Philosophie de Kant: ou Principes fondamentaux de la philosophie transcendentale

Front Cover
Chez N. van der Monde, 1830
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 157 - Ce n'est donc que faute d'intérêt a soutenir le contraire , qu'on accorde que deux et deux font quatre, et que la ligne droite est le plus court chemin d'un point à un autre!
Page 94 - D'où il paraît que les vérités nécessaires, telles qu'on les trouve dans les mathématiques pures, et particulièrement dans l'arithmétique et dans la géométrie, doivent avoir des principes dont la preuve ne dépende point des exemples ni par conséquent du témoignage des sens, quoique sans les sens on ne se serait jamais avisé d'y penser.
Page 95 - Car, après avoir employé tout son premier livre à rejeter les lumières innées prises dans un certain sens, il avoue pourtant, au commencement du second et dans la suite, que les idées qui n'ont point leur origine dans la sensation viennent de la réflexion. Or la réflexion n'est autre chose qu'une attention à ce qui est en nous, et les sens ne nous donnent point ce que nous portons déjà avec nous.
Page 95 - C'est ainsi que les idées et les vérités nous sont innées, comme des inclinations, des dispositions, des habitudes ou des virtualités naturelles, et non pas comme des actions, quoique ces virtualités soient toujours accompagnées de quelques actions souvent insensibles, qui y répondent.
Page 148 - OOIT que nous nous élevions, pour parler métaphoriquement, jusque dans les cieux, soit que nous descendions dans les abîmes, nous ne sortons point de nous-mêmes, et ce n'est jamais que notre propre pensée que nous apercevons.
Page 92 - Essai, et si tout ce qui y est tracé vient uniquement des sens et de l'expérience? ou si l'âme contient originairement les principes de plusieurs notions et doctrines, que les objets externes réveillent seulement dans les occasions...
Page 183 - Mais lorsqu'elle a le sentiment du toucher , qu'apercoit-elle, si ce n'est encore ses propres modifications? Le toucher n'est donc pas plus croyable que les autres sens; et puisqu'on reconnaît que les sons , les saveurs , les odeurs et les couleurs n'existent pas dans les objets, il se pourrait que l'étendue n'y existât pas davantage *. 1 S'il n'ya point d'étendue, dira-t-on peut-être, il n'ya point de corps.
Page 183 - D'où il s'ensuit que nous ne voyons point les corps en eux-mêmes. Peut-être sont-ils étendus et même savoureux, sonores, colorés, odoriférans : peut-être ne sont-ils rien de tout cela. Je ne soutiens ni l'un ni l'autre , et j'attends qu'on ait prouvé qu'ils sont ce qu'ils nous paraissent , ou qu'ils sont toute autre chose.
Page 11 - Ainsi, les vrais philosophes passent leur vie à ne point croire ce qu'ils voient, et à tâcher de deviner ce qu'ils ne voient point; et cette condition n'est pas, ce me semble, trop à envier.
Page 229 - On voit que mon dessein est de rappeler à un seul principe tout ce qui concerne l'entendement humain, et que ce principe ne sera ni une proposition vague, ni une maxime abstraite, ni une supposition gratuite, mais une expérience constante , dont toutes les conséquences seront confirmées par de nouvelles expériences.

Bibliographic information