Histoire de la sagesse et du goût depuis les plus anciens temps de la civilisation greeque jusqu'à Socrate

Front Cover
Librairie de Madame Mayer-Odin, 1864 - Philosophy, Ancient - 426 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 325 - Ma seconde maxime était d'être le plus ferme et le plus résolu en mes actions que je pourrais, et de ne suivre pas moins constamment les opinions les plus douteuses lorsque je m'y serais une fois déterminé, que si elles eussent été très assurées...
Page 326 - ... imitant en ceci les voyageurs qui, se trouvant égarés en quelque forêt, ne doivent pas errer en tournoyant tantôt d'un côté, tantôt d'un autre, ni encore moins s'arrêter en une place, mais marcher toujours le plus droit qu'ils peuvent vers un même côté, et ne le changer point pour de faibles raisons...
Page 326 - ... peu : elle ajoute qu'elle est sujette à des insomnies, et il lui prescrit de n'être au lit que pendant la nuit : elle lui demande pourquoi elle devient pesante, et quel remède? l'oracle répond qu'elle doit se lever avant midi, et quelquefois se servir de ses jambes pour marcher : elle lui déclare que le vin lui est nuisible ; l'oracle lui dit de boire de l'eau : qu'elle a des indigestions, et il ajoute qu'elle fasse diète : ma vue s'affaiblit, dit Irène ; prenez des lunettes, dit Esculape...
Page 285 - Certains poètes sont sujets, dans le dramatique, à de longues suites de vers pompeux qui semblent forts, élevés, et remplis de grands sentiments. Le peuple écoute avidement, les yeux élevés et la bouche ouverte, croit que...
Page 360 - Xénophon leur laissa cette douceur et cette élégante pureté de la nature qui enchante sans le savoir , qui fait que la grâce glisse légèrement sur les objets et les éclaire comme d'un demi-jour; qui fait que peut-être on ne la sent pas, on ne la voit pas d'abord , mais qu'elle gagne peu à peu , s'empare de l'âme par degrés et y laisse à la fin le plus doux des sentimens: à peu près comme ces amitiés qui n'ont d'abord rien de tumul-. tueux, ni de vif, mais qui , sans agitation et sans...
Page 416 - Mais , hélas ! pensezvous bien à ce que vous faites, lorsque vous vous endettez ? Vous donnez des droits à un autre sur votre liberté. . Si vous ne pouvez pas payer au terme fixé, vous serez honteux...
Page 41 - Est-il possible qu'Homère aye voulu dire tout ce qu'on luy faict dire ; et qu'il se soit preste à tant et si diverses figures que les théologiens, législateurs, capitaines, philosophes, toute sorte de gens qui traittent sciences, pour différemment et contrairement qu'ils les traittent, s'appuyent de luy, s'en rapportent à luy...
Page 329 - Socrate, que le gardien d'un troupeau qui en égorgerait une partie et rendrait l'autre plus maigre, ne voulût pas s'avouer mauvais pasteur ; mais il serait plus étrange encore qu'un homme qui, se trouvant à la tête de ses concitoyens, en détruirait une partie et corromprait le reste, ne rougît pas de sa conduite et ne s'avouât pas mauvais magistrat.
Page 284 - Ainsi la grandeur de l'État devait être l'objet de la passion commune; et le courage, l'intelligence de chacun, la mutuelle estime du pauvre et du riche, le dévouement de tous, étaient les seuls moyens de rendre...
Page 326 - D'abord elle se plaint qu'elle est lasse et recrue4 de fatigue; et le dieu prononce que cela lui arrive par la longueur du chemin qu'elle vient de faire. Elle dit qu'elle est le soir sans appétit; l'oracle lui ordonne de dîner peu...

Bibliographic information