ DANS LES SCIENCES

PAR

RENÉ DESCARTES

PARIS
LIBRAIRIE DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE
RUE DE RICHELIEU, 8, PRÈS LE THÉATRE-FRANÇAIS

Ci-devant, rue de Valois, .

[merged small][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

René Descartes do Perron, fils d'un conseiller au Parlement de Rennes, naquit à La Haye, petite ville de Touraine (aujourd'hui département d'Indre-etLoire), le 3t mars 1896. Il fit ses études au collége des Jésuites de La Flèche, et s'y distingua par de précocos dispositions pour la philosophie et les mathématiques. En 1617, après une jeunesse assez agitée, ib céda aux sollicitations paternelles, prit le parti des armes, ser vit pendant quatre ans dans l'armée de Maurice do Nassan et dans celle du duc de Bavière, un des ehefk du parti catholique dans la guerre de Trente ans. I pareounut ensuite Allemagne, la Suède, le Danem mark, la Hollande, la Suisse. l'Italie, revint à Rome et de là à Paris (1626). Il' assista ensuite, en 1628, au siège de La Rochelle. Il avait, à travers les hasards d'une existence mouvementée et aventureuse; conservé la vive attraction de son enfance pour les étades philosophiques, et, dans ses rares loisirs, il avait jeté les fondements de son immortel Discours de la Méthode, publié pour la première fois à Leyde en 1637. Toutefois, il avait promptement renoncé à la carrière des armes et s'était retiré en 1629 dans une profonde retraite, d'abord à Egmont, puis dans d'autó tres villes de la Hollande, où il passa vingt-cinq ans, occupé de la pénible et glorieuse recherche des raisons des principaux phénomènes de la nature et l'étude des connaissances humaines. Il publia ensuite son livre des Méditations (1641), qui ne tarda pas à faire de lui l'oracle de la philosophie. Il avait travaillé à un traité de la lumière, d'après le système de Copernic, sur le mouvement de la terre ; mais il l'abandonna lorsqu'il apprit la condamnation de Galilée, non pas par conviction d'une erreur, mais par un motif de prudence. Son orthodoxie n'était pourtant rien moins que positive, car, à l'époque de la traust lation de ses restes à Paris, dans l'église Sainte-Geneviève-du-Mont (1666), le P. Lallemand dut renoncer, par ordre supérieur, a prononeer son oraison funèbre. Le Discours de la Méthode, publié avec la Géométrie, la Dioptrique et les Métrores, avait attiré à son auteur les persécutions des théologiens catholiques et protes tants, et ce ne furent pas ces derniers qui furent le moins acbarnés et les moins intolérants, le livre do noncé par le jésuite Bourdin, l'ergoteur Schoockius, l'ev ministres Voétiu. Revius eti Triglandins, qui allerent

[ocr errors]

jusqu'à l'accusation d'athéisme, faillit être brûlé par la main du bourreau; mais Descartes, las de ces luttes qui prenaient sans profit le meilleur de son temps, et qui avait résisté aux avances de Louis XIII el du cardinal de Richelieu , préféra se rendre aux instances de la reine Christine de Suède, et alla, en 1649 se fixer à Stockholm, où il fut reçu avec de grandes marques d'honneur; la reine voulut prendre de lui des leçons de philosophie ; il se rendait tous les jours, à cinq heures du matin, à la cour, et disserlait sur la philosophie en préseuce d'un auditoire d'élite. Ces lecons, données dans de pareilles conditions, furent faiales au philosophe : il prit un jour un refroidissement suivi d'une fèvre chaude qui accélérèrent sa mort. Il succomba le 11 février 1680, dans sa cinquantequatrième année.

En rééditant l'ouvrage, devenu classique, qui fait époque dans le développement de la raison humaine, nous avons à regretter que l'espace nous manque pour apprécier comme il le mérite le père de la philosophio trançaise'; disons seulement qu'il contraignit ses contemporains à secouer le joug de la métaphysique péripatéticienne; qu'il lui fallut, à la fois, du courage et du génie pour enseigner aux hommes les moyens pratiques de parvenir à la découverte de la vérité. On apprend de l'auteur des passions de l'âme,' à douter, c'est-à-dire à se détacher des sens, à se défier des idées préconçues, à suspendre son jugement, à n'admettre que ce qui porte le caractère de l'évidence par une chaine ininterrompue de conséquences basées sur l'art du raisonnement, le talent d'analyser les idées, l'en créer de nouvelles. La postérité a fait table raso de quelques-uns des systèmes de Descartes, par exemplo "l'hypothèse des tourbillons et ses idées sur l'àme des hêtes, mais elle a gardé sa reconnaissance et son admiration à l'homme qui lui a appris à exprimer sa pensée dans un langage clair et énergique; au philo. sophe qui, comme le dii ingénieusement le P. Guénard, dans son Eloge de Descartes, enfermé dans le laby. rinthe avec tous les autres philosophes, se fit lui-même des ailes et s'envola, frayant ainsi une route nouvelle à la raison captive. C'est à cette salutaire audace que nous devons, et les trois grands hommes qui ont profité des travaux du précurseur : Bacon, Leibnitz et Newton, et les penseurs qui ont, au dernier siècle, jeté les fondøments de la société moderne.

N. D.

DISCOURS

DE LA MÉTHODE

POUR BIEN CONDUIRE SA RAISON

ET CHERCHER LA VÉRITÉ DANS LES SCIENCES

swortopes
wash train and wainito
end an
an aldaarabhas

madel trist

wa bungest teminde mahsurat rom wentuharras

[ocr errors]
« PreviousContinue »