Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

pression, quoiqu'elle soit transmise bien
loin, n'étant pas suivie d'autres compref-
sions, ne cause pas des vibrations dans les
particules de l'air , & la force se perd &
se dissipe dans la propagation. Il faut, .
pour former le Son, des compressions
réiterées, c'est-à-dire, que chaque parti-
cule de l'air doit avoir un véritable mou-
vement vibratoire, ensorte qu'elle soit
comprimée & rarefiée alternativement,
& que l'organe de l'ouye en reçoive
des impressions réiterées. C'est le nom-
bre de ces impressions reçuës dans l'or-
gane de l'ouye, dans un tems fixé, qui dé-
termine l'essence du Son, & qui fait que
nous jugeons s'il elt grave ou aigu. Les
vibrations sont-elles promptes & très
fréquentes ? C'est un Son aigu; & ce Son
est d'autant plus aigu, que les vibrations
font plus promptes & plus fréquentes.
Par la même raifon, plus elles sont len-
tes, plus le Son est grave. Une corde plus
courte qu'une autre, mais également ten-
duë,rend unSon plus aigu;parce qu'elle fait
dans un tems égal un plus grand nombre
de vibrations, que celle qui est plus gran-
de. De là le son des cordes qui font les
plus longues est le plus grave.
D'ABORD que le monvement vibra-

toi

R 4

toire est arrêté, le Son cesse subitement;& il ne se forme plus d'impressions dans l'air, dès que

la corde ne lui en imprime plus. Le savant Monsieur Euler, Membre de l'Académie des Sciences de Petersbourg, & Directeur de la Classe de Mathématique de celle de Berlin, m'a fait la grace de me communiquer une très belle Difsertation qu'il a lû il y a quelque tems à l'Académie, dans la quelle il fait une re. marque qui me paroit très utile. Je citerai ici ses propres mots.

Il me femble que Mr. de Mairan n'a

pas

fait af. sez de réflexion à cette circonstance

dans les Lettres qu'il a écrites à ce su> jet à M. Cramer. Car, pour expliquer » la diversité des Sons que l'air est capa

ble de nous faire apercevoir, il croit „ qu'il y a dans l'air autant de particules

différentes par rapport au ressort, qu'il 5, y a de Sons différens , & qu'il n'y a

qu'une espèce de ces particules qui foient mises en mouvement par chaque Son. Mais, outre qu'il est très difficile à concevoir comment une infinité de particules d'un ressort différent . peuvent être en équilibre entre eiles, il feroit bien aisé de faire voir que la diversité des Sons vient uniquement du

mou.

وو

[ocr errors]
[ocr errors]

„ mouvement de la corde, ou autre corps

sonore & que l'air est indiférent à toutes sortes de Sons; car du ressort de l'air dépend uniquement la propagation

des impressions reçuës. Ce ressort é,, tant plus ou moins grand, la propaga

tion se fait plus ou moins vîte, sans » changer la nature du grave ou de l'ai„ gu dans le Son; & cette même pro„pagation dépend uniquement du mou. ,,vement vibratoire de la corde, dont » chaque vibration communique à l'air

une impression. De lá nous tirons cet

te définition du Son : qu'il est une suite des impressions successives produites dans » les particules de l'air.

[ocr errors][ocr errors]

J. III.

L

Sur quelques effets du Son. ORSQU'ON pince la corde d'un

Instrument, le Son fe communique à une corde d'un autre Instrument qui se trouve à l'unisson de celle qu'on a pincée; parce que la prémière corde ayant, communiqué ses vibrations à l'air, l'air les communique à la seconde: & comme la ressemblance qui se trouve entre ces R 5

deux

[ocr errors]

deux cordes fait que les vibrations émanées de la prémière sont propres à la seconde , & trouvent prise sur elle , une autre corde qui n'est point à l'unisson ne fauroit les recevoir, & par conséquent être muë; parce que les recevoir, c'est les faire dans le méme tems.

Tous les différens effets que produit la Musique, soit sur certains Malades qu'elle guérit, foit sur des Gens sains qu'elle ravit & qu'elle enchante, peuvent être expliqués en deux mots. Le Son de la voix & des Instrumens agite les fibres, fur-tout celles qui sont à l'unisson, remue les esprits animaux,& leur rend leur cours naturel. L'Ame se ressent de l'état du Corps, & jouït de la douceur de l'harmonie. On a plus ou moins de goût pour la Musique, selon que les fibres de l'organe de l'ouye sont plus ou moins fufceptibles de vibrations sonores. Le Père Regnault raconte un fait très fingulier & très plaisant. Il n'est pas étonnant,

dit-il, que des Hommes soient plutôt touchés

que

d'autres par les Sons harmonieux de la Voix & des Instrumens. Parmi les Animaux les plus stupides, il s'en trouve qui par le même principe apparemment n'y sont pas insensibles.

وو

[ocr errors]

Un jour, comme je jouois de la flûte à bec, assis sur le bord d'un ruisseau dans une prairie, un Ane qui paisloit à vingt pas, leva la tête dès qu'il m'entendit , s'approcha de moi s'arréta

quelque tems à huit ou dix pas tou„ jours fort attentif; puis il vint si près,

qu'il avoit la tête presqu'audessus de la mienne. Il m'écouta tranquilement

dans cette situation pendant un demi „ quart d'heure environ uniquement oc„ cupé du son de la flûte. Je ne sai s'il

se laffa ; mais enfin, après avoir écouté fort attentivement, il prit avec les

dents mon chapeau sur ma tête, & le ,, porta du moins à dix pas; & tournant „ la tête, il s'enfuit au galop, & alla

chercher au milieu de la prairie une nouriture plus solide.

Les fremisemens causés par le Son dans certaines liqueurs, les tremblemens dans les parties du verre qui se rompt & fe brise quelques fois, font produits par les mêmes causes qui remuent les fibres, les nerfs, & les cordes qui font à l'unisson.

[ocr errors]

СНА.

« PreviousContinue »