Page images
PDF
EPUB

DES MATIÈRES CONTENUES DANS CET OUVRAGE.

PREMIÈRE PARTIE.

Pages.

CHAPITRE PREMIER. Définition des Passions, Distinc-

lion à établir entre les émotions, les sentiments, les

affections, les vertus, les vices et les passions.... 1

Caap, JI. Division des Passions selon les moralistes et

selon les médecins. -Théorie nouvelle des Besoios. 9

Cuap. III. Du Siége des Passions...

27

Chap. IV. Causes des Passions : influence des diffé-

rents Ages; des Sexes; des Climats, de la Tempéra-

ture et des Saisons; de la Nourriture; de l'Hérédité

et de l'Allaitement; des Tempéraments ou Constitu-

tions; des Maladies ; de la Menstruation et de la

Grossesse; de la Position sociale et des Professions;

de l'Éducation, de l'Habitude et de l'Exemple; du

Grand monde, de la Solilude et de la Vie champêtre;

des Spectacles et des Romans; de l'Irréligion; des

différentes formes de Gouvernements; de l'Imagi-

nation...

Chap. V. Séméiologie des Passions, ou exposé des

Signes physiognomoniques et phrénologiques au

moyen desquels on prétend pouvoir les caractériser. 111

Chap. VI. Marche, Complication, et Terminaison des

Passiops..

142

Chap. VII. Effets des Passions sur l'organisme. Réac-

tion de l'organisme dans les Passions.-Leurs Effets

sur le corps social et sur les croyances religieuses. 148

Chap. VIII. Traitement des Passions : Traitement mé-

dical; Traitement législatif; Traitement religieux.. 160

Chap. IX. De la Récidive dans la Maladie, dans le

Crime et dans la Passion...

209

Chap. X. Des Passions considérées comme moyens

de

guérison dans les maladies....

230

LA

MÉDECINE DES PASSIONS.

PREMIÈRE PARTIE.

DES PASSIONS EN GÉNÉRAL.

CHAPITRE PREMIER.

Définition des Passions. Distinctions à établir entre

émotions, les sentiments, les affections, les vertus, les vices et les passions.

S'il y a tant de confusion dans les choses, c'est

qu'on en laisse beaucoup trop dans les mots.

Le mot passion, d'après son étymologie (Tábos), désigne une souffrance, ou du moins une disposition à recevoir des émotions plus ou moins vives et à

у correspondre. Deux ordres de causes peuvent produire ces émotions, les causes externes et les causes internes : les unes agissant d'abord sur la périphérie du corps, les autres, au contraire, ayant le centre de l'organisme pour point de départ de leur action. Dans les deux cas, ces émotions produisent sur le cerveau une sorte d'ébranlement qu'il transmet aussi

1

tôt à tous les points de l'économie, à l'aide de nombreux conducteurs appelés nerfs.

Toutes les affections vives, toutes les passions, ayant le triste privilege de rendre le

corps

malade non moins que l'esprit, ces deux termes s'emploient également en parlant du physique et du moral : ainsi l'on dit que les affections organiques du cœur sont souvent le résultat d'affections morales ; et anciennement, l'on donnait les noms de passion hypochondriaque et de passion hystérique à des maladies qui ont leur siége ou dans les hypochondres ou dans l'utérus.

Les passions, disent quelques auteurs, sont ainsi nommées, parce que l'homme ne se les donne pas, mais qu'il les subit, qu'il est soumis à leur action, qu'il y est passif,

« Nous appelons passions, dit le docte et judicieux Bergier, les inclinations ou les penchants de la nature poussés à l'excès, parce que leurs mouvements ne sont pas volontaires : l'homme est purement passif lorsqu'il les éprouve; il n'est actif que quand il y consent ou qu'il les réprime.

Si les moralistes sont d'accord sur l'étymologie de ce mot, il n'en est pas ainsi de l'acception qu'on doit lui donner, et par conséquent de sa définition.

Le chef de l'école stoïcienne, Zénon, définit la passion, un trouble d'esprit contre nature, qui détourne la raison de sa voie.

Galien, d'après les idées d'Hippocrate et de Platon, considère les passions comme des mouvements contre nature de l'âme irraisonnable, et il les fait

[ocr errors]
« PreviousContinue »