Magasin pittoresque, Volume 31

Front Cover
Jouvet & cie., 1863 - France

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 388 - Il servira d'épreuve durant nos progrès à l'état de notre jugement ; et , tant que notre goût ne sera pas gâté , sa lecture nous plaira toujours. Quel est donc ce merveilleux livre?
Page 90 - ... mais, vivifiée par la nature, et revêtue de sa robe de noces, au milieu du cours des eaux et du chant des oiseaux, la terre offre à l'homme, dans l'harmonie des trois règnes, un spectacle plein de vie, d'intérêt et de charmes, le seul spectacle au monde dont ses yeux et son cœur ne se lassent jamais.
Page 70 - ... serait rentré chez lui pour y encadrer les têtes merveilleuses de Papinien et du sénateur, qu'il aurait épargnées au milieu de la destruction du reste, et aurait laissé l'Académie confondue et déshonorée. Oui, mon ami, déshonorée : car le tableau de Greuze. avant que d'être présenté, passait pour un chef-d'œuvre, et les débris qu'il en aurait conservés auraient perpétué ce préjugé à jamais ; ces débris superbes auraient fait présumer la beauté du reste, et le premier...
Page 269 - De leurs taches de feu semer le gazon noir. Parfois hors des fourrés, les oreilles ouvertes, L'œil au guet, le col droit, et la rosée au flanc, Un cabri voyageur, en quelques bonds alertes, Vient boire aux cavités pleines de feuilles vertes, Les quatre pieds posés sur un caillou tremblant.
Page 103 - J'en ai découvert dans les plus inaccessibles réduits de nos vieilles églises gothiques , mêlée à la poussière noircie par six ou huit siècles d'ancienneté; j'en ai aussi rencontré dans les palais et les hypogées de la Thébaïde, où elle datait peut-être de l'époque des Pharaons. Dans nos villes, c'est un des plus abondants corpuscules de l'air; en le traversant, la neige qui tombe et l'insecte qui voltige en recueillent énormément. J'en ai compté jusqu'à quarante et cinquante...
Page 348 - Des trous de scellement montraient que ces plaques avaient dû être unies entre elles par les côtés et fixées, par en bas, sur quelque surface. La tranche supérieure, au contraire, percée de petits trous réguliers, supportait une grille de métal à laquelle la balustrade de marbre servait de soubassement. MM. Hansen et Schaubert, à qui revient l'honneur d'avoir découvert et relevé le temple de la Victoire, remarquèrent au bord de la terrasse, sur les dalles de marbre, une rainure d'un...
Page 335 - Ces mêmes vagues, si caressantes maintenant, ont des heures de colère où elles semblent déchaînées comme les chevaux de l'Apocalypse; alors leurs blancs escadrons se pressent pour donner l'assaut aux falaises démantelées qui défendent la terre. Alors on entend des bruits terribles, et comme la voix de l'abîme redemandant la proie qui lui fut arrachée aux jours du déluge. Au delà de cette variété inépuisable, apparaît l'immuable immensité. Pendant que des scènes toujours nouvelles...
Page 322 - D'un homme, à la fortune, à la gloire inconnu : La tristesse voilait ses traits mélancoliques; II eut peu de savoir, mais un cœur ingénu. Les pauvres ont béni sa pieuse jeunesse Dont la bonté du ciel a daigné prendre soin ; II sut donner des pleins , son unique richesse ; II obtint un ami, son unique besoin.
Page 216 - A séché, dans sa fleur, tout l'espoir de l'année. Le mal se cache encor sous un voile incertain. Mais quand l'Aube eut blanchi les portes du Matin, Que son premier rayon éclaira de ravages ! Tout du fougueux Borée attestait les outrages. Le fruit tendre et naissant que Septembre eût doré Par le souffle ennemi s'offre décoloré. La vigne, autre espérance ! en proie à la froidure, A du pampre hâtif vu mourir la verdure. L'épi dans ses tuyaux vainement élancé, Est frappé par le givre,...
Page 271 - Il est encore un point par où notre prononciation tend à se séparer de celle de nos pères et de nos aïeux, je veux dire des gens du dix-huitième et du dix-septième siècle : c'est la liaison des consonnes. Autrefois on liait beaucoup moins ; il n'est personne qui ne se rappelle avoir entendu les vieillards prononcer non les Etâ-zUn'ts, comme nous faisons, mais les Etâ-Unis.

Bibliographic information